Retraites : raffinerie de Feyzin : entretien avec des grévistes

Publié le par dan29000

 

 

 

 

Ce qu’il se passe à la raffinerie de Feyzin

Publié le 20 octobre

Entretien avec des grévistes de la raffinerie de Feyzin recueilli le mercredi 20 octobre dans l’aprèm.

 

 



Alors, où vous en êtes ?

Pour nous il n’y a pas de blocage. On est en grève, et donc les machines ne sont pas en route, il n’y a pas de jus qui sort... Si un camion se pointe, il ne peut pas faire le plein.

Par rapport aux déclaration de Sarkozy, de débloquer les raffineries y compris par la force, quel est votre stratégie ?

Aucun camion ne sort depuis le 12... Ensuite, ils peuvent nous faire le coup comme à Dongues avec une circulaire de réquisition. Mais ils sont passés en force là-bas, car il n’y avait rien de stipulé dans cette circulaire aux niveau des quantités et des endroits à ravitailler en urgence.

C’est un fourre-tout juridique ?

Oui, c’est un moyen de casser la grève en annonçant un « état d’urgence ». Nous à Feyzin, si il n’y a pas les quantités strictes et des endroits précis à ravitailler, on reprend pas. Il y a 2 formes de luttes : l’arrêt des expéditions ou arrêt des installations. On a opté pour la deuxième stratégie, qui nous a paru meilleure pour tenir sur la durée. Les installations que tu vois derrière moi, il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton pour que les machines repartent, il faut beaucoup de temps... De toute façon, je ne vois pas comment aller contre la volonté des travailleurs qui ne voudront exécu­ter leur tâches, mis à part leur mettre un flingue sur la tempe...

Comment tu vois l’évolution du mouvement sur la semaine qui vient ?

L’adhésion au mouvement est forte, les ouvriers sont motivés car ils se sont accaparés leur outil. On est en grève jusqu’ à vendredi. De plus il y a une volonté de rejeter ce projet de « réforme ». Si ils veulent nous faire retravailler par cette circulaire de réquisition, il y a aura un soutien interpros des boîtes qui sont autour, car c’est pour eux le moyen de passer outre le droit de grève.

Qu’est-ce que tu réponds aux gens que tu « prends en otage » ?

C’est l’Etat qui vous prend en otage, c’est l’Etat à travers notre lutte qui vous prend en otage.

Des syndicalistes et des ouvriers de la Raffinerie de Fezin, ce mercredi 20 octobre à 13h30.
Forum associé à l'article


Source : Rebellyon

Publié dans actualités

Commenter cet article

serein gilles 23/10/2010 13:04



je pense que lors des prochaines manifs il faudrait organiser une quette pour tout les collegues des raffineries et autres qui le meritent bien bravo



dan29000 23/10/2010 13:15



vous avez raison il existe plusieurs caisses de solidarité (voir notre article ce samedi) sur celle de la raffinerie GRANDPUITS, voir aussi  LE PORTAIL DES LUTTES...