UMP et CFDT envisagent la suppression du statut de la fonction publique

Publié le par dan29000

 

 

 

L'UMP dépose une loi pour supprimer le statut de la fonction publique à 80% des personnels !

Communiqué de l'UNSA Finances et Industrie : «Après les déclarations de M. JACOB, COPE et compagnie sur la volonté de supprimer la garantie de l'emploi dans la Fonction Publique, l'UMP met ses menaces à exécution en déposant une proposition de loi voulant réduire à la portion congrue les bénéficiaires du statut de fonctionnaire.

 

 

 

Cette proposition, consultable sur le site de l'Assemblée Nationale (1), a été déposée le 13 janvier 2011 par M. MANCEL, mentor de M. WOERTH dans les années 90.

 

 

 

L'exposé précise qu'une « telle mesure viendrait renforcer la volonté de rationalisation des dépenses de l'État ». En d'autres termes : ça permettrait de licencier à tour de bras au lieu de se limiter au non remplacement d'un départ sur 2.

 

 

 

Par ailleurs, la volonté serait d'offrir des passerelles entre public et privé. Il est évident qu'il s'agit de faciliter la privatisation de secteurs entiers grâce à la tristement célèbre méthode France Télécom (même droit d'option pour ceux en place, droit privé pour les entrants).

 

 

 

L'UNSA Finances et Industrie s'insurge contre cette nouvelle attaque visant la Fonction Publique.

 

Faut-il encore rappeler que la garantie de l'emploi est ce qui assure une indépendance politique et donc une neutralité des fonctionnaires ? Faut-il rappeler que le statut a permis de quasiment supprimer la corruption en France alors que tant d'autres pays ne sortent pas de cette plaie ?

 

 

 

Le pragmatisme veut que le statut de la Fonction Publique soit conservé et étendu à toute personne travaillant pour l'unicité et l'accès à tous aux services essentiels comme l'éducation, la culture, la communication, l'énergie...

 

Se limiter aux seules fonctions dites régaliennes (2)  est de courte vue et dangereux pour tous les citoyens !"

 

 

 

 

 

Elément supplémentaire :

 

 

 

Dans une dépêche AFP du 17 janvier 2011, M. Chérèque a distingué les "fonctions régaliennes à maintenir sous l'autorité directe de l'Etat" (police, armée, justice) et "l'ensemble des autres missions", conduites "par le public ou par des opérateurs privés", pour lesquelles "l'Etat doit assurer contrôle, évaluation et péréquation".
"Une mission de service public ne se résume pas à la forme juridique de l'entreprise ou au statut du personnel" et "un salarié du privé qui assure une mission de service public n'est pas moins républicain qu'un fonctionnaire qui effectue la même tâche", a-t-il ajouté.

 

 

 

Nous ne pouvons que nous inquiéter de cette déclaration au moment où l'UMP dépose une loi qui va dans le même sens. Si la CFDT collabore à la suppression du statut pour 80% des emplois de la fonction publique, ça va devenir dur à défendre.

 

Si les intentions de l'UMP sont claires (réduire les dépenses de manière comptable, augmenter les opportunités de profit de ceux qui ont les moyens de les exploiter, réduire les contre-pouvoirs dont la neutralité politique des fonctionnaires), celles de la CFDT le sont moins. Le problème, c'est qu'en abondant dans le sens de l'UMP, Chérèque soutient de fait les objectifs de l'UMP rappelés ci-dessus.

 

Encore une raison de s'indigner !

 

 

 

 

 

(1)  http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion3088.asp

 

(2) dont le périmètre peut être variable mais se limite généralement à la Police, l'Armée, la Justice et la création monétaire

Publié dans actualités

Commenter cet article