Toulouse : enfermement des enfants étrangers, entretien avec Léo Claus de la Cimade

Publié le par dan29000

Le “grand n'importe quoi” de l'enfermement des enfants étrangers à Toulouse

 


CimadeSOCIÉTÉ. Plus de 60 000 étrangers ont été enfermés en 2010 dans les 27 centres de rétention français de métropole et outre-mer. C'est deux fois plus qu'il y a onze ans, soulignent France Terre d’Asile, l’Ordre de Malte, le Forum réfugiés et l’Association service social familial migrants dans leur rapport commun.

A Toulouse le centre de rétention administrative (CRA) de Cornebarrieu en service depuis 2006  a pour "particularité" de pouvoir accueillir des familles avec des enfants mineurs. Une situation contraire à la Convention européenne des droits de l’homme et à la convention internationale des droits des enfants.

Léo Claus coordinateur de la Cimade à Cornebarrieu s’alarme des conséquences de l’enfermement des mineurs sous prétexte qu’ils accompagnent leurs parents.

 

Entretien 

:

LibéToulouse : la particularité du centre de rétention de Cornebarrieu est de pouvoir accueillir des familles. 

Léo Claus : C’est exact. Ce n’est pas le seul en France. La Cimade n’a jamais cessé de dire qu’un centre de rétention est un lieu d’enfermement et que ce n’est pas la place d’un enfant. La Préfecture a peur que les personnes sous le coup d’une mesure de  reconduite à la frontière soit tenté de disparaître du jour au lendemain. C’est pour cette raison qu’elle place des personnes en rétention afin de prévenir les risques de fuite.
Dans le cas d’une famille ce n’est pas pourtant pas le cas du fait notamment de la scolarisation des enfants. Ces familles pourraient être assignées à résidence au lieu d’être placées en rétention. D’autant plus qu’elles sont très rarement expulsées du fait de la mobilisation d’associations comme le Réseau éducation sans frontières (RESF) mais aussi d’un nombre croissant de juges qui se refusent à valider les mesures d’expulsion concernant  les familles.
L’enfermement est traumatisant et destructeur pour les enfants et leurs parents. L’administration n’a jamais voulu reconnaître l’énormité du  coût humain pour des enfants témoins aux premières loges du choc que l’interpellation et la privation de liberté de leurs parents génère. Ces moments là resteront sans doute à jamais inscrits dans leur mémoire. C’est du grand n’importe quoi !  

En principe, le droit français ne protège-t-il pas les enfants contre toute mesure d’éloignement ?  

Léo Claus : Un enfant placé en rétention n’a pas de statut légal. Un adulte placé en rétention est identifié. Il est inscrit avec un numéro de retenu.  Pas les enfants. Ils sont juste enregistrés en tant qu’ "accompagnants des parents".

 

Vous avez constaté en 2010 l’augmentation du placement en rétention administrative d’un seul parent, généralement le père... 

Léo Claus : La pratique administrative consistant à placer le père de famille au Centre de rétention puis à l’expulser se répand. Le parent demeurant en France avec les enfants est ainsi fortement incité à quitter le territoire à son tour ou contraint d’attendre dans la précarité le retour hypothétique de son conjoint.
En ce moment il y un père de famille tchétchène retenu depuis 17 jours à Cornebarrieu tandis que sa femme et ses trois enfants sont restés à Montauban. L’administration pense sans le dire que s’il est expulsé vers Moscou, le reste de la famille suivra. En 2010, 24 pères de famille ont étés placés seuls au CRA de Cornebarrieu, tandis que le reste de la famille également en situation irrégulière, était présent sur le territoire.  

Quelles sont ces familles placées à Cornebarrieu ?

Léo Claus : Elles viennent pour l’essentiel d’Europe de l’est. Arménie, Azerbaïdjan, Tchétchénie, Roumanie, Kosovo.

Propos recueillis par Jean-Manuel ESCARNOT

 

 

Source : Libération

 

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 22/01/2012 19:28


Toulouse : enfermement des enfants étrangers, entretien avec Léo Claus de la Cimade ...


Le "grand n'importe quoi" de l'enfermement des enfants étrangers à Toulouse.


A Toulouse, le centre de rétention adminitrative (CRA) de Cornebarrieu en service depuis 2006 a pour "particularité" de pouvoir
accueillir des familles avec des enfants mineurs.


Tout cela est assez difficile à comprendre et c'est vraiment dommage ...


 

dan29000 22/01/2012 20:14



Ce qu'il faut comprendre,  c juste qu'à une époque, le fait d'avoir des enfants, pour un couple, pouvait être une option pour ne pas être enfermé dans un CRA, c fini maintenant, les enfants,
les malades ou handicapés, tout sont chassés, parqués, par les Hortefeux et Guéant sur ordre de l'Elysée...