Toulouse, CREA : expulsion ce mardi matin de 40 personnes

Publié le par dan29000

C'est quoi ce raffut ?


    C'est le bruit des bottes qui viennent écraser les espaces de liberté
qui suffoquaient déjà. C'est l'expulsion maintenant et manu militari par
la justice et son bras armé, la police, du CREA-CSA au 70 allée des
demoiselles. Pour 40 personnes, dont 15 gamins, c'est : « plus de
maison, plus de toit, ce soir démerde toi ! ».

    Depuis avril 2011, on avait fait d'un bâtiment vide, un bâtiment
vivant. Le 70 allée des demoiselles c'était un vrai lieu de vie, un
centre social autogéré avec des activités, des ateliers, une piscine, un
lieu de rencontres, de concerts, un lieu d'organisation, de solidarité
et d'entraide. Dans cet espace libéré, on s'amusait, on se cultivait,
bref on vivait bien sans que ça coûte walou à personne. Sauf que lorsque
l'autogestion fonctionne et coûte que dalle, pour le grand capital,
c'est mal! Et ses ardents défenseurs, les pouvoirs publics, sortent
l'artillerie lourde pour nous dégager.

    Pour nous, pas question de se laisser faire, notre maison on la
défend ! En barricadant notre bâtiment et en se rassemblant certes, mais
aussi en interpellant la mairie, la préfecture, le ministère des
affaires sociales, notre cher propriétaire, et le ministère du logement.
Leurs réponses : l'expulsion. Ou l'expression du mépris le plus profond
pour toute une partie de la population. Réprimer la pensée et punir
l'acte, c'est la symphonie du moment.

    Pour les pouvoirs publics, mieux vaut virer tout le monde ! C'est
qu'ils sont pressés d'ouvrir un hypothétique centre d'hébergement pour
SDF. Coût de l'opération : 500 000 euros de fonctionnement à l'année et
quelques millions d'euros de travaux. Centre d'hébergement mystère dont
personne n'a entendu parlé et surtout pas les principaux intéressés...
Alors, un projet top secret ? Ou une pigeonnade de plus de la part d'un
État qui ferme les centres d'hébergement d'urgence à tour de bras faute
de budget ? On vous laisse seul⋅e juge de cette pantalonnade, en
attendant, nous on en rit... jaune.

    Parce que se faire expulser de sa maison sous des prétextes
fallacieux, ce n'est pas une blague. La violence de l'État qui remet les
gens à la rue et s'en lave les mains après, ce n'est pas une blague non
plus. Le cynisme d'un projet d'un centre d'hébergement ici, où l'État se
vante de panser la misère qu'il engendre ne nous fait pas rire du tout.

    On défend notre maison, notre lieu de vie, nos choix de vie aussi face
à des forces armées qui veulent nous écraser et nous faire taire. Ce
bâtiment qu'on a libéré de la spéculation, dont on a rendu l'usage à
toutes et tous, l'État, sa justice et ses keufs veulent nous en virer et
ça te concerne aussi !

ILS NE NOUS FERONT PAS TAIRE, ON CONTINUE ! LA FORCE EST AVEC NOUS !
TOUT POUR TOU⋅TE⋅S, POUVOIR AU PEUPLE !

Assemblée générale ce soir à 19h à la Chapelle, 36 rue Daniel Casanova,
métro Compans  ou Canal du Midi.

Le CREA et des membres de la campagne Zéro personne à la rue

creatoulouse.squat.net // creatoulouse@squat.net

Publié dans actualités

Commenter cet article