Sea Shepherd toujours en résistance contre les baleiniers japonais

Publié le par dan29000

Sea Shepherd News

 

Sea Shepherd poursuit sans relâche les baleiniers japonais

 


Yushin Maru 2le Yushin Maru 2

Le programme de "recherche" de la flotte baleinière Japonaise prévoit que celle-ci alterne ses "échantillonnages" sur deux zones bien délimitées d’une année sur l’autre.

L’année dernière, la flotte opérait en mer de Ross. La soi-disant "surveillance scientifique" était donc supposée avoir lieu cette année dans les eaux au sud et à l’ouest de la Tasmanie, et à l’Est et au sud de l’Afrique du Sud, ce qui n’est pourtant pas le cas.

Ils ont bien essayé de commencer leur saison meurtrière dans les eaux au sud-ouest de l’Australie, mais les bateaux de Sea Shepherd ont pu les repousser bien plus à l’Est. A 17:00 AEST, le Bob Barker à affronté le Yushin Maru N°3 à 66 degrés et 22 minutes sud, et 179 degrés et 05 minutes Ouest.

Interceptée à 500 milles à l’Ouest de Fremantle en Australie, la flotte japonaise a fui pendant les 30 derniers jours sur plus de 4500 milles nautiques à travers la mer de Ross, loin à l’est de l’Australie. Cela correspond à une moyenne de 150 milles parcourus par jour, laissant peu de temps pour tuer des baleines avec un seul navire harpon disponible, les deux autres étant soit sur les talons des navires de Sea Shepherd, ou à leur recherche.

"On peut dire qu’on a poussé les tueurs de baleines dans leurs retranchements puisque que nous les avons obligés à franchir la ligne de démarcation internationale", à déclaré le capitaine Paul Watson présent à bord du Steve Irwin de Sea Shepherd. "Tout ceci montre bien à quel point leur pseudo agenda scientifique n’est qu’une mascarade, puisque leur soi-disant "prélèvement" doit se dérouler sur deux zones alternatives chaque année. Ce qu’ils font n’a aucun rapport avec de la science et cela n’a jamais été le cas. Et ce n’est même pas une question de profit puisqu’ils sont en faillite. C’est simplement une question d’orgueil. La chasse à la baleine dans l’océan Austral est une entreprise d’un autre âge qui perdure uniquement grâce aux subventions de l’état. Et elle n’a définitivement plus sa place au 21ème siècle."

La campagne de Sea Shepherd “Divine Wind” est plus difficile cette année car la flotte japonaise à été financée à hauteur de 30 millions de dollars grâce à une partie des fonds de secours pour le Tsunami et le tremblement de terre.

"Là où nous finançons nos bateaux pour 1 million de dollars, ils en ont 10 fois plus" déclare le capitaine Alex Cornelissen du Bob Barker. "Ils peuvent compter sur le soutien de leur gouvernement et ils ont littéralement l’autorisation de tuer, car si l’un d’entre nous devait être blessé ou tué, leur gouvernement couvrirait et justifierait leurs actes. Au contraire, notre gouvernement nous condamne simplement pour avoir jeté du beurre rance sur leurs ponts..."

Cette poursuite qui se joue aux confins de nos océans met en jeu cinq bateaux de la flotte baleinière japonaise contre deux bateaux de Sea Shepherd, le Brigitte Bardot ayant été endommagé par une tempête et ayant dû faire demi tour jusqu’à Fremantle en Australie pour être réparé.

La flotte baleinière japonaise n’avait jusqu’à présent jamais dérogé à son soi-disant programme de recherche pseudo scientifique, en abandonnant une aire de surveillance pour une autre. Il semble donc que Sea Shepherd ait sérieusement perturbé ses projets cette année, ce qui leur a couté très cher en carburant. De plus, sur les trois navires harpons de la flotte baleinière, seul le Yushin Maru N°1 se trouve en position de chasser des baleines, les deux autres navires étant occupés par le Steve Irwin et le Bob Barker. C’est grâce à l’utilisation de drones et à dix années d’expérience que Sea Shepherd a ainsi pu forcer la flotte baleinière à se déplacer continuellement, réduisant ses capacités de chasse.

La saison dernière le Bob Barker avait été capable de poursuivre le Nisshin Maru jusqu’en Amérique du Sud, poussant les baleiniers japonais à abandonner leur chasse pour retourner la queue entre les jambes au Japon, avec seulement dix-sept pour cent de leur quota dans les cales.

 

Divine Wind
 

Visitez le site de
l'Opération Divine Wind
pour suivre les informations concernant notre campagne de défense des baleines de l'Antarctique 2011-12

 

Publié dans environnement

Commenter cet article