Tarnac : Nouvelle arrestation, la SDAT s'acharne encore dans un dossier vide

Publié le par dan29000

 Tarnac: " Les policiers ont braqué un enfant de quatre ans "

Après la publication par Libération il y a quelques semaines d'une contre-enquête sur l'affaire des inculpés de Tarnac où il apparaissait que le dossier était vide et que le juge Fragnoli avait de sérieuses tendances à instruire uniquement à charge, la SDAT joue de nouveau les cowboys de série B au petit matin. L'interpellé ne serait même pas accusé d'avoir participé, de près ou de loin aux faits, mais simplement d'avoir été dans "la mouvance" de Coupat. Habitant tous les deux dans ce petit village qu'est Tarnac, cela donne envie de sourire devant une telle accusation. 

L'affaire qui date maintenant d'un an n'a cessé de se dégonfler de jour en jour malgré les fantasmes ridicules de MAM. Un tel vide et de telles méthodes policières sont consternants de stupidité.

Ci-dessous un article paru mardi dans LA MONTAGNE.FR /

                 ____________________________________________________________


 L 'avocat de Christophe Becker, interpellé ce matin à Tarnac, dénonce les méthodes de la police antiterroriste.

Jérémie Assous est l'un des avocats qui assure désormais la défense des « Neuf de Tarnac ». Manon Glibert, l'une des mis en examen dans cette affaire, lui a demandé d'assurer la défense de Christophe Becker, son mari, interpellé ce matin à Tarnac. Ce dernier ne pourra voir son avocat qu'à l'issue de sa garde à vue dont la durée a été fixée à 72 heures.

Que savez-vous sur l'arrestation de ce matin ?

« Ils (les policiers de la sous-direction antiterroriste, NDLR) ont cassé la porte de l'appartement ce matin à 6 h 30. Ils ont procédé au placement en garde à vue de Christophe Becker. Ils ont procédé à une perquisition lors de laquelle ils ont tout retourné dans l'appartement. Face à la peur et à l'angoisse des enfants, notamment du petit de 4 ans, ils ont eu comme réaction pour le calmer de le braquer. Comme si braquer un enfant de 4 ans pouvait le calmer. C'est la deuxième fois qu'ils procèdent de la sorte alors que les coordonnées de M. Becker, ils les ont dans le dossier depuis de nombreux mois. Une simple convocation aurait permis d'obtenir le même résultat ».

Cette interpellation n'est pas un hasard, selon vous ?

« Ce qui est intéressant, c'est que ça tombe pile la veille d'une réunion où nous sommes, nous avocats de la défense, invités par certains députés à l'Assemblée nationale [...] Pile la veille d'un article qui devrait être publié demain dans le Canard Enchaîné qui met en cause la version policière. Mais aussi, l'avant-veille d'un article qui doit être publié dans le Nouvel Observateur. Et surtout, un mois presque, jour pour jour, après qu'on ait déposé sur le bureau du juge d'instruction, une note qui démontre le fait que Julien Coupat et Yldune Lévy n'étaient pas présents à Dhuisy là où l'une des voies ferrées du TGV est a été sabotée.

La réaction du juge Fragnoli, plutôt que d'instruire à décharge et d'exploiter les éléments qu'on lui soumet, c'est de procéder à de nouvelles arrestations. C'est strictement similaire à ce qui s'est passé plus tôt cette année à la suite de certaines remises en liberté avec l'arrestation de "proches" de Julien Coupat (*).

Le juge Fragnoli n'est pas prêt à procéder à une reconstitution de la nuit des événements, les lieux étant soi-disant trop loin. Mais il est prêt à envoyer des policiers à 430 km de Paris pour placer quelqu'un en garde à vue ! »

Pour vous, tout cela est ridicule ?

« Quand on pense qu'on en est à auditionner, notamment la jeune fille au pair que Julien Coupat a eu, il y a 22 ans, [...] Si on en est là. Si une instruction antiterroriste ne propose rien d'autre, mieux vaut effectivement la suppression du juge d'instruction ».

(*) Ce fut le cas notamment de Tessa, membre du comité de soutien de Paris, interpellée le 28 avril, puis relâchée sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elle.

                ________________________________________________________

POUR PLUS D'INFOS SUR LE DOSSIER /

Tarnac : Yildune Lévy parle dans "Le Monde"

Tarnac, une affaire qui rime avec arnaque...gouvernementale


Publié dans actualités

Commenter cet article