RFI / La CFDT trahit l'intersyndicale, mais la lutte continue

Publié le par dan29000

Le guichet des départs volontaires vient d’ouvrir à RFI, la décision a été prise vendredi soir à la suite d’un comité d’entreprise extraordinaire, avec l’aval de la CFDT, qui compte 11 membres au CE. La CFDT,seul syndicat à ne pas s’être associé à la grève dès le début a achevé la négociation d’un plan de départs volontaires fondé sur les indemnités. La CFDT aurait obtenu le paiement de 20 à 30 mois de salaires pour les plus anciens de RFI, ainsi que des mesures d’accompagnement. Selon les informations de RFIENGREVE.INFO le nombre de départs volontaires est estimé entre 100 et 150.
Après l’accord conclu entre la CFDT-GCC de RFI et la direction, l’Intersyndicale de RFI (CGT,SNJ,FO) a qualifié la CFDT de "traître". A force de pratiquer la cogestion, la CFDT-RFI a fini par basculer de l’autre côté du cheval. Elle est devenue un syndicat patronal" ajoute-t-elle.
                                      _______________________________________________

Communiqué des élus SNJ-CGT, SNRT-CGT, SNJ, FO du Comité d’entreprise de RFI

La direction voulait que la séance du Comité d’entreprise extraordinaire, convoquée ce vendredi 23 octobre, soit le point final d’une procédure qui dure depuis 9 mois. Exceptionnellement, pour l’occasion, le président était présent alors qu’on ne l’avait pas vu au CE depuis 5 mois. Mais en réalité, cette réunion ne fait que donner le coup d’envoi d’une nouvelle bataille judiciaire.
La majorité des élus considère que cette séance a été convoquée de façon illégale :
La séance, selon la direction, était la reprise de la séance suspendue le 29 juin, soit 4 mois plus tard. Si une suspension a lieu, elle doit faire l’objet d’un vote. Or la séance du 29 juin a été suspendue sans vote.
La séance de ce jour a été convoquée sans un ordre du jour propre, malgré les dispositions légales.
La direction a présenté un document (Livre III) profondément remanié, comportant notamment 100 pages de plus, ce qui aurait dû l’amener à reprendre la procédure depuis le début. 
Enfin et surtout, ce nouveau Livre III ne répond pas aux injonctions de l’arrêt de la Cour d’appel.    
Le contenu de ce nouveau plan présenté au Comité d’entreprise est plus illégal encore que le précédent, notamment sur les mesures de reclassement. Après avoir voté 3 délibérations, la majorité des élus a levé la séance et s’est retirée.
La direction a ensuite continué à siéger avec les autres élus.
Dans ces conditions, dès maintenant, le CE a décidé de saisir la justice pour faire condamner la direction de RFI à se mettre enfin en conformité avec la loi.La majorité des élus estime que la procédure d’information et consultation du Livre III redémarre à son début. Ainsi, nous avons désigné un expert-comptable qui fera son travail d’analyse, et nous espérons que la direction de RFI et de l’AEF n’entravera pas ses démarches.
Au total, nos employeurs continuent à passer outre les décisions de justice qui les condamnent. Ce comportement est irresponsable, et nos dirigeants savent pertinemment les risques auxquels ils s’exposent.

Publié dans actualités

Commenter cet article