Tunisie. Une révolution arabe, de Pierre Puchot, préface de Radhia Nasraoui

Publié le par dan29000

 

 

tunisie_rev_arabe_full.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au début du mouvement, la Tunisie.

Un semestre, un petit semestre, et déjà des livres...

Trop tôt penseront certains. Certes...Mais non.

Ici Pierre Puchot, reporter Maghreb et Moyen-Orient à Mediapart, nous propose un bel ensemble de ses articles, débutant en mars 2008 avec l'enlèvement de deux touristes autrichiens sur le sol tunisien, jusqu'en février 2011.

 

 

 


La Tunisie fut le premier pays arabe à se soulever, quelques semaines avant l'Egypte, puis la révolte s'étendit avec plus ou moins de réussite. Alors s'il est bien entendu trop tôt pour ébaucher une analyse du mouvement tunisien qui n'en est qu'à ses débuts, la pertinence des articles de Puchot, proposés dans un ordre chronologique sur quatre ans, est réelle. Sa vision de la Tunisie de Ben Ali était déjà à l'époque si précise que Mediapart fut interdit dès 2008.

Et on comprend pourquoi en lisant dès le début du livre "Le mythe du miracle économique" daté d'avril 2008 ! De ce pseudo succès économique vanté par le boss du FMI, au tourisme de masse, en passant par la désinformation des médias de masse aux ordres, l'emprise mafieuse du clan Ben Ali and co était déjà bien visible depuis plusieurs années, ce que les articles de Puchot illustrent avec brio. La responsabilité des élites françaises et européennes n'en est que plus grave.

 

Alors ce livre est indispensable si l'on souhaite bien saisir les enjeux des élections prochaines, si on veut comprendre pourquoi le célèbre blogueur Amamou vient de démissionner du gouvernement de transition, si on veut saisir en profondeur ce qui se joue non loin de notre hexagone. Un chapitre important de la démocratie dans le monde arabe, et donc dans le monde, est en construction en Tunisie. Mais nous avons besoin d'outils pour appréhender ce processus, et ce livre est un des outils car il permet de contextualiser les événements de ces derniers mois.

Au fil des pages, se font entendre des voix, de Radhia Nasraoui à Saber Mansouri, de Moncef Marzouki à Azza Zarrad (épouse de Taoufik Ben Brik).

Et aussi l'UGTT, Gafsa, Internet et Wikileaks et ses très fameux câbles publiés par Mediapart où l'on pouvait lire avec une honte sans limite comment la France de Sarkozy soutenait la dictature de Ben Ali. Cette longue dictature avait perduré aussi grâce à de vastes et puissants soutiens internationaux.

Et puis un jour, Mohamed Bouazizi, et le soulèvement de tout un peuple...

 

Tout cela est bien vivant entre les pages de Pierre Puchot, et ses propres photographies viennent ponctuer ses phrases, comme autant de témoignages visuels de cette belle insoumission collective.

 

 

Dan29000

 

Tunisie. Une révolution arabe

Pierre Puchot

Avant-propos d'Edwy Plenel

Préface de Radhia Nasraoui

Postface de Saber Mansouri

Galaade éditions

2011 / 260 p / 15 euros

 

Pour découvrir le site de l'éditeur, c'est ICI

 

===========================

EXTRAIT :

 

 

L'essor de l'Internet arabe


"Avec plus de 700% d'utilisateurs supplémentaires chaque année, les sociétés du monde arabe vivent un véritable big-bang numérique. Cet essor de l'Internet arabe s'appuie sur trois phénomènes: l'existence de réseaux sociaux très forts sur lesquels viennent se greffer ceux de la toile, une dynamique démographique très importante et, surtout, un besoin d'information ressenti par des citoyens jusque-là sevrés par leurs régimes autoritaires. Une "révolution" que Yves Gonzalez-Quijano a tenté de mettre en évidence: "Dans ces sociétés méditerranéennes, les groupes existent déjà, de manière plus marquée que chez nous, et les réseaux sociaux se greffent sur des liens qui existent déjà au sein de la société. D'un autre côté, le besoin de sortir de l'info est beaucoup plus fort. Dans ces sociétés un peu immobilisées en ce moment, pas seulement au niveau politique, mais où le passage de génération en génération se fait difficilement, Internet permet de contourner les réseaux de notoriété et de notabilité pour faire sa place." (in Les Arabes parlent aux Arabes)  

Pour ces jeunes utilisateurs nés au début des années 1990 et désormais adultes, l'avènement du Web constitue donc un moyen de se forger un "nouveau regard sur soi", de "nouveaux types de relations avec le groupe et l'étranger", au sein de sociétés traditionalistes où la place de l'individu et la promotion sociale des nouvelles générations ne sont pas toujours assurées.  

Face à ces nouvelles pratiques "en ligne" qu'ils comprennent mal et qu'ils commencent à craindre, les régimes arabes réagissent avec plus ou moins de brutalité, la palme de la censure numérique revenant à la Tunisie de Ben Ali. Après avoir fermé tous les sites indépendants et contestataires comme le fameux TUNeZINE, le régime tunisien bataille désormais contre les groupes qui se forment sur les réseaux sociaux tels que Facebook, et contre YouTube, le site de vidéos en ligne qui a notamment permis de faire la publicité de la révolte de Gafsa. (...) Malgré cette censure étatique quasi systématique, l'essor du Net arabe paraît désormais inexorable." 


Source : L'express [Article du 22/10/2009, © Galaade Éditions, 2011]  


Publié dans lectures

Commenter cet article

Mitsuko 06/06/2011 16:45



Un livre sur la révolution tunisienne ... super ... c'est une bonne chose que d'avoir écrit un livre sur cette révolution là ... Il faut en garder le
souvenir pendant longtemps, le plus longtemps possible ...


Bon lundi mi-ensoleillé-mi-pluie ... c'est rigolo ...


A bientôt. Bises.



dan29000 06/06/2011 17:04



oui, un bouquin facile à lire et surtout qui nous donne une bonne vue d'ensemble de ces quatre dernières années passées en Tunisie...