Un nouvel art de militer, un livre indispensable pour tous

Publié le par dan29000

artde-militer.jpgEn ces temps de crise généralisée des partis politiques, des syndicats et même des idéologies, il semble utile de se remettre en cause sur presque tous les plans. Certes les débats sur le fond sont indispensables, mais comment éviter le débat sur le militantisme. Hein, comment, je vous le demande ?
Alors on ne va pas l'éviter un peu partout et en particulier avec ce livre qui va nous aider à mieux saisir l'ampleur des phénomènes actuellement en jeu. Si le militantisme "classique" bien connu depuis deux siècles est encore bien présent (on fait une réunion, puis on fait un tract, et parfois un collage et on vend le journal sur le marché...), un nouveau type de militantisme s'est fait jour depuis quelques années. Et fort heureusement il se développe. On en dira pas autant de celui des "vieux" partis et "vieux" syndicats.
Deux journalistes indépendants suivent ces nouveaux militants sur le terrain depuis quelques années et nous font partager leurs expériences dans ce livre. Sébastien Porte pour les textes et Cyril Cavalié pour les photographies. 
L'ensemble ne manque pas de charme.
Le sur-titre du bouquin, c'est "Happenings, luttes festives et actions directes".
Pour la partie actions directes, ce n'est peut-être pas vraiment cela, d'ailleurs on vous en parlera un jour prochain, avec un autre livre, qui lui développe vraiment cette notion qui fait son retour en ce moment un peu partout. Mais sur le plan "happenings et luttes festives" le livre s'avère copieux et vraiment original. 
Dès le début de l'ouvrage les auteurs posent la bonne question, celle que devraient se poser un peu plus souvent les politiques :
QUE FAIRE ?
Tous les modèles de contestation sont en crise, le rêve déjà ancien du "grand soir" est un peu loin, pour ne pas dire plus. Le mythe issu de la fin du 19e siècle du militant courageux qui vient se sacrifier au petit matin à la porte des usines en hiver, à un peu vieilli...Comme ces journées d'action à répétition des grandes centrales syndicales qui ont toujours le même mode de fonctionnement en 2010 qu'en 1936. Pour ne pas dire pire, soyons indulgent...
Il s'agit, certes, de militer pour une ou des causes, mais militer autrement, souvent en se faisant plaisir, et qui se fait vraiment plaisir dans une réunion électorale ?
Toujours en début de livre, un tableau en double-page sur cette nouvelle galaxie militante permettant de bien visualiser le propos. Six grandes planètes : Environnement, pub-conso, libertés publiques, solidarité, précarité et logement. A l'intérieur  collectif, ONG ou groupe politique...
Le premier chapitre est consacré à "L'école de la désobéissance", c'est à dire aux "Désobéissants" avec Xavier Renou. Communication non-violente, stages de formation, les techniques de blocage et de résistance, l'élaboration d'un plan d'action...
Ensuite sont passés en revue en détails et photos, RESF, les commandos anti-pollueurs, comme CARRE VERT ou le CLAN DU NEON, puis LES FAUCHEURS VOLONTAIRES,  la famille des hackers, ou encore ANONYMOUS, JEUDI NOIR,  L'APPEL ET LA PIOCHE avec Leila Chaibi. 
La liste peut être longue, avec aussi les DEBOULONNEURS, CASSEURS DE PUB, la BAC, non non pas celle qui sévit dans les quarties sensibles avec leurs cowboys dangereux, la BAC, la Brigade activiste des clowns...
Enfin un joli constat, la dérision peut être une arme conséquente : La manif de droite, Sauvons les riches...
At last, but not least, une page consacrée à une petit bibliographie et à une très utile liste des collectifs présents sur le web, des cercles de silence ou Enfants de Don quichotte, en passant par PMO (dont nous allons vous parler prochainement).
Vous comprenez que ce livre est à mettre entre toutes les mains, car en plus la maquette est réussie et le format presque carré (21X23) agréable.

UN NOUVEL ART DE MILITER / EDITIONS ALTERNATIVES / 2009 / 144 PAGES / 25 EUROS








Publié dans lectures

Commenter cet article

Keruzien 02/02/2010 22:19


Bonjour,
Moi aussi, je suis un peu méfiante quand il s'agit d'actions médiatiques. Les Don Quichotte ont obtenu le droit opposable pour le logement, mais aujourd'hui qu'est-ce que ça a changé?
Un petit tour sur wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Militant) pour qui le militantisme regroupe toutes sortes d'actions.
Je pense qu'on agit en fonction des rencontres, de son éducation, de ce qu'on est. certains se mettent facilement en avant, ont besoin de coup d'éclat, d'autres préfèrent le travail de fourmi.
Quand il y a un mur à abattre, il y a ceux qui vont le défaire pierre à pierre un peu partout, d'autres vont préférer un grand coup à un endroit pour faire une brèche. Celle-ci sera vite rebouchée
si le mur est intact par ailleurs, mais démonter un mur sans voir de brèche, il y a de quoi se décourager.
Et puis il y a les rêveurs, qui imaginent la ville à construire quand le mur aura été abattu.
En tous les cas 'militant' est un très beau mot de la langue française.


dan29000 03/02/2010 09:58



nous sommes dans une société de médiatisation, et ceux d'en face ne s'en privent pas avec tous leurs moyens colossaux, alors il me semble indispensable de médiatiser aussi, selon d'autres
critéres bien entendu.


Le savoir faire n'est rien sans le faire savoir, ce n'est hélas pas de moi, mais si vrai


Mais le plus important quand meme est que le "militantisme" frappé d'un mortel ennui, on va faire un tract pour X en faisant une réunion puis si on peut une manif, cela fait environ deux siècles
que cela ne fonctionne pas, et surtout de moins en moins, mais certains s'obstinent on va les voir réapparaitre dans des centaines de réunions, collages, tractages bidons durant la campagne
électorale.


En vain !



guillaume c 19/01/2010 14:43


Bonjour,

il semblerait quand même que tout soit un peu mélangé là dedans, il ne s'agit pas toujours d'une nouvelle façon de militer mais surtout de communiquer. Les gens que vous citez sont avant tout des
communiquants et pas forcément des militants, je ne pale pas de la BAC, ils ont tout mon respect. Je parle de l'appel et la pioche, jeudi noir..etc ces jeunes sont surtout et avant tout des
comuniquants qui iront rejoindre les bancs du PS si ce n'est déjà fait, ils n'ont pas inventé une nouvelle façon de faire de la politique, ils utilisent juste les mêmes ficelles que SArko quand il
fait du story telling, ces mecs là sont des publicitaires pas des militants. A propos de jeudi noir (les bourgeois du 17 ème arrdt) ils laissent des sdf dormir dehors devant leur squat sous
prétexte qu'ils sont alcooliques et eux, les petits bourgeois qui pourraient dormir chez leurs parents, ils s'octroient le droit de squatter un lieu qui ne leur appartