Stéphane Hessel interdit par le CRIF, l'indignation ne retombe toujours pas

Publié le par dan29000

 

 

 

Hessel interdit par le CRIF : des magistrats contre la pénalisation du « boycott » et de la critique d’Israël

lundi 24 janvier 2011 - 08h:53

Benoist Hurel & Patrick Henriot



L’annulation, à la demande du Crif, d’une conférence-débat qui devait se tenir à l’Ecole normale supérieure sur la question du boycott crée une indignation légitime.
(JPG)
18 janvier 2011, place du Panthéon : S. Hessel, entouré de la palestienienne Leïla Sahid et de Michel Warschawski, opposant israélien

Les motifs de « sécurité », timidement avancés par la direction de l’école pour tenter de la justifier, dissimulent mal la logique du musellement de l’expression publique qui est clairement à l’œuvre sur un sujet - les modes de résistance à la politique d’un Etat - dont il ne pourrait pas être débattu, d’après le Crif, parce que cet Etat s’appelle Israël.

Comment ne pas voir que cette logique de bâillonnement est exactement la même que celle qui sous-tend, précisément, l’exercice de poursuites pénales contre ceux qui, s’inscrivant dans une longue tradition de résistance citoyenne, ont choisi de faire du boycott un instrument de contestation des Etats par les sociétés civiles. Ce que cette annulation révèle, finalement, c’est que, dans une sorte de continuum de la censure, la pénalisation du boycott se doublerait d’une interdiction de la contester.

Comme d’autres, nous avions accepté de participer à la conférence, dont la vocation n’était autre que de soutenir Stéphane Hessel et l’ensemble des personnes aux prises avec la justice pour des faits de boycott. Qu’allions-nous dire à l’Ecole normale supérieure ? Il ne pouvait s’agir de prendre position sur l’« opportunité » de boycotter les produits israéliens, sujet sur lequel nous n’avions bien entendu ni compétences ni qualité pour intervenir.

Il était en revanche évident, pour nous comme pour les organisateurs, que notre propos devait se donner pour objet de contester la « pénalisation » du boycott.

Un mot sur la genèse de cette pénalisation. Un texte de loi, réprimant la « provocation publique à la discrimination envers une nation », a été voté en 1977, sur le fondement duquel peut être réprimé tout appel au boycott d’un Etat. Le nombre de poursuites pour ce type de faits était toutefois extrêmement faible jusqu’à ce que le ministère de la Justice n’invite, dans une circulaire du 12 février 2010, les procureurs à assurer une répression « ferme et cohérente » de ces agissements.

Résultat : plus de quatre-vingts personnes sont actuellement sous le coup d’une procédure judiciaire pour avoir, à des degrés divers, participé à des actions de boycott. (1)

Il fallait donc rappeler une fois de plus que la nécessité de mobiliser la loi pénale ne s’évalue pas à l’aune des intérêts communautaires ou partisans des uns et des autres et que les libertés publiques, au nombre desquelles figure la libre contestation de l’action des Etats comme de celle des hommes, ne sont pas solubles dans ces intérêts.

L’enjeu, qui n’est rien moins que la liberté d’expression, dépasse de très loin le problème israélo-palestinien : des actions de boycott contre des Etats ont déjà été conduites dans le passé à l’égard de l’Afrique du Sud, de la Chine ou de l’Inde. Prisonniers de leur logique, ceux qui, aujourd’hui, traînent les militants propalestiniens devant les tribunaux sont-ils bien certains de vouloir contribuer à l’interdiction, en tous temps et en tous lieux, d’actions qui, un jour, pourraient éclore au service de l’émancipation des peuples et des idéaux démocratiques qu’ils défendent ?

Le boycott ne vise rien d’autre qu’à donner forme, dans une action pacifique individuelle, à une opposition politique élaborée collectivement.

La pénalisation du boycott s’inscrit dans un contexte d’intimidations envers toutes les formes d’action militante individuelles et collectives : les poursuites contre l’auteur du fameux « Sarkozy je te vois », l’explosion des procédures pour outrage et pour refus de prélèvement ADN, les arrestations aléatoires de manifestants, l’invention de la « mouvance anarcho-autonome » présumée « terroriste », les procédures contre des ouvriers victimes de plans sociaux, contre des bénévoles qui viennent en aide aux sans-papiers, contre les sans-logis.

Tel pouvait donc être le sens d’une intervention d’un représentant du Syndicat de la magistrature à un débat dont le principe même serait pourtant insupportable à certains. En dénonçant la mobilisation d’un arsenal répressif antiboycott, il s’agissait de revendiquer une libre voix pour une contestation politique qu’il n’y a, en l’occurrence, aucune raison de pénaliser, quoi que l’on pense par ailleurs de ce boycott en particulier. Bref, pas de quoi se faire traiter d’« ennemi d’Israël ».

(1) Ces tentatives d’intimidations judiciaires frisent le ridicule. Ainsi, j’apprends qu’en janvier dernier des personnes ont été convoquées à la police. Motif : ils avaient reproduit sur leur blog un article de Stéphane Hessel, paru dans la presse des USA. Hessel y disait pourquoi il est en faveur de sanctions contre Israël, et pourquoi il soutient la campagne "BDS / Boycott Désinvestissement Sanctions"

* Benoist Hurel et Patrick Henriot sont secrétaires nationaux du Syndicat de la magistrature

Article recommandé :

-  Israël : la droite s’attaque aux ONG de défense des Droits de l’Homme et pacifistes - 21 janvier 2011

21 janvier 2011 - Transmis par Laurent (Grenoble) - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.lepost.fr/article/2011/0...

Source : info-Palestine

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article

pierre 28/01/2011 13:37



Les explications données dans le monde par la directrice de l'ENS sont limpides.



dan29000 28/01/2011 13:56



il est clair que cette directrice s'est discréditée totalement en cédant aux pressions du lobby sioniste qui sévit un peu partout, mais cette réunion va certainement se tenir dans des locaux plus
dignes d'elle à Paris dans les semaines prochaines, malgré les nuisances du CRIF