Richard Stallman, entretien : "La censure sur le web explose en France"

Publié le par dan29000

Richard Stallman : "La censure sur le web a explosé en France"

 


 
Par Boris Manenti
Journaliste

"J'observe une croissance de sites addictifs qui mettent en place une large surveillance, comme par exemple Facebook. Facebook n'est pas ton ami", milite le père du logiciel libre. Interview.

 

Le père du logiciel libre, Richard Stallman, était l'invité d'Eva Joly, candidate écolo, qui souhaite "s'inspirer de ses idées révolutionnaires" pour son programme. A 58 ans, ce "gouru" aux cheveux longs n'a rien perdu de son engagement pour les droits numériques. S'il dénonce avec vigueur les "prisons cool" d'Apple, Richard Stallman s'attaque aussi aux politiques répressives de Nicolas Sarkozy. Interview.

 

 

Quel est le but de cette rencontre avec Eva Joly ?

- Je cherche avant tout un appui politique pour le logiciel libre et pour la liberté de partager.

Appelez-vous les Français à voter pour elle en 2012 ?

- Je n'ai pas encore décidé. Je leur ai donné mes conseils, mais ils doivent encore décider. Pour l'instant, ils vont dans la bonne direction, mais je vais voir qu'elle sera leur posture finale.

Et que pensez-vous du projet socialiste ?

- Je ne l'ai pas encore vu. On m'a raconté les récents changements de posture de [François] Hollande. Il a parlé pendant un moment d'éliminer l'Hadopi, avant de se rétracter. Je pense qu'il n'a pas vraiment envie de lutter contre les lois injustes de [Nicolas] Sarkozy. Mais, cela m'étonne qu'un candidat qui s'appelle socialiste obéisse autant aux grandes entreprises.

Richard Stallman, père du logiciel libre, dans le QG de campagne d'Europe-Ecologie-Les Verts (Boris Manenti - Le Nouvel Observateur)Quelle est votre position sur l'autorité de lutte contre le téléchargement illégal, l'Hadopi ?

- L'Hadopi est injuste. Le but de l'Hadopi est injuste parce qu'elle essaye d'éliminer le partage. Or, partager est bon. Attaquer le partage, c'est attaquer la société. Il faut légaliser le partage des oeuvres. Les moyens de l'Hadopi sont également injustes, parce qu'il s'agit d'une punition sans vrai procès. Sous les pressions des entreprises, l'Etat français a rompu les principes de justice pour assurer l'empire de ces entreprises sur mes citoyens.

Enfin l'Hadopi comprend une autre injustice : la responsabilisation collective. Si tu as un réseau sans fil et tu ne le sécurise pas, c'est-à-dire que tu n'agis pas pour restreindre et soumettre les autres, tu peux être puni. Hadopi porte la marque des tyrans. Avec elle, tu as le devoir d'imposer le contrôle aux autres, parce que si tu ne le fais et qu'ils font des choses interdites, tu seras puni.

La solution au téléchargement serait le mécénat global ?

- Ce n'est qu'une des solutions que je propose. Le mécénat global vise à rémunérer les artistes (auteurs, compositeurs et interprètes), sans se mettre à dos les internautes. L'idée est que chaque internaute devra payer un forfait mensuel et aura le droit d'attribuer la fraction qu'il désire de ce forfait -dans une limite d'un tiers- aux œuvres de son choix. Le reste sera versé aux artistes en fonction de la racine cubique de la popularité de chaque artiste. Le tout transmis par les sociétés de gestion de droits d'auteurs. Ce système permet d'appuyer les artistes en fonction de la popularité de chacun, mais pas en proportion linéaire. Avec la racine cubique, les artistes de second rang bénéficieront d'un large appui, et les stars seront toujours riches. Un artiste 1.000 fois plus populaire sera 10 fois plus payé.

Par rapport aux années 80, comment voyez-vous l'évolution de l'informatique et du web ?

- La question est trop large... Il me faut une portion plus spécifique.

Avez-vous vu une évolution ces cinq dernières années ?

- Je n'ai pas vu beaucoup de changements ces cinq dernières années. J'observe surtout une croissance des sites qui visent à être addictifs et qui mettent en place une large surveillance, comme par exemple Facebook. Facebook n'est pas ton ami. Je ne l'utiliserai jamais. Par ailleurs, la censure sur le web a explosé dans beaucoup de pays, y compris la France. En France, la loi Loppsi a induit une censure supplémentaire [la loi prévoit un filtrage des sites pédopornographiques compilés sur une liste noire, NDLR], et persiste la censure des idées considérées comme incorrectes, telle que la négation de l'holocauste. Je ne suis pas d'accord avec cette idée, mais elle ne doit pas être censurée. La censure d'une idée n'est jamais justifiée. Même les idées de Sarkozy ne devraient pas être censurées, bien qu'elles soient complètement mauvaises.

Notez-vous également une évolution du monde des hackers, dont vous faisiez partie ?

- Il y a une confusion sur le mot "hacker". Pour moi être un "hacker" signifie s'amuser avec l'intelligence dans un esprit ludique, et pas seulement avec des ordinateurs. Les ordinateurs sont un bon moyen pour s'amuser avec l'intelligence, mais pas le seul. Par exemple, ma carte de visite est un "hack". [Il tend une carte de visite et ajoute : "mets-là dans l'article pour montrer aux lecteurs ce qu'est un hack".] Avec les ordinateurs, il y a beaucoup de manière de s'amuser dans un esprit ludique et intelligent. Ecrire des programmes utiles ou faire des blagues peuvent être un "hack, au même titre que casser une sécurité informatique. Casser ou assurer une sécurité informatique peut être amusant, mais évidemment dans la plupart des cas, l'objectif est différent.

La carte de visite de Richard Stallman, exemple selon lui de "hack" (Capture d'écran)

 

Et que pensez-vous des Anonymous ?

- La plupart du temps, ce qu'Anonymous fait n'est que l'équivalent d'une manifestation à la porte d'un édifice, pour dénoncer ce qu'une entreprise a fait ou continue de faire. C'est normal qu'ils protestent. Mais la tendance est à l'élimination de ce droit de manifester, tout simplement parce que les Etats qui ont la forme démocratique en vérité obéissent aux grandes entreprises et ne veulent pas que le peuple exerce un quelconque pouvoir. Donc les Etats cherchent toutes les manières d'interdire les manifestations. Dans le cas des Anonymous, des excuses ont été trouvé, mais je crois que les Etats ont commis des crimes...

Interview de Richard Stallman, père du logiciel libre et militant des droits numériques, par Boris Manenti

Jeudi 15 décembre 2011

Envoyer cet article à un ami Imprimer cet article
Par Boris Manenti
Journaliste
Source : Nouvel obs

Publié dans écrans

Commenter cet article