Sahara Occidental : scandaleux soutien de sénateurs français à l'occupation marocaine

Publié le par dan29000

 

 

Aujourd'hui, un groupe de sénateurs français va soutenir l'occupation marocaine du Sahara Occidental
Communiqué de presse
Amis du Peuple du Sahara Occidental (APSO)

 
Le 15 septembre 2010

Aujourd'hui, un groupe de sénateurs français va soutenir l'occupation marocaine du Sahara Occidental

 

Le voyage des Sénateurs Français au Sahara Occidental occupé a été annoncé quelques semaines auparavant. Une coordination de 11 associations de défense des droits du peuple Sahraoui a, en réponse, fait officiellement une demande d’audience. L'association française Amis du Peuple du Sahara occidental (APSO) a répété les courriers soulignant l'importance de cette demande et appelant à la responsabilité et au devoir d'équité des sénateurs français en visite au Sahara Occidental.

 

Néanmoins, ceux-ci, Jackie Pierre, Bariza Khiari, Catherine Morin-Desailly, M. Cambon, Jean-Pierre Chaveau, Alain Gournac, Claude Jeannerot, Jean-Pierre Plancarde sont aujourd'hui à El Aaiun au Sahara Occidental, et ne vont pas rencontrer les associations de militants sahraouis qui luttent pour l’application du droit international. Les organisations sahraouies que les Sénateurs vont ignorer, travaillent toutes pour la mise en place du référendum que les forces de l’ONU sur le territoire essaient d’organiser. Ces mêmes défenseurs sahraouis du référendum de l’ONU sont qualifiés de « traîtres » par le Roi du Maroc.

Les sénateurs sont guidés par les officiels marocains pendant leur déplacement sur le territoire, et ont affirmé leur soutien à la proposition marocaine d'intégrer le Sahara Occidental au Maroc.

« L'appui des Sénateurs à l'occupation est politiquement imprudent et très contraire à l’éthique. Cela contribue directement à saper les efforts de l’ONU dans la résolution du conflit, par un travail à l’encontre du principe de la consultation du peuple du territoire. Les Sénateurs en refusant de rencontrer ou même de contacter les représentants éminents de la société civile sur le territoire, travaillent directement contre la position officielle de la France, qui soutient de droit du peuple Sahraoui l’autodétermination sur leur pays » a déclaré Marie Frison, présidente d’APSO, qui espère que le Ministère français des Affaires Etrangères va intervenir.

« Ignorer les voix qui travaillent pacifiquement pour le droit légitime à l’indépendance, est un fort regrettable signal à ceux poussent à des méthodes plus radicales contre les occupations illégales dans le monde » a déclaré M.Frison.

Les Sénateurs vont visiter les infrastructures autour de la pêche, du phosphate, de l’eau et de l’agriculture, en refusant d’entendre les explications des autochtones à qui cela a été confisqué, ils vont soutenir la colonisation. Un avis juridique de l’ONU, renouvelé par le Parlement Européen, a déclaré que la poursuite des l’exploitations des ressources naturelles du Sahara Occidental est illégale si les Sahraouis ne sont pas consultés.

Pour tout renseignement, contacter APSO,
APSOlument@yahoo.fr



Amis du Peuple du Sahara Occidental
Le 15 septembre 2010

Monsieur le Sénateur/Madame la Sénatrice

Dans nos deux précédents courriers à propos de votre visite au Sahara Occidental, nous vous avons demandé de rencontrer les représentants de la société civile sahraouie qui s’opposent au Maroc, et revendiquent l’application du droit international, pour la légitime autodétermination du Peuple Sahraoui.

Une coordination des 11 de ces organisations de défenseurs de droits des sahraouis vous a adressé une demande d’audience en vous indiquant tous leurs coordonnées, il vous est donc aisé de les contacter, puisqu’ils vous ont informés de leur disponibilité pour cela.

Nous vous rappelons que le Sahara Occidental est un Territoire Non Autonome, pour l’ONU et selon le droit international, c’est une colonie sous occupation marocaine. La Cour Internationale de Justice dans son Avis consultatif sur le Sahara occidental de 1975, a conclu qu'il ne pouvait établir aucun lien de souveraineté territoriale entre le Sahara Occidental et le Royaume du Maroc. Par conséquent, la Cour a déclaré applicable le "principe de l'autodétermination grâce à l’expression libre et authentique de la volonté des peuples du territoire ". (Rapport de la CIJ, 1975, p.68, § 162). L'occupation marocaine a été condamnée par l'ONU, et aucun état n’a reconnu les revendications marocaines.

« L’autonomie de la région » dont la presse vous attribue le soutien fervent, est une proposition qui va à l’encontre du droit international, à l’encontre de la position officielle de la France, et qui ne constitue en rien une solution au conflit. Cela fait perdurer le statu quo pendant lequel le Maroc pille illégalement les ressources du Sahara Occidental contre la volonté du peuple sahraoui, contre son bénéfice, et cela maintient 200 000 sahraouis en exil avec leur république, dans une situation de survie précaire dépendante complètement de notre aide internationale.

Si lors de votre présence au Sahara Occidental, vous acceptez de ne recevoir de commentaires sur les infrastructures autour de l’eau, l’eau du quotidien, de l’agriculture, de la pêche, du phosphate, que les personnes autorisées par le colonisateur Marocain, sans entendre les remarques et explications des autochtones à qui cela a été confisqué, alors vous soutenez la colonisation.

Cela va à l’encontre de nos valeurs françaises, que vous représentez en votre qualité de sénateurs.
Notre organisation proteste contre cet état des faits, et vous demande encore une fois d’organiser une audience avec les organisations qui vous ont écrit.

L’épouvantail du terrorisme par lequel vous justifiez vos propos, selon la presse marocaine, trouve assurément un lit favorable dans un pays, le Maroc, dont l’impunité internationale cautionne toutes les violations des droits de l’homme, sur la base de la première, la colonisation par la force de la terre de son voisin.

Recevez, madame la Sénatrice, monsieur le Sénateur, nous sincères salutations
Pour APSO et réseau
La présidente d’APSO

Publié par APSO

Publié dans actualités

Commenter cet article