Scènes de racisme ordinaire dans ce pays où les Mohamed sont pris pour cibles

Publié le par dan29000

 

 

 

 

 

Hier, chez Maximo (à Tournes, dans les Ardennes), Mohamed, lycéen stagiaire renvoyé pour avoir refusé de changer son prénom. Son employeur lui demande de prendre le prénom d’Alexandre « ça passe mieux aux yeux des clients » lui dit-il.

Aujourd’hui c’est à Aix-en-Provence : c’est encore un Mohamed qui voit refuser le soin à sa fille par un ophtalmologiste. Et ce dernier (qu’on n’a pas divulgué son identité !) n’est pas allé par quatre chemins pour le lui dire : « Je ne reçois pas les arabes » ?

Ce médecin aurait ajouté, selon le père de famille, ceci : « Dégagez, vous salissez mon cabinet ! » Des témoins ont confirmé ces propos raciste et xénophobe. Un médecin présent dans la salle d'attente a confirmé les dires de Mohamed. « Je suis Français, mais j'ai une maman qui est d'origine Italienne, et je me sens concerné par ce refus d'accès aux soins », dit- ce médecin témoin de la scène.

Mohamed, cet ingénieur, a déposé plainte au commissariat d'Aix-en-Provence, attend des excuses et des explications de la part de cet ophtalmologiste raciste, que l’ordre des médecins devrait radier définitivement. Car la médecine, ce métier noble, ne devrait pas avoir dans sa branche de racistes, de xénophobes et de propagateurs de la haine comme ce honteux médecin qui n’a rien à faire dans le corps médical.

Et Mohamed ajoute : « Nous sommes de confession musulmane, mais nous avons mis nos enfants dans une école catholique, pour justement qu'ils sentent qu'il n'y a pas de différence entre les différentes religions, qu'on est tous des Français, mais là, malheureusement, j'ai du mal à expliquer à ma fille ce qui s'est passé » !

Sources : RTL.



* L’Association « L’immigration Repère et Citoyenneté - IRC » condamne énergiquement ces agissements d’un autre âge et demande à la communauté arabo-musulmane de France d’y faire face par voie légale. Il convient de déposer des plaintes à chaque fois que ses membres sont exposés à de tels comportements xénophobes. Ce genre de comportement se multiplie de jour en jour en France.

La question que tous « les Mohamed » doivent se poser est celle-ci : Faut-il changer de prénoms et d’écoles pour être accepté dans la société française ? La réponse est non, et mille fois non. Céder à des chantages ou à la peur d’être rejeter, c’est accepter l’humiliation et encourager la xénophobie et à l’islamophobie que veulent propager les marchands de la haine au sein de la société française.

Nous demandons à tous les Français antis racistes de s’élever contre ce genre de comportement qui entache l’image de la France dans le monde.



Chérif BOUDELAL

Président de l’IRC




Publié dans actualités

Commenter cet article