UMP, la droite de caniveau perd son calme

Publié le par dan29000

Affiche Manif 2010

La droite est en difficulté, alors elle multiplie les coups bas. Une pratique de minables digne d'un Pasqua dans ses grands jours. D'abord ce fut le quotidien porte-parole de la France bien pensante, le Figaro, qui souleva le lièvre d'Ilham Moussaïd et de son fouloir, transformé en voile. Avec complaisance certains médias reprirent cette non-affaire avec délectation. Certes le débat doit avoir lieu, mais pas en ce moment et pas avec la droite qui dès le départ truque les cartes avec son pseudo-débat sur l'identité nationale !

Ensuite, la semaine dernière, ce fut le tour d'Ali Soumaré, tête de liste socialiste dans le Val d'Oise, attaqué sur un éventuel passé judiciaire récent.

Dans les deux cas, on ne peut que constater que ces deux candidats ont au moins deux points communs, appartenir à la gauche et être issus des quartiers.

Pour l'UMP, les quartiers sont des dangers potentiels, surtout si les habitants, et en particulier, les jeunes, se mettent à faire de la politique du "mauvais côté".

Faut-il rappeler aux manipulateurs du parti Sarkozyste quelques faits qui parlent beaucoup :


Jean-François Mancel, actuellement député de l’Oise, pourtant condamné en 2005 à 18 mois de prison avec sursis et 30.000€ d’amende
Serge Dassault, sénateur de l’Essonne, condamné en Belgique à deux ans de prison avec sursis et à un an d’inéligibilité
Jean Tibéri, député de Paris, condamné à 10 mois de prison avec sursis en 2009.
Alain Juppé, maire de Bordeaux, condamné à 14 mois de prison avec sursis en 2004.
Patrick Balkany, député-maire de Levallois, condamné en 1996 à 15 mois de prison avec sursis.
Xavier Dugoin, maire de Mennecy, Essonne, condamné plusieurs fois dont de la prison ferme pour corruption entre 1998 et 2000.
Charles Pasqua, sénateur des Hauts-de-Seine, condamné dans l’affaire de l’Angolagate mais impliqué dans d’autres nombreuses affaires nauséabondes.
Alain Madellin et Patrick Devedjian, ex Occident, le groupuscule d’extrême droite, condamnés pour vol dans leur jeunesse et devenus ministres.
Alain Carignon, maire de Grenoble et ancien ministre, condamné à cinq ans de prison, dont quatre ans ferme pour corruption en 1996.


Et on pourrait continuer. Passons sur les nombreux soucis de Chirac, maintenant dépourvu d'immunité et que les juges sont en train de rattraper.

Alors que le chef de bande de l'Elysée s'effronde dans les sondages, le mois prochain s'annonce un peu difficile pour sa majorité, d'abord avec des élections régionales perdues d'avance et juste derrière avec le NO SARKOZY DAY qui se prépare dans tout l'hexagone et qui devrait amerner plusieurs centaines de milliers de manifestants dans la rue pour crier que nous en avons marre de ces guignols qui nous enfument, bouffent nos libertés et cassent les services publics...

Enfin pour se faire plaisir, le clip d'un des meilleurs groupes de rock hexagonal :

LES WANPAS, avec leur titre censuré sur toutes les médias à l'époque :

CHIRAC EN PRISON /


 

 

Publié dans actualités

Commenter cet article