Sans-papiers en grève de la faim au CRA de Lyon

Publié le par dan29000

A Lyon, une pétition de 68 sans-papiers est adressée au directeur du Centre de rétention administrative pour annoncer leur grève de la faim. Ils contestent la décision des juges prolongeant automatiquement leur rétention et réclament leur libération immédiate.
Voici le courrier dans son intégralité :
__________________________________________________________________________

Lyon le 15/10/2009

Monsieur, On vous informe qu'à partir de ce Jour on a entamé une Grève de la Faim, pour les raisons suivantes :

1- Le Gouvernement empêche la CIMADE de faire son devoir selon la loi.

2- On conteste les décisions des Juges, (Bonjour, 15 jours) qui sont basées seulement sur une politique du chiffre, de 28000 expulsés par année.

3 - On conteste les prolongations automatiques sans examiner du tout nos situations administratives.

4- On conteste les fausses informations de reconduites aux Frontières. Nous ne sommes pas du tout informés de notre départ en direction de nos Pays.

5- Certaines personnes sont renvoyées dans des pays qui ne sont même pas les leur, tandis que d'autres sont renvoyées dans leurs pays sans l'autorisation du Consulat des pays concernés.

ON EXIGE NOTRE LIBERATION, ICI, MAINTENANT, TOUT DE SUITE.

6 - On demande l'intervention d'une organisation neutre, pour revendiquer nos Droits selon la Justice, le Liberté, l'Egalité et la Fraternité. La plupart des cas : nous sommes jugées sur la forme et non pas sur le fond.

7 - On demande à la Préfecture de réexaminer nos situations cas par cas.

8 - Certains détenus ont été frappé par la PAF d'autant plus qu'il y avait des mineurs, et nous trouvons cela inhumain, humiliant, il y a de quoi se révolter face à ces actes semblables.

9 - Nous nous plaignons des soins, des médecins. Nous sommes dans un pays laïc, tandis que nos repas ne sont pas cachères, le racisme règne aux centres de Rétentions. La Laïcité n'est pas respectée.

10 - Il faut procéder par une méthode de réadmission des retenus et prendre en considération leurs attachements familiaux.

Signés par 68 retenus du Centre de Rétention Administratif de Saint Exupéry .


Publié dans actualités

Commenter cet article