Toni Negri : l'Europe est une multitude civile

Publié le par dan29000

 

 

 

L'Europe est une multitude civile

 


Tout le monde, il y a une dizaine d'années, s'écharpait pour savoir si les Européens constituaient un peuple. A la fin, on convenait que cela n'était pas le cas, et qu'il fallait par conséquent le construire. A l'époque, personne n'a pensé que s'il était impossible de qualifier de "peuple" cette multitude européenne, ce n'était pas une catastrophe. Parce que la condition qui manquait, ce n'était pas tant un territoire ou une culture communs qu'un gouvernement qui réussisse à transformer la multitude en identité, en nation. Mais était-il donc à ce point impensable que la multitude demeure en l'état - une riche multiplicité de singularités, un ensemble de subjectivités puissantes ?



Ne pouvait-on au contraire inviter ces singularités à construire une organisation démocratique commune au sein de laquelle les rencontres soient productives, les conflits prévalant sur les relations de pouvoir consolidées, les communications soient réparties de manière égalitaire, et tous puissent jouir de la même manière des libres expressions de la production économique et culturelle ?

Si je rappelle tout cela, c'est, je crois, qu'il faut au contraire définir l'Europe à venir comme une "multitude civile". Et dire avec force que cette "composition" ne peut apparaître comme impossible qu'à tous ceux qui excluent de la définition de la société politique la multiplicité et les singularités, et dont on peut se demander jusqu'où va leur fibre démocratique.

Je relisais le poète Henri Michaux récemment. Il y a, pour dire cette autre manière de penser l'Europe et la politique, une expression que je lui emprunte : une Europe "par des traits". Une Europe comme peuple-à-venir, aurait dit aussi Gilles Deleuze : faite de formes singulières et concurrentes - qui courent ensemble et concourent au même projet, et non pas qui se font la guerre. Les politiques et les expressions artistiques, les productions de richesse et de culture, les rencontres et les affrontements se définissent alors sur une scène que certains, poussés par le désir de dire le monde, définissent comme "biopolitique" - parce que désormais, la politique investit la vie tout entière.

Or si nous décidons de demeurer en dehors de l'identité qu'un souverain - redéfini à l'échelle européenne - pourrait vouloir nous imposer, alors chacun de nous devient du même coup un "barbare" dans son pays - un étranger mais aussi un homme libre. Barbare : là encore, c'est Michaux qui résonne derrière les mots.

Alors : oui, c'est sans doute plus facile à dire et à penser pour un Italien, devant le spectacle grotesque auquel la politique de son pays le voue. Mais un Français, devant certaines provocations comme celles de la création d'une Maison de l'histoire de France, un Allemand ou un Espagnol, face à leur histoire au XXe siècle, ne devraient-ils pas, eux aussi, se sentir heureusement "barbares" ?

La scène européenne, pour aller de l'avant, doit miser sur l'hybridation des singularités, sur l'ambiguïté créative de tous les barbarismes. Quand les festivals artistiques se présentent avec cette passion des masques, des croisements, des contaminations et des échanges, alors, sans doute, un peu d'Europe a été construite.
Texte écrit pour le festival Reims scène d'Europe, qui se termine le 18 décembre.


Toni Negri, philosophe
Source : Le Monde

Publié dans actualités

Commenter cet article