Syrie : appel à manifester le 8 mars par un Collectif d'intellectuels et médecins

Publié le par dan29000

 

 

 

Syrie : appel à manifester le 8 mars

Un collectif syrien appelle à manifester le 8 mars, à l’occasion du 48ème anniversaire ducoup d’Etat du Baas, le parti au pouvoir du président Bashar Al-Assad.

 Un groupe, créé sur Facebook et qui réunit plus de 25.000 adhérents, appelle également à manifester contre la « dictature ».

Un collectif d’intellectuel, de médecins et d’avocats syriens appelle « les Syriens à serassembler pacifiquement le mardi 8 mars prochain, après la prière, devant le Palais de justice de Damas, pour réclamer la réhabilitation de la constitution gelée depuis 48 ans, la levée de l’état d’urgence, l’autorisation de fonder des partis politiques et la suppression du ministère de l’Information. »

Dans ce"communiqué N°1", publié par plusieurs sites syriens et repris par les sites libanais, le collectif invite également les officiers de l’armée à« protéger le peuple au lieu de protéger le dictateur qui humilie lesSyriens » et la police à « ne pas décevoir le peuple et à s’abstenirde servir le tyran ».

Pour les Syriens, «quatre douzaines d’années de tyrannie et de dictature suffisent. Il est temps de prouver que le peuple syrien n’est pas moins courageux que les Tunisiens, les Egyptiens et les Libyens, et refuse l’humiliation », affirme le collectif.

Les initiatives de ce collectif et de group sur Facebook qui appelle « à la fin de la dictature», rejoignent les appels lancés par l’ancien vice-président Abdelhalim Khaddam(exilé en France), l’écrivain Ahmed Mouloud Tayyar (exilé au Canada), et desdignitaires tribaux, notamment le chef de l’importante tribu des Terkaoui, Ali Hussein Terkaoui. Adressant au moins trois lettres ouvertes au président Assad depuis le 1er février, ils ont invité le président t à « épargner le pays unbain de sang et à restituer le pouvoir usurpé par le Baas depuis 1963 ».

Le groupe de Facebook,avait déjà appelé à manifester le 4 février contre la "monocratie,la corruption et la tyrannie" en Syrie, mais cet appel n’avait pas été suivi.

POURQUOI LA SYRIE N’APAS BOUGE

« La population ne bouge pas car, si des reproches peuvent être formulés à la gouvernance de Bachar Al Assad, les Syriens adhèrent à sa politique nationaliste de "résistance et obstruction" aux projets impérialistes »,souligne Ignace Leverrier, ancien diplomate, chercheur arabisant surNouvelobs.com. « Il n'existe pas en Syrie de force politique ou syndicale susceptible de lancer et encadrer un mouvement de revendication »ajoute-il.

La « paranoïa ethnique » complique également une révolte arabe dans ce pays, en raison des politiques nationalistes et chauvinistes. En outre, la Turquie et l’Iran qui ont des problèmes kurdes, ne seront certainement pas contents des révoltes en Syrie.

Pourtant, la seule force organisée autour d’un projet politique, ce sont les kurdes, dont lapopulation estimée à 2 millions de personnes, soit environ 10 % de lapopulation syrienne. Ils sont victimes de fortes discriminations fondées surleur identité, et notamment de restrictions frappant l'utilisation de leurlangue dans les écoles et l'expression de leur culture.

« Les kurdes considèrent que les arabes, par sentiment nationaliste, ne se rangeront jamais à leur côté. Tout le monde s'observe donc, et personne n'est disposé à s'exposer le premier en se portant en tête d'un mouvement quelconque qui permettrait aux autres de tirer les marrons du feu » conclue Leverrier.

Le mois de mars correspond au début de la nouvelle année kurde, Norouz (Newroz), fête marquée en mars 2004 par un massacre commis par le régime contre les Kurdes à Qamichli (Est, ville kurde). Au moins 30 kurdes avaient été tués les 12 et 13 mars 2004.

 

 

Source : Mediapart

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article

Mitsuko 06/03/2011 10:33



Bonjour Dan,


Appel à la manifestation le 08 mars (journée de la Femme ...) par un collectif d'intellectuels et de médecins ... bonne idée, sans doute ...


La Syrie semble avoir fort à faire .. J'ai un peu du mal à croire Ignace Leverrier, ancien chercheur qui dit qu'il n'existe pas en Syrie de force politique ou syndicale susceptible de
lancer et d'encadrer un mouvement de revendication ... Cela me paraît tellement incroyable mais la France étant quand même une démocratie, évidemment que j'ai dû mal à envisager que ce ne soit
pas identique dans d'autres pays ... sachant que je découvre que la Syrie se complait dans une dictature ...


Bon dimanche à toi, Dan. Bises.


Mitsuko



dan29000 06/03/2011 10:54



je pense qu'il a raison, il y a de nombreux pays où il n'y a aucune structure syndicale ou parti politique d'opposition, que cela soit dans le monde arabe ou en Afrique...