Solidarité contre l'aéroport de Notre Dame des Landes

Publié le par dan29000

La lutte aux Planchettes contre l’aéroport de Notre Dame des Landes



Les Planchettes c’est le nom d’un lieu dit pas très loin de Notre Dame des Landes situé sur la route qui va de La Paquelais à Fay de Bretagne. Sur la carte du projet d’Ayraultport c’est presque au milieu de la piste. La Gaîté est située à l’Est est au bout et Le Rosier à l’autre bout à l’Ouest.


La maison des Planchettes est habitée par Florent et Marie-Paule. Ces deux personnes sont expulsables depuis le 31 décembre 2009. Leur maison est incluse dans un corps de bâtiment en mauvais état et sur un terrain en friche. Le Conseil Général veut détruire cette maison. L’habitation de Marie-Paule et Florent se dégradant, la Mairie de Notre Dame des Landes avait décidé de les reloger dans l’ancienne poste dans le village même. Au moment de ce déménagement l’allocation logement avait été supprimée. Elle permettait de couvrir le loyer demandé par le Conseil Général propriétaire des lieux. Cet arrêt des paiements a été demandé par le maire de NDL.


La solution du logement dans l’ancienne poste n’était pas prévue pour durer dans le temps. Marie-Paule et Florent ont été contraints/es de revenir vivre aux Planchettes. Mais la machine à expulser et à détruire du conseil Général était lancée.


Le logement s’était dégradé un peu plus. L’eau passait à travers le toit, des carreaux aux fenêtres avaient été cassés. Un collectif s’est constitué pour lutter contre les expulsions et pour occuper les terrains de la ZAD, la Zone à Détruire. Ce collectif a décidé de soutenir Marie-Paule et Florent face au Conseil Général. Cela a été envisagé à deux niveaux :


aider à réparer l’habitation pour que cela soit un peu plus vivable ;


s’opposer aux demandes d’argent du Trésor Public pour payer les loyers en retard. La note s’élevait autour de 700 Euros pour les mois de Mai 2009 à Septembre 2009. La Caf avait arrêté de payer l’allocation logement. Une nouvelle facture pouvait arriver pour les mois d’Octobre à Décembre 2009.


Nous avions envisagé de rencontrer la maire de NDL, que la lettre à Lulu a nommé « M Naud des Landes ». L’assistante sociale a repris le dossier. Une demande de logement a été à nouveau déposée. Elle devrait aboutir en Mai 2010 à Notre Dame des Landes dans un habitat collectif.


Les versements de la CAF ont repris et les anciens loyers ont été payés. Marie-Paule et Florent n’ont pas été informés/es directement. Ils ont appris cela en consultant leur dossier Caf sur le minitel.


Monsieur Naud des Landes, le Maire de NDL, a demandé un droit de réponse à la Lettre à Lulu suite à la publication de l’article sur Les Planchettes. Il était « outré » de ce qui avait été dit sur lui. Quand un « élu doutant » est fâché, il y a vraiment de quoi avoir les jetons, peut-être autant que le Conseil Général a peur de la mascarade mise en scène par ces « élus doutants ».


Aujourd’hui, la question de la dette au Conseil Général semble réglée. Monsieur Naud, Maire de NDL, n’a pas cherché à rencontrer Florent et Marie-Paule. On peut légitimement se demander si ce monsieur n’a pas eu la trouille de nous rencontrer. Il semble qu’il a agi assez vite quand il a su, par l’intermédiaire de l’AS, que nous voulions le rencontrer. Il a fait ce qu’il fallait pour que le scandale n’éclate pas avant la manif du 6 Mars 2010 à Nantes et avant les élections régionales. Le mot d’ordre était : « Pas de vagues ! ».


L’image respectable d’Europe Ecologie luttant contre le projet d’Ayraultport pouvait en souffrir. Monsieur Naud des Landes était présent à tribune avec sa belle écharpe tricolore à la tribune du 6 Mars 2010. Il a ainsi pu se présenter comme à la pointe du combat contre ce projet, Monsieur Propre avait nettoyé l’affaire épineuse des Planchettes.


Le Conseil municipal de NDL a voté à l’unanimité contre la demande de permis de démolir des Planchettes faite par le Conseil Général. La bonne image c’est fondamental, surtout au moment du spectacle électoral.


La maison des Planchettes reste expulsable. La Préfecture peut maintenant prendre un arrêté de démolition puisque les votations sont presque terminées. Le Conseil Général ne voulait pas d’incident avant le vote régional, maintenant les affaires vont reprendre en particulier avec les relevés topographiques sur le tracé du « barreau routier ».


Sur le terrain de Planchettes et ailleurs de nouveaux aménagements ont commencé à se construire. D’autres installations sont en cours sur la ZAD. Le printemps arrivant l’activité sur place sera plus facile.


Quelques liens :


http://nantes.indymedia.org/article...


http://nantes.indymedia.org/article...

 


http://nantes.indymedia.org/article...

 

 

 Source : Camp action climat

Publié dans environnement

Commenter cet article