Rennes : projection du film de Mehdi Lallaoui, "Le manifeste des 121"

Publié le par dan29000

Projection : Le manifeste des 121. Les intellectuels durant la guerre d’Algérie

par rennes info

 

Un nouveau documentaire de Mehdi Lallaoui.

Projection le jeudi 14 juin 2012 à 18h30. Amphi de IUFM. Rennes en présence du réalisateur


Organisation : Association Rennes Sétif en collaboration avec 4ACG

Le réalisateur Mehdi Lallaoui poursuit le cycle de ses documentaires concernant la guerre d’Algérie en nous proposant un film racontant la prise de position courageuse des intellectuels qui signèrent en septembre 1960 le manifeste des 121 ou « Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie ». En écoutant le témoignage de ceux qui sont encore en vie, racontant le contexte historique, ainsi que les menaces et graves ennuis qu’ils ont encouru, on est envahi par un sentiment de gratitude. De respect aussi, pour ces hommes et ces femmes pour qui l’ « honneur de la France » était autre chose qu’une répression brutale et sans principes. Merci au réalisateur de leur avoir ainsi rendu un nouvel hommage.

Le documentaire revient d’abord sur les intellectuels qui, avant le Manifeste, avaient pris des positions courageuses contre la guerre d’Algérie. Comme Camus et Malraux, avant de devenir plus modérés.

Il met en valeur l’implication de Jean Paul Sartre et de Simone de Beauvoir pour faire signer ce texte rédigé par Dionys Mascolo et Maurice Blanchot. Un texte auquel se rallièrent ,après les signataires français, des signataires du monde entier !

Tous les intellectuels de l’époque opposés à cette « sale guerre » n’ont pas signé ce manifeste dont les trois propositions finales étaient :
- Nous respectons et jugeons justifié le refus de prendre les armes contre le peuple algérien.
- Nous respectons et jugeons justifiée la conduite des Français qui estiment de leur devoir d’apporter aide et protection aux Algériens opprimés au nom du peuple français.
- La cause du peuple algérien, qui contribue de façon décisive à ruiner le système colonial, est la cause de tous les hommes libres.

Mais le documentaire permet aussi à ceux qui ne signèrent pas tout en saluant l’initiative, d’exprimer leur point de vue. C’est le cas de Jean Lacouture et Jean-Daniel. Parole est également donnée aux avocats qui aidèrent les signataires comme Jacques Vergès.

En écoutant les interviews de l’éditeur François Maspero, de l’écrivain Claude Lanzmann, du plasticien Jean Pierre Sylberman, du dessinateur Siné, du critique d’art Hubert Damisch, de l’écrivain Maurice Nadeau, du peintre Pierre Jaouen, de la journaliste Anne Guérin, de l’ethnologue Gilbert Rouget ou du chercheur Jean-Bertrand Pontalis, on mesure la détermination et le courage des signataires.

Il leur en a fallu à ces intellectuels de métiers et origines si divers, pour surmonter la censure, les inculpations, les gardes à vue, les brimades professionnelles voire les pertes d’emploi et le chômage.

On entend aussi avec émotion Simone Signoret, qui signa le manifeste après avoir reçu un oscar à Hollywood, raconter les représailles dont souffrirent les artistes dans les studios, les théâtres , à la radio et à la télévision. Car le pouvoir gaulliste, avec André Malraux comme auxiliaire zélé, lança une véritable chasse aux sorcières.

Laurent Terzieff, dont nous avions rappelé l’engagement, lors de sa disparition récente, en fut l’une des victimes.

Le documentaire met enfin l’accent sur le fait que le manifeste exprime aussi une solidarité vis-à-vis des français ayant aidé les combattants algériens, une solidarité qui se concrétise quand arrive le procès du réseau Jeanson.

Bref, Mehdi Lallaoui nous raconte là un épisode clef de la lutte pour l’indépendance de l’Algérie. Et un tel hommage filmé, alors que se profile le 50ème anniversaire de l’indépendance, est un jalon nécessaire pour bien comprendre la situation en France deux ans avant la fin de la guerre.

Je ne ferai qu’un reproche au réalisateur : avoir commencé ce film un peu tard, après que des voix éminentes de ce manifeste se soient tues à jamais comme celles de Théodore Monod, René Dumont , Nathalie Sarraute ou Pierre Vidal-Naquet. On aurait tant aimé les voir et les entendre !

Mais c’est aussi une raison de plus pour nous de joindre à cet article la LISTE complète des signataires du manifeste.

Word - 33.5 ko
Liste des 121

Nous leur devons bien cela.

Un extrait du film :

MPEG4 - 10.9 Mo

4ACG (Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre)

http://www.4acg.org/

Publié dans écrans

Commenter cet article