Taser : SMP Technologies débouté par la cour d'appel de Paris

Publié le par dan29000

La cour d’appel de Paris vient de débouter SMP Technologies, importateur du Taser en France, de sa plainte contre le RaidH, organisation de défense des droits de l’homme.

SMP Technologies, l'importateur français du pistolet paralysant Taser, a été débouté en appel de l'action en justice qu'il avait engagée contre le Réseau d'alerte et d'intervention pour les droits de l'Homme (RaidH).

L’entreprise poursuivait l’association pour “dénigrement de la marque Taser” et “dépassement des limites de la liberté d’expression”. Elle réclamait 50000 euros de dommages et intérêts. “Cet argent serait intégralement reversé à des associations humanitaires”, promettait Antoine Di Zazzo, directeur général de SMP Technologies, joint par téléphone avant le rendu du jugement.

La société poursuivait des propos et une affichette publiés en avril 2007 sur le site de RaidH. L’association attribuait au Taser, qualifié de “dernière gégène au pays des droits de l’homme”, la mort de 167 personnes. Elle publiait aussi un prospectus intitulé "Electrochoc", appelant à la soirée anti-Taser du 21 avril 2007.

La cour d'appel a intégralement confirmé le jugement d'octobre 2008, dans lequel SMP Technologies état déboutée de l’ensemble de ses demandes et devait payer les frais de justice. Elle a estimé que le RaidH avait "agi dans le cadre (...) d'un débat d'intérêt général et d'une expression politique, militante et polémique, en disposant d'une base factuelle suffisante, sans excéder les limites admissibles du droit de critique d'un produit".

Le tribunal précisait en première instance que “les propos du RaidH doivent être replacés dans le cadre global d’un rapport documenté et explicatif de 25 pages” et ne sont pas assimilables à un abus de la liberté d’expression.

Procédures systématiques

SMP Technologies avait déjà poursuivi des détracteurs du Taser à plusieurs reprises, mais a toujours été déboutée de ses demandes.

La société avait ainsi attaqué Amnesty International après la publication d’un communiqué intitulé “Vente de taser sur Ebay.fr : la France n’est pas à l’abri d’introduction illégale de Taser”, en mai 2007. L’information selon laquelle on pouvait se procurer un TaserX26 sur ce site était en fait erronée.

Amnesty international ajoutait que 220 personnes étaient mortes après avoir été touchées par cette arme. L'organisme a rencensé tous les cas de décès après utilisation d'un Taser aux Etats-Unis. Et comptait, en s'appuyant sur des rapports d'autopsie, 330 morts fin 2008.

SMP Technologies a également été déboutée lorsqu’elle a attaqué le Taser festival, organisé par l’association Témoins les 25, 26 et 27 janvier 2007 à Lyon.

Même résultat en novembre 2008 contre Olivier Besancenot, poursuivi pour diffamation. Le leader de la LCR avait écrit sur son blog en juin 2007 que le pistolet à impulsion électrique “aurait probablement fait taire plus de 150 personnes aux Etats-Unis”. Il avait aussi déclaré au quotidien 20 minutes que “dans le meilleur cas il y a des doutes. Dans le pire, le Taser peut tuer”. Le tribunal avait estimé que les propos d’Olivier Besancenot, s’ils n’étaient étayés que par des coupures de presse, n’étaient pas diffamatoires.

Pour la première fois, contre le RaidH, l’importateur français de Taser est allé jusqu’en appel. Antoine Di Zazzo explique que “le RaidH est allé trop loin”. Il réfute l’idée que le Taser puisse tuer, tout en admettant “qu’une interpellation coercitive est forcément lourde de conséquences”. Pour lui, c’est donc le stress provoqué par les arrestations qui peut expliquer les crises cardiaques des interpellés, non l'arme en elle-même.

En septembre 2009, le Conseil d’Etat annulait le décret autorisant les policiers municipaux à utiliser des Taser, faute de formation suffisante. La juridiction a considéré que “les particularités de cette arme d’un type nouveau imposent que son usage soit précisément encadré et contrôlé”. En mai 2010 cependant, un nouveau décret fixant des conditions de formation supérieures a permis la réintroduction de l’arme chez les policiers municipaux.


Source : Les inrocks

Publié dans actualités

Commenter cet article

VoronoV 30/11/2010 11:13


Bonjour à tous ! SMP Technologie n'a plus la distribution de la marque Taser en France depuis le 1er septembre : Taser International leur a retiré la licence exclusive. Voir
http://www.taser.com/Pages/international_inquiries.aspx, SMP Tech n'apparait pas. Voir taser.fr : http://www.taser.fr/contact/contact/contact.html Merci de corriger le tir ! VoronoV.


dan29000 30/11/2010 13:22



 Voila, Voronov, on corrige le tir (de taser),d'habitude on ne prend pas le temps de vérifier les désinformations envoyés dans les commentaires, mais vu l'actu, on l'a fait :


SMP TECHNOLOGIES
30 Rue PERGOLESE
75016 PARIS
Tel: 01 45 00 40 83
Fax: 01 45 00 41 83
Mail: info@smptechnologies.f
Nos lecteurs peuvent se rendre sur ce site, afin de vérifier l'info :


http://www.smptechnologies.fr/accueil.php