Stop Castor : répression policière et résistance anti-nucléaire

Publié le par dan29000

 

logopourfacebook-81a03Arrêt d'urgence nucléaire – Action contre le train Castor de déchets nucléaires

 

 

Aujourd'hui, mercredi 23 novembre 2011 en début de soirée, des trains ont été stoppés dans la région de Rouen par des signaux d'arrêt d'urgence disposés sur les rails. Dans un climat de violentes répressions policières1, nous avons ainsi contribué à ralentir le 15e train Castor de transport de déchets nucléaires à destination de Gorleben (Allemagne).

 


Chaque jour, par route ou par rail, des conteneurs irradiants circulent entre les diverses installations nucléaires qui mitent les territoires. Les déchets sont le symbole de l'incapacité à gérer durablement et véritablement les conséquences du grand délire nucléaire. Leurs transports sont leur manière de faire diversion. Déplacer pour créer l'illusion de savoir qu'en faire, « retraiter » pour « recycler » en partie à des fins militaires, enfouir pour camoufler, et surtout, brasser du vent face à l'impossibilité de gérer l'ingérable.

Nous ne pouvions pas rester assis et nous taire face à ce train-train qu'on nous impose à coups de matraques et de menaces répressives.

 

En ralentissant le train Castor, nous espérons que chaque minute perdue soit autant de temps pris pour lever le voile sur ce que l'industrie nucléaire désire à tout prix cacher: ses déchets, le danger qu'elle nous fait subir tous les jours par ses centrales, son essence profondément centralisée et totalitaire... Nous voulons faire parler de l'horreur quotidienne que constitue le système nucléaire. Nous voulons faire taire la propagande de la nucléocratie qui nie sans cesse le danger de leur méga-machine, de Tchernobyl à Fukushima, des mines d'uranium du Niger jusqu'à l'usine de production de plutonium de la Hague. Nous voulons faire de ce trafic mais aussi des suivants, un enfer pour tous ceux et toutes celles qui collaborent à ce monde mortifère. Nous seront toujours là, que ces trains exportent la mort à Gorleben ou ailleurs.

Nous ne sommes pas les seuls aujourd'hui à agir, et demain nous seront plus nombreu-ses-x encore. Ne nous y trompons pas, nous ne revendiquons pas l'arrêt des transports de déchets nuclaires, nous revendiquons l'arrêt immédiat du nucléaire et du monde qu'il engendre.

Arrêt d'urgence nucléaire



Hélicoptères, gaz lacrimogène, grenades assourdisantes, flash-ball, matraques...

 

Publié dans environnement

Commenter cet article

Mitsuko 24/11/2011 10:04


Nous en sommes à la répression policière et résistance anti-nucléaire ...


A qoi bon y réfléchir, nous savons tous qu'il faut SORTIR DU NUCLEAIRE une bonne fois pour toute ...


D'autant que notre Président considère qu'il faut continuer alors qu'il avait déjà dit tout le contraire ... mais Areva est là, et le Président est à sa
botte ...


C'est scandaleux, c'est monstrueux ... J'espère vraiment qu'en 2012, il ne sera pas plébicité, que les Français ont enfin compris que ce n'est pas un bon
Président quand bien même on n'arrête pas de nous dire qu'il monte dans les sondages ... Mais ce n'est pas vrai du tout ...

dan29000 24/11/2011 10:12



Comme nous venons de le voir la semaine dernière, la puissance politique et économique d'AREVA et du lobby nucléaire est sans limite, si hélas il suffisait de virer Sarko et ses amis pour en
finir avec cela, mais l'été prochain avec le PS le nucléaire a encore des beaux jours devant lui, surtout avec des Verts devenus politiciens comme les vieux politiciens, "je fais une croix sur
mon programme et tu me donnes quelques députés", assez minable pour des gens qui défendaient l'idée de faire de la politique AUTREMENT....