Texas : la barbarie légale, Hank Skinner va mourir ce soir

Publié le par dan29000

n473538565300 4699

Le Texas veut éxécuter le mari d’une Française


Française, Sandrine Ageorges, n’en est pas moins la représentante internationale de la Coalition texane pour l’abolition de la peine de mort. Depuis le 23 décembre dernier, elle tient la Chronique d’une mort programmée, celle d’Hank Skinner, son mari, actuellement enfermé jour et nuit, seul, la lumière allumée 24h/24, dans une cellule de 4m2.

Condamné à mort en 1995 pour un crime qu’il nie avoir commis, Hank Skinner, aura 48 ans le 4 avril 2010. Il fait partie des 10 condamnés à mort que le Texas a prévu d’éxécuter d’ici juillet 2010.

Il aurait déjà du être éxécuté ce 24 février 2010. C’était le jour de l’ouverture du congrès mondial contre la peine de mort, où intervenait Sandrine Ageorges.

L’éxécution a été reportée d’un mois, et est prévue ce mercredi 24 mars. Hank Skinner réclame la commutation de sa condamnation en peine de prison à perpétuité afin de parvenir à démontrer son innocence.

Il réclame une expertise génétique : ni la police, ni la justice, n’ont jamais vérifié si son ADN correspondait aux traces laissées par le meurtrier, au motif qu’il avait déjà été jugé, et que la justice à l’époque n’avait pas estimé nécessaire d’y procéder.


Un coupable idéal

Dans les années 90, Hank Skinner était devenu la bête noire du bureau du shérif et du procureur local : fervent défenseur des droits des prisonniers, il venait en aide aux détenus, avait contribué à des plaintes de prisonniers concernant les conditions de détention, et accordé de nombreuses interviews sur la façon qu’avait le shérif de violer leurs droits.

Le 31 décembre 1993, Hank, qui avait absorbé un cocktail de Vodka et de Xanax (codéine, qui a un effet sédatif, et à laquelle il était allergique), tombe dans un état comateux. Faute de pouvoir le réveiller, l’ami venu le chercher pour fêter le réveillon ne partira qu’avec Twila Busby, la petite amie de Hank Skinner, et ses deux fils de 20 et 22 ans.

Dans la soirée, l’oncle de Twila, particulièrement saoûl, un homme violent qui l’avait déjà violé deux fois, ne cessa de la harceler, au point qu’elle décida de rentrer. Peu de temps après, elle est battue à mort, frappée à la tête à 14 reprises avec un manche de hache, et étranglée, ses deux fils poignardés.

Miraculeusement, Hank Skinner, lui, n’a rien, mais son état est toujours pitoyable : incapable de tenir debout lorsque la police vient le chercher (voir la photo), on serait en droit de douter qu’il ait pu trouver la force d’assassiner ainsi trois personnes d’affilée.

A contrario, et avant même de s’être rendu sur place, le shérif n’en désigne pas moins Hank Skinner comme principal suspect, et demande qu’il soit arrêté, avant de mener une enquête exclusivement à charge, omettant par exemple de s’intéresser aux traces de botte de taille 46 retrouvées dans la mare de sang (Hank chausse du 42).

Signe des défaillances de l’enquête, la police ne prit même pas la peine d’interroger l’oncle de la victime qui, pour seule réaction lorsqu’il apprit que sa nièce et ses deux fils venaient d’être assassinés, se contenta d’aller nettoyer les moquettes intérieures de sa voiture à grandes eaux.

La voisine de Hank Skinner, dont le témoignage plaidait contre lui, a depuis expliqué qu’elle avait témoigné à charge et sous la pression des policiers, parce qu’ils voulaient l’accuser de complicité au motif qu’Hank Skinner avait trouvé refuge chez elle dans la nuit, qu’elle avait donc cherché à le cacher.
Son avocat, commis d’office ? Son ancien ennemi

Dans son malheur, et non content d’avoir le shérif contre lui, l’avocat commis d’office de Hank Skinner, Harold Comer, ne fut autre que l’ex-procureur qu’il avait précédemment combattu, et dont il avait à plusieurs reprises dénoncé les méthodes douteuses d’accusation…

Entre-temps, Comer avait été destitué de son poste de procureur pour avoir déposé sur son compte personnel 10 000$ confisqué à un dealer. En échange du remboursement de ladite somme, il ne fut pas condamné, mais autorisé à exercer le métier d’avocat.

Persuadé de la culpabilité de Skinner, Comer défendit d’autant moins bien son ancien adversaire politique qu’il devait donc plaider sa cause devant l’Etat du Texas, envers qui il était redevable, et qui le lui rendit d’ailleurs fort bien, comme s’en indigne Sandrine Ageorges-Skinner, pour qui la condamnation de son mari est un mélange sordide de politique (au Texas, l’accès aux tests ADN n’a quasiment jamais été accordé aux condamnés à mort), voire même de corruption :

Comment accepter que l’avocat commis d’office pour son procès n’était autre que l’ancien avocat général du Comté, démissionnaire pour avoir détourné des fonds issus des saisies de dealers locaux, qui conserve le droit d’exercer en contrepartie de sa démission et qui est remplacé par son propre assistant pour le procès ?

