Rroms : mensonges, manipulations, racisme et illégalité, la politique de Sarkozy

Publié le par dan29000

 

 

 

 

 

Roms : Les circulaires de la honte



Des circulaires publiées dimanche prouvent que les Roms ont bien été visés en raison de leur origine ethnique et que la traque a été ordonnée par les plus hautes autorités françaises.
Eric Besson était déjà connu pour ses problèmes de fidélité politique, on sait maintenant qu’il en a aussi avec la vérité et la loi. Jeudi 9 septembre, après le camouflet du parlement européen adressé à la France dans l’affaire de « l’éloignement » des Roms, Besson, sinistre de l’immigration, avait assuré droit dans ses bottes que la France n’avait pris « aucune mesure spécifique » à l’encontre des Roms. Outre la vague impression de foutage de gueule laissée par cette déclaration abracadabrantesque, la saillie verbale du ministre avait aussi pour objectif de se prémunir d’un danger autrement plus grave que celui des remontrances formelles des députés Européens : les foudres de la justice Française.

Très au fait du droit, Besson n’est pas sans ignorer l’existence de l’article 225-1 du Code pénal qui définit la discrimination comme « toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur appartenance ou de leur non appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ». D’où ses récentes précautions de language aux allures schizophréniques destinées à dissocier les Roms des « mesures spécifiques » qui ont été prises... pour les expulser. C’est que, dans ce pays, les magistrats ne rigolent pas toujours avec le Code pénal.

Circulaires de la honte et illégales

Mais dimanche, patatra ! Le site « Le Canard Social » vient balayer cette communication alambiquée en publiant un lot brûlant de circulaires du ministère de l’Intérieur adressées aux préfets. Des circulaires qui abordent la question des « évacuations de campements illicites » en ciblant nommément et expressément les... Roms. La lecture de ces documents n’est pas seulement édifiante, elle est confondante. Ainsi, selon la circulaire datée du 5 août 2010, « il revient donc, dans chaque département, aux préfets d’engager une démarche systématique de démantèlement des camps illicites, en priorité ceux de Roms ». Article 225-1 du Code pénal, quand tu nous tiens... Les Roms ont bien été visés en raison de leur origine ethnique et la traque a été ordonnée par les plus hautes autorités françaises : Eric Besson, Brice Hortefeux et Nicolas Sarkozy. C’est illégal et les premières plaintes seront déposées dès demain, d’autres devraient suivre. Le Conseil d’Etat sera, lui aussi, saisi.

Le summum de l’odieux : la médiatisation

Mieux, ou pire, le summum de l’odieux est atteint dans une autre circulaire, datée du 9 août, qui demande aux préfets de « veiller à informer le directeur adjoint du cabinet du ministre au minimum 48h avant toute opération d’évacuation revêtant un caractère d’envergure, ou susceptible de donner lieu à un écho médiatique ». Comprendre « le temps d’informer TF1 pour faire de belles images ». La volonté de mise en scène du gouvernement sur ces expulsions apparaît clairement, cynique, sournoise, dégueulasse.

Le traitement illégal des populations Roms ne manquera sans doute pas d’intéresser la justice, l’Union Européenne, l’ONU et l’Eglise. Quant à Eric Besson il est injoignable depuis 24 heures. Peut-être est-il déjà en fuite en Amérique du Sud.
par
Peachy Carnehan
Source : Agora vox

Publié dans actualités

Commenter cet article