Stopper l''aéroport de Notre-Dame-des-Landes : appel à une manifestation d'ampleur

Publié le par dan29000

Stoppons le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes
lundi 2 janvier 2012 

 

 


Cet appel est une proposition qui a été rédigé par le « collectif stop aéroport de Notre-Dame-Des-Landes ». Il est composé d’individus provenant de Nantes, Rennes, St Nazaire, de Vendée, de la ZAD... Le souhait de ce collectif est de réunir, à l’occasion d’une manifestation d’ampleur tous les opposants à l’aéroport. Nous invitons donc tous ceux qui le souhaitent, groupes ou individus, à venir discuter de cette proposition d’appel à manifestation. Nous tenons à préciser qu’aucun des paramètres de cet appel n’est définitif.

Rendez-vous à la salle de la Maison des syndicats, à Nantes, le 6 janvier à 20h.

 


STOP AU PROJET D’AÉROPORT DE NOTRE-DAME-DES-LANDES


UN AEROPORT ?


Le projet d’aéroport à Notre-Dame-Des-Landes est une offensive : C’est 1220 hectares de terres agricoles, 50 exploitations, des dizaines d’habitations et de maisons occupées qui vont être rayées de la carte. Et avec eux, c’est l’histoire de ces vies et de ces terres qui est balayée. Les porteurs du projet sont capables d’assumer un discours sur l’austérité tout en conduisant un projet au coût délirant. Ils promettent une prospérité assurée, une sécurisation du trafic aérien, le tout vernis de garanties écologiques certifiées car c’est d’usage courant d’habiller d’écologie des hectares de béton. Pourtant, on nous rappelle depuis trois ans que la crise de 2008 s’intensifie, qu’elle attaque progressivement nos conditions de vie, qu’elle nous mobilise en profondeur : se sacrifier pour l’intérêt national, travailler plus, être responsable, devenir austère. En même temps, un refus de plus en plus déterminé de notre système économique et politique ne cesse de grandir. En Grèce, en Espagne ou aux Etats-Unis la crise économique s’est transformée en crise de la confiance et en rejet massif des classes dirigeantes. Partout, de Nantes à Madrid, d’Athène à Rome, c’est avec la même arrogance que les structures du pouvoir se jouent des populations qu’elles gouvernent. On croirait presque à une blague quand on voit avec quelle assurance le maire de Nantes injecte des millions d’euros pour installer un canard géant sur la Loire, pour construire une fresque à son effigie, ou pour implanter un aéroport au mépris de milliers de personnes. Il va sans dire que l’image de Nantes semble aux yeux de ses dirigeants avoir plus de valeur que ses habitant-e-s. Si Nantes rayonne c’est au profit de ses hommes et femmes politiques, de son « image de marque » et de ses ambitions internationales. Mais on ne payera pas l’image de Nantes, pas plus que la crise, parce qu’on a des choses bien plus importantes à défendre.

A l’ATTAQUE !

Devant pareil tableau, si nous voulons vraiment arrêter la construction de cet aéroport, nous devons réussir à transformer l’amertume en détermination. Cette même détermination qui pousse des milliers de personnes en Espagne et aux Etats-Unis à occuper des places. Celle qui à travers le monde arabe emporte les populations dans la révolte contre leur dirigeant. La même qui entraîne plusieurs dizaines de milliers d’européen-e-s à lutter dans la vallée de Suse en Italie contre un projet de train à grande vitesse aussi destructeur que celui de l’aéroport. Elle a aussi traversé plusieurs milliers de manifestant-e-s à bloquer physiquement un train de déchets nucléaires dès son départ en France, à Valognes, jusqu’à son arrivée au nord de l’Allemagne dans la région du Wentland. Cette détermination, elle existe dans la région de Nantes. Elle a déjà trouvé les voies de la victoire en empêchant deux projets de centrales nucléaires (Le Pellerin 1981 et Le Carnet 1997). Grâce à des formes de contestations à la fois multiples, rusées et offensives. Elle est présente depuis plusieurs années autour de Notre-Dame-des-Landes, à travers différentes pratiques de luttes : recours juridiques, occupations et cultures des terres, manifestations, blocages, etc. La réalité est bien loin de ce que voudrait faire croire les dirigeants et les industriels. Eux qui essaient de neutraliser toute contestation, n’hésitant pas à procéder à plusieurs perquisitions le même jour pour un peu de fumier sur Vinci, à déclarer que c’est au « karcher » qu’il faut nettoyer les opposant-e-s ou à militariser la zone. Mais la lutte contre l’aéroport n’est pas désertée : sur place il y a celles et ceux qui y vivent et qui y luttent, habitant-e-s, occupant-e-s paysans et paysannes de la zone d’aménagement différée (ZAD). Il y a les collectifs qui organisent la lutte sur Nantes, et enfin il y a celles et ceux sur le reste du territoire pour qui cette lutte résonne et qui la soutiennent là où ils sont. La proposition est donc la suivante : porter un geste de lutte fort, visible et massif, là où, depuis plusieurs mois, l’action les gêne le plus, c’est-à-dire au coeur des institutions nantaises, en encerclant la Mairie jusqu’au retrait du projet.

ENCERCLEMENT

Nous proposons un rassemblement suivi d’une manifestation d’ampleur le samedi 17 mars 2012 à partir de 14h sur la place du commerce à Nantes. Une manifestation dont l’ambition est de réunir toutes les tendances de la lutte contre l’aéroport, regroupées autour d’une idée simple : l’arrêt immédiat du projet. Cette manifestation ne sera pas la plate forme préélectorale de tel ou tel parti politique soucieux de tirer la couverture vers lui. Elle sera plutôt l’expression d’une détermination partagée entre celles et ceux qui ne veulent pas de cet aéroport, une détermination traduite en acte devant les institutions porteuses du projet. Dans cette perspective, la manifestation se poursuivra aux abords de la mairie de Nantes afin de l’encercler, en occupant les carrefours qui l’entourent. Autant de carrefours comme autant de possibilités de rappeler à Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes, et à Jacques Auxiette, président du conseil régional, ce qu’ils sont en train de détruire et celles et ceux qui, jusqu’au bout, leur tiendront tête. Autant de carrefours pour que se retrouvent différentes pratiques de luttes et différentes façons d’occuper l’espace, fortes de leur complémentarité. Ici, des tentes, des cantines, un pique-nique, là des paysans avec ou sans terre déposent des centaines de bottes de paille, à coté un concert fête la destitution des pouvoirs locaux, et enfin plus loin, des structures infranchissables.

 

On l’affirme et on ne le répètera jamais assez : ARRET IMMEDIAT DU PROJET D’AEROPORT A NOTRE-DAME-DES-LANDES

 

Source : BC

Publié dans environnement

Commenter cet article

Mitsuko 05/01/2012 07:58


Et ça continue, encore et encore,


Bien sûr qu'il faut stopper l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ...


Un nouvel appel à une manifestaton d'ampleur pour stopper ce projet qui n'est vraiment pas d'actualité ...


Mais quand vont-ils comprendre ???

dan29000 05/01/2012 08:46



ils comprendront quand la mobilisation sera assez forte pour les faire reculer, et là c'est pas gagné