Que penser de ce même avocat commis d’office qui a touché les honoraires les plus élevés jamais versés au Texas pour représenter un accusé passible de la peine de mort, montant correspondant quasiment au dollar près à l’amende qu’il devait régler au fisc, faute de quoi il serait allé en prison ?

En 1995, Hank Skinner était condamné à mort.
La femme du condamné

Abolitionniste depuis son adolescence, Sandrine Ageorges (voir le portrait que lui consacre Le Monde) a commencé à correspondre avec lui en 1996, avant de devenir sa femme, en 1998, afin de porter son combat.

Depuis 20 mois, elle n’a plus le droit de le voir : “L’administration carcérale se méfie, explique Sandrine. Nous n’avons cessé de dénoncer les conditions de détention des condamnés.“.

Enquête à charge, procès bâclé, avocat (commis d’office) déficient, elle dénonce un grand nombre d’incohérences, et d’irrégularités :

Aucune preuve matérielle n’a été présentée lors du procès.

La théorie de l’accusation reposait uniquement sur un témoin qui s’est ensuite récusée. Elle a expliqué comment elle a été menacée et a du fournir une fausse déposition à la police et un faux témoignage basé sur un script fourni par le bureau de l’avocat général lors du procès.

Les deux expertises scientifiques effectuées avant le procès le disculpe.

Les deux expertises scientifiques effectuées pendant ses appels le disculpe également.

Les analyses scientifiques confirment son incapacité physique à se tenir debout ou à marcher à l’heure des crimes.

L’état détient les preuves non-expertisées qui peuvent prouver son innocence. Ses requêtes pour les tests ADN ont été rejetées alors qu’il a toujours proposé de les payer.
En attendant l’éxécution

«Tous les éléments dans cette affaire portent à croire que le Texas s’apprête à tuer un innocent», estime Laura Aubert, chargée de cours à l’École de criminologie. «Aussi étrange que cela puisse paraître, les armes du crime, un nécessaire à prélèvements vaginaux, les ongles d’une des victimes et une veste d’homme retrouvée sur la scène et tachée de sang n’ont jamais été analysés».

Le sang sur le couteau utilisé par le meurtrier, tout comme les cheveux trouvés dans la main de la victime, n’ont pas été analysés, pas plus qu’il n’a été effectué d’examen pour vérifier si elle avait été violée, alors qu’elle était à moitié nue et que tout porte à le croire : “Que penser d’un dossier dans lequel la majorité des échantillons prélevés sur le lieu du crime n’a été testé ni pour le procès, ni lors des appels ?“, plaide Sandrine Ageorges-Skinner :

Que penser du peu d’expertises effectuées qui le disculpent ?

Comment accepter que la technologie disponible de nos jours peut simplement et rapidement confirmer son innocence, mais qu’aucun tribunal n’accepte d’autoriser la défense à effectuer des tests privés ?

L’appel de Hank Skinner a été rejeté par la Cour d’appel du Texas. Son exécution est donc prévue pour mercredi prochain à minuit heure française. Ensemble contre la peine de mort appelle tous les citoyens et organisations à venir manifester devant l’ambassade des Etats-Unis à Paris, ce merdredi 24 mars, place de la Concorde, à 17h.

Un jour viendra où la justice acceptera forcément et enfin d’effectuer les tests que réclament Hank Skinner depuis des années, et l’on saura alors si, comme il le laisse entendre, l’oncle de Twila était bien son meurtrier. L’oncle en question est depuis décédé, il ne pourra donc jamais s’en expliquer. La question est de savoir si Hank Skinner sera toujours en vie lorsque l’on apprendra la vérité.


A noter, enfin, que contrairement à ce qui se passe dans un nombre croissant d’Etats aux USA, la justice française interdit elle aussi aux personnes condamnées d’effectuer des contre-expertises scientifiques ou génétiques des personnes condamnées, au motif que la chose a été jugée, et quand bien même aucune expertise n’ait été effectuée lors du procès.

Aux Etats-Unis, a contrario, l’Innocence Project a libéré 251 innocents de prison, en démontrant que leur ADN n’était pas celui que le véritable coupable avait laissé sur la scène du crime.

Depuis 1973, aux USA, 139 condamnés à mort ont été libérés parce que leur innocence avait finalement été démontrée. Neuf autres condamnés n’ont pas eu cette chance : leur innocence ne faisait pas de doute pour leurs défenseurs, ils n’en ont pas moins été éxécutés, dans le Texas pour cinq d’entre-eux.

L’un des derniers à avoir été innocenté, Cameron Todd Willingham, lui aussi condamné à mort, dans ce même état du Texas, pour avoir prétendument tué ses trois fillettes, n’a pas pu être libéré : lorsque les preuves de son innocence ont enfin été réunies, il avait déjà été éxécuté.

Il n’avait pourtant cessé de clamer son innocence, jusqu’à ses derniers mots, consultables sur le site web du Texas Department of Criminal Justice, qui répertorie non seulement la liste des personnes éxécutées, mais également leurs derniers mots :

 

jean.marc.manach (sur Facebook) & @manhack (sur Twitter)

 

Source : LE MONDE


Publié dans actualités

Commenter cet article