Tunisie : "Enti Essout", le clip pour les élections prochaines

Publié le par dan29000

 

 

 

“Enti Essout”, le tube qui veut faire voter les Tunisiens

Six artistes underground ont accouché d'une chanson pour inciter les jeunes Tunisiens à aller voter aux élections du 23 octobre. Un véritable succès, espoir pour la Tunisie de l'après-Ben Ali.





 

 

Ils n'avaient qu'une crainte : tomber dans le syndrome We Are The World, symbole de la chanson militante à l'eau de rose, selon Bendir Man. Ce chanteur tunisien, figure insolente de la scène alternative locale, est une des voix d'Enti Essout, un morceau qui fait le tour de la Tunisie depuis fin septembre. Réalisé par un collectif d'artistes, avec 15 000 amis sur Facebook, un clip échangé 100 000 fois sur Internet, Enti Essout poursuit un but précis : inciter la population, les jeunes surtout, à voter aux prochaines élections, le 23 octobre. Et à le faire sans haine ni peur dans une Tunisie encore instable politiquement, dix mois après la chute de Ben Ali. Il y a dix jours, la diffusion du film Persépolis provoquait des manifestations violentes.


Six artistes ont répondu à l'appel de Bendir Man. Deux chanteuses, des rappeurs, un poète, deux DJ… tous venus de l'underground. Certains se rencontraient pour la première fois. « C'était magique, on a discuté des heures pour trouver les bons mots. On s'est dit qu'il fallait avant tout délivrer un message d'union, donner de l'espoir. » Le résultat ? Poétique et engagé, accrocheur et tout en finesse, il reflète tout la diversité de ses auteurs. Le projet a été initié et financé par le programme des Nations unies pour le développement. « Ça aurait été les Etats-Unis ou la France, on aurait refusé. L'Onu, tout le monde y participe. » Quant aux possibles représailles des extrémistes ? « On s'en fout, c'est l'avenir qui compte. D'ailleurs, les extrémistes existeront toujours et pas seulement en Tunisie. Et puis être contesté, c'est être constaté, non ? »

« Scène alternative bouillonnante »
C'est la première fois qu'un tel projet artistique prend forme en Tunisie. Pour le faire émerger, il a fallu quelques bonnes volontés, dont celle de Laurence Touitou, ancienne directrice de maison de disques en France (Delabel), installée à Tunis. « Le PNUD m'a contactée. Je ne connaissais pas Bendir Man, mais quand je l'ai rencontré, j'ai trouvé que c'était un croisement génial de Coluche, Renaud et Jean-Louis Murat. Toute cette scène alternative est bouillonnante, mais n'accède pas aux médias. Elle vit en faisant des mariages. Je les ai aidés à se professionnaliser, on a fait le clip, le making-of pour tout expliquer, un beau site Internet. » On peut y trouver les paroles, en arabe, en français ou en anglais. La suite est déjà engagée : une compilation pourrait voir le jour, un festival est en discussion. Enti Essout, chanson engagée et, qui sait, acte de naissance d'une jeune scène tunisienne qui ne demande qu'une chose, dit Bendir Man : « aller vers le monde ».

 

Odile de Plas / TELERAMA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article

Mitsuko 18/10/2011 08:11



Tout simplement formidable ... "Enti Essout " ...


Un grand merci ... j'adoooooooore cette musique-là  ...



dan29000 18/10/2011 08:30



oui, vraiment sympa effectivement...