Tunisie : Boris Boillon, "petit Sarko", nouvel ambassadeur français arrogant et dédaigneux

Publié le par dan29000

 

 

A peine arrivé à Tunis, Boillon, l'ambassadeur de France, dérape

Manifestation pour le départ de Boris Boillon devant l'ambassade de France à Tunis, le 18 février (Audrey Cerdan/Rue89).

 

 

 

Une vidéo gênante, un groupe Facebook qui réclame son départ, des manifestations devant l'ambassade : le nouvel ambassadeur français en Tunisie, Boris Boillon, suscite déjà l'hostilité. Se créant ainsi une réputation de « petit Sarko » et confirmant la position inconfortable de la France depuis la chute de Ben Ali.

Ce samedi, les manifestants se sont relayés toute la journée devant l'ambassade de France pour exiger le départ de Boris Boillon. A 17 heures, ils étaient environ 300 à scander « dégage ». Une manifestation similaire avait déjà eu lieu vendredi. 

Boris Boillon, 41 ans, est un diplomate moderne, présent sur Facebook et sur Twitter. Ce samedi matin, c'est donc par un tweet qu'il a adressé des excuses aux internautes tunisiens :

« Vraiment désolé si j'ai pu offenser. Ce n'était pas mon intention. »

« C'est lamentable, c'est nul »

A l'origine de la polémique, une vidéo tournée mercredi alors que Boris Boillon rencontre la presse, selon son vœu. A cette occasion, il déclare que « la Tunisie a donné au monde une leçon d'espoir », et explique qu'il est venu « écrire une nouvelle page dans la relation bilatérale » avec « un autre style, une autre approche ».

Ce nouveau « style » est plutôt direct. Dans la vidéo qui circule sur Internet, les questions des journalistes ont été coupées au montage, mais visiblement, elles n'ont pas toutes plu à Boris Boillon :

« N'essayez pas de me faire tomber sur des trucs débiles. Franchement, vous croyez que j'ai ce niveau-là ? Vous croyez que moi, je suis dans la petite phrase débile ? »

On voit ensuite Boris Boillon mettre fin brusquement à une interview en arabe avec une journaliste de la radio Mosaïque FM :
« Pourquoi est-ce que vous me parlez de ça ? C'est lamentable, c'est nul, alors je ne réponds pas à votre question. » (Voir la vidéo)

La question portait sur les « préoccupations du peuple tunisien par rapport au comportement de la France durant la révolution », explique le site Nawaat. Selon Mosaïque FM, Boris Boillon a rappelé la journaliste un quart d'heure plus tard pour s'excuser. Trop tard, car les internautes tunisiens allaient vite s'emparer de l'affaire.

Sur Facebook, un groupe « Boris Boillon dégage » reprend un des slogans de la révolution, « Ben Ali, dégage ! ». Il recueille des commentaires outrés :

« C'est pas en nous parlant en arabe que tu vas être proche de nous, tu dois apprendre à parler aux gens et mieux les respecter surtout quand t'es chez eux et puis t'es plus le bienvenu chez nous, alors DEGAGE. »

Le site Nawaat, très actif lors de la révolution, écrit de son côté :

« Vous avez réussi avec votre comportement dédaigneux à tirer le pire du peuple tunisien, connu par son accueil et sa générosité. Vous faillez à votre mission. »

La maladresse de MAM

Une agitation disproportionnée pour une simple impolitesse ? Pas vraiment. Boris Boillon est vite devenu une star de la diplomatie française. Conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Intérieur puis à l'Elysée, il était ambassadeur de France en Irak avant d'être nommé à Tunis. Ce fonceur ambitieux détonne au Quai d'Orsay.

Dans la vidéo qui fait scandale en Tunisie, Boris Boillon rappelle bien le style du président de la République. Le problème, c'est donc qu'il y a ajouté la maladresse de la ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie. Dommage, car il était arrivé avec les meilleures intentions. Mercredi, il s'émerveillait sur Twitter :

« L'hospitalité tunisienne n'est pas un mythe : à peine arrivé ce matin, je suis déjà accrédité ! Merci à tous pour cet accueil fantastique. »

Avec Audrey Cerdan et Zineb Dryef à Tunis

► Mis à jour le 19/02/2011 à 15 heures : une seconde manifestation devant l'ambassade, annoncée sur Facebook, a bien eu lieu ce samedi. Par ailleurs, l'article a été corrigé : ce n'est pas Boris Boillon qui a rouvert l'ambassade de France en Irak, mais un autre diplomate, Bernard Bajolet.

► Mis à jour le 19/02/2011 à 18h15 : l'article a été complété avec une vidéo tournée ce samedi à Tunis.

Photo : manifestation pour le départ de Boris Boillon devant l'ambassade de France à Tunis, le 18 février (Audrey Cerdan/Rue89).

 

 

LA VIDEO /On peut la regarder à partir de 2'50...

 


Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 20/02/2011 03:16



Bonjour Dan,


Alors Sarko fait des petits ... et ce nouvel ambassadeur français se permet d'être arrogant et dédaigneux en Tunisie ... et bien ... ça commence fort ...


Ils sont donc tous aussi imbus d'eux-mêmes et ils espèrent amener la bonne parole aussi ???  ou pas ...


Au lieu d'être grand frère, ce qui pourrait être assez sympathique ... Boris préfère se la jouer "petit Sarko" ...  Il n'a rien compris à la démocratie ... qu'il reste comme il est
et les tunisiens se chargeront de faire en sorte qu'il parte rapidement ... et ils auront raison .. Ce qui m'attriste le plus c'est que l'image de la France sera entachée ...


Bon dimanche à toi, Dan. A bientôt. Bizzzzzzz ...


SuperNana



dan29000 20/02/2011 10:20



Tu as raison, un tel ambassadeur nous fait honte, ce que j'ai essayé un peu d'expliquer à des "amis" tunisiens sur FB, ce type arrogant et méprisant ne nous représente pas, nous le peuple
français, il est juste le représentant de l'oligarchie au pouvoir. Qu'il dégage ! bises à toi...