Stop à la razzia d'IBM sur le service public ferroviaire

Publié le par dan29000

SUD Rail | Communiqué 26 mars 2010

Stop à la razzia d’IBM sur le service public informatique ferroviaire
SUD-Rail avec les fédérations syndicales cheminotes a déposé un préavis de grève unitaire à la SNCF le 1er avril 2010 pour « Une journée sans Informaticiens »



Nous exigeons l’arrêt immédiat et le retrait du projet ULYSSE ! Depuis début 2010, les informaticien-ne-s cheminot-e-s et des entreprises sous-traitantes qui travaillent pour la SNCF se mobilisent contre le projet ULYSSE qui consiste à livrer la gestion de la sous-traitance des prestations informatiques de la SNCF à IBM. Au-delà du fait que l’entreprise publique SNCF brade sa technologie informatique à une multinationale qui ambitionne de devenir un opérateur majeur de l’informatique ferroviaire, cette réorganisation va entrainer la délocalisation de centaines d’emplois d’informaticiens vers des pays où règne le moins-disant social (Inde, Europe de l’Est,...)


Sur les bassins d’emploi de Lyon, Nantes, Lille et Paris où la SNCF a implanté ses directions informatiques, ce projet entrainera à terme à la disparition de plus de 1000 emplois. Les salariés des entreprises de services informatiques sous-traitantes (SSII) seront les premiers touchés. Curieuse conception, pour une entreprise publique, de l’action citoyenne pour la sauvegarde de l’emploi.


Cette réorganisation a été décidée dans la plus grande discrétion et précipitation par le Conseil d’Administration de la SNCF en janvier 2010 sans consultation préalable des Instances Représentatives du Personnel (CCE, CE, CHSCT). Cette situation constitue un délit d’entrave caractérisé. Le montage économique et financier de ce marché, pour un contrat avoisinant les 1,7 milliards d’€uros, semble d’autre part clairement en infraction avec la législation sur la passation des marchés publics et pourrait-être la contrepartie occulte de la cession fin 2008 des activités logistiques d’IBM à GEODIS filiale du groupe SNCF.


Tant sur la forme que sur le fond, ce projet est scandaleux et néfaste pour les intérêts de l’EPIC SNCF, catastrophique et intolérable pour les salarié-e-s et la préservation de l’emploi dans le secteur informatique en France. SUD-Rail a multiplié les propositions et initiatives dans le cadre de l’intersyndicale unitaire : interpellation des élu-e-s politiques, procédures juridiques dans les Instances Représentatives du Personnel, opérations médiatiques autour du Train de l’Emploi, contacts avec les syndicats des SSII... Si la Direction de la SNCF ne renonce pas à son projet et n’entend pas les revendications des salarié-e-s concernées, cheminot-e-s ou prestataires, nous n’hésiterons pas à amplifier la mobilisation en appelant à la grève reconductible.

Publié dans actualités

Commenter cet article