Strass : Pétition pour que cesse la criminalisation des sex workers

Publié le par dan29000

Communiqué de presse du mardi 20 octobre 2009. 

Le journal en ligne La Dépêche publiait le 17 octobre dernier un article relatant l'arrestation d'une escort, pour racolage sur internet. Jean-Noël Gros, l'auteur de l'article, précisait que cette arrestation avait été rendue possible par l'application de l'article L 225-10-1 de la loi n° 2003-239 du 18 mars 2003, relative à la sécurité intérieure (LSI). Pourtant, si l'on se rapporte à la circulaire d'application de la LSI, datée du 3 juin 2003, le délit de racolage public est présenté comme un moyen de garantir la tranquillité publique, en débarrassant les rues de toutes manifestations sexuelles ostentatoires. Mais la sollicitation des clientes et des clients sur Internet ne s'affiche pas aux yeux des passants. Elle est confinée aux sites spécialisés, qu'on ne consulte pas par accident. On ne voit pas très bien, dans ces conditions, ce qui peut motiver son interdiction, si ce n'est la volonté délibérée d'empêcher les escorts de travailler. 

Or, il n'est pas interdit en France de se livrer à des rapports sexuels tarifés : la loi française ne proscrit pas la prostitution. D'ailleurs, l'État reconnaît bien la prostitution comme un travail puisqu'elle est soumise au régime fiscal. Dans ce contexte, l'affaire toulousaine constitue une violation de l'un des droits humains proclamés dans l'article 23 de la Déclaration des Nations unies de 1948, : le droit au travail. Elle ne paraît choquer personne. Même les plus sensibles au respect des droits humains demeurent indifférents. Il faut croire que la prostitution reste une activité dont il est tellement évident, pour la plupart des gens, qu’elle doit être empêchée, qu’on peut se permettre de vouloir l’interdire en infraction à un droit fondamental, sans prendre la peine de justifier cette position. 

Alors que tous/tes les travailleurs/ses sont confronté/e/s à la situation de crise économique et que les gouvernements font leur possible pour éviter une situation de chômage et de pauvreté catastrophique, la répression du travail sexuel, lequel constitue une solution financière intéressante pour les minorités et les femmes appartenant aux classes populaires, réalise une avancée considérable en s'attaquant à la prostitution via internet. En l'occurence, l'argument de la défense de la dignité humaine, au risque de sacrifier les libertés fondamentales de la personne dont la dignité serait menacée, sensé justifier l'existence du délit de racolage public est difficilement soutenable dans ce cas. En effet, sauf à considérer que proposer des services sexuels sur internet est contraire à la dignité humaine, il n'y a pas de motif qui puisse justifier son interdiction. De plus, les sites de rencontres sur internet servent précisément aux prostitué/e/s à se protéger des dangers liés au racolage de rue (arrestations policières, agressions physiques, vols, humiliation ou encore proxénètes) et, en cela, criminaliser l'usage d'internet entre en contradiction avec les objectifs de la LSI.

Le STRASS exige : 
la cessation de l'hypocrisie du gouvernement français concernant la prostitution. 
la décriminalisation de tout acte sexuel entre adultes consentants.
l’abrogation de toutes les lois sur la prostitution.
le respect des libertés fondamentales des travaileurs/ses du sexe.

Pour signer la pétition, c'est là :


Pour plus d'infos sur le syndicat STRASS, c'est là :


Publié dans actualités

Commenter cet article