SNCF : le naufrage d'un train de nuit, ou le naufrage programmé du service public

Publié le par dan29000

 

 

 

SUD Rail

Train Strasbourg - Port Bou : voilà où mènent l’éclatement de la SNCF et l’insuffisance des moyens humains et financiers !



La situation des transports ferroviaires de voyageurs n’est actuellement pas bonne, loin s’en faut ; elle est même parfois catastrophique ! Comme le prouvent les difficultés subies par les voyageurs du train de nuit 4295, partis de Strasbourg dimanche soir pour Port-Bou ou Nice… où ils et elles sont arrivés avec 12 heures de retard !


Les conditions climatiques peuvent, bien sûr, engendrer des dysfonctionnements, mais en aucun cas nous devrions connaître des situations aussi dramatiques, mais pour cela :
la SNCF doit cesser de faire des économies sur l’entretien des voies
la SNCF doit cesser de faire des économies la maintenance du matériel roulant,
La SNCF doit cesser de faire des économies sur le personnel SNCF (conducteurs, contrôleurs, agents dans les gares, agents d’entretien, etc.). 2010 est une année terrible en termes d’emplois puisque 4 000 emplois de cheminots ont été supprimés !


L’organisation en activités séparées, décidée par la direction SNCF, organise ces dysfonctionnements récurrents. Cheminots et matériel (locomotives par exemple) sont ainsi cantonnés dans une activité (Granges Lignes ou TER ou Fret, etc.) au dépens de l’interactivité qui était une des forces de l’entreprise publique SNCF.


Il est aberrant que seul un conducteur de Lyon envoyé en taxi de Lyon à Belfort (pendant que les usagers patientaient) ait pu assurer la relève du train en question parce que les conducteurs disponibles sur Belfort, Besançon,… ne dépendent plus de l’activité Grandes Lignes et ne sont donc plus autorisés à la conduite de ce matériel roulant ! Combien d’heures perdues pour les voyageurs, au nom du dogme libéral de l’éclatement de l’entreprise publique SNCF ?


Dans de telles conditions, il n’est plus possible d’assurer la sécurité et la qualité du service. D’ailleurs, les audits internes sur la sécurité montrent que le système ne fonctionne plus.


SUD-Rail exige du gouvernement et de la direction SNCF qu’ils cessent cette politique où prédomine la logique financière. Cette logique purement financière détruit l’entreprise de service public ferroviaire, en lui refusant les moyens humains et financiers de fonctionner normalement.


Il est temps d’arrêter ce massacre, orchestré par le gouvernement, et de tout mettre en œuvre pour faire fonctionner non seulement en cas d’intempéries mais aussi au quotidien le service public ferroviaire. La solution ne peut être la multiplication, d’actions en justice postérieures à des incidents dont le nombre se multiplient ; d’ailleurs, tous les voyageurs ne pourront pas se permettre d’intenter ces procès. Il faut traiter le problème sur le fond !


Pour SUD-Rail, la SNCF doit d’urgence revoir sa copie concernant le budget 2011, renoncer au découpage de l’entreprise en activités, et arrêter la purge entamée depuis des années ! Ensemble, usagers, élus, cheminots et organisations syndicales, nous devons stopper ce gâchis



Publié dans actualités

Commenter cet article