Rentrée scolaire : pour un boycott collectif du cahier de textes numérique

Publié le par dan29000

Pourquoi il ne faut pas remplir le cahier de texte numérique


• Contrôle renforcé •


- fin de la liberté pédagogique : les Inspecteurs peuvent surveiller à distance et, au jour le jour, l’avancement dans les programmes et le contenu des séances.


- les chefs d’établissement risquent de s’octroyer le droit d’évaluer la pédagogie des enseignants en utilisant le CTN lors de la notation-évaluation.


- de même, les parents peuvent s’arroger le droit de remettre en cause la pédagogie mise en place par les enseignants.


• Atteinte à la vie privée •


A chaque connexion au serveur, plusieurs données sont visibles : heure et date, lieu, adresse IP...


• Surcharge de travail •


Pour être utile, le CTN devrait être complété à chaque séance (travail maison), or il est quasi impossible de le faire dans nos établissements, d’où un report de cette charge de travail à la fin des cours ou à domicile.


• Déresponsabilisation des parents et des élèves •


- la soi-disant facilité d’accès peut donner l’illusion aux parents de s’investir dans la scolarité de leur enfant :

. cliquer ne signifie ni vérifier ni accompagner les élèves dans leur travail.

. rend-on les élèves plus confiants et plus autonomes en les surveillant par le biais d’internet ?


- l’utilisation individualisée du CTN entraîne la disparition de l’entraide entre élèves, un des fondements de l’éducation.

• Inégal accès à l’informatique et remise en cause de la gratuité de l’Ecole

- les familles les plus pauvres ne sont pas toutes équipées d’un ordinateur.

- la connexion à internet est payante en France et remet en cause la gratuité de l’éducation.

- la couverture internet n’est pas la même partout en France : nouvelle inégalité entre les élèves.



Remplir le CTN est une obligation de service, certes, mais de nombreux collègues refusent déjà de le remplir et l’assument face à leurs hiérarchies. L’Union Syndicale SUD éducation de Versailles appelle à élargir ces initiatives en construisant un boycott collectif du cahier de textes numérique.

 

 

SOURCE / SUD EDUCATION

Publié dans actualités

Commenter cet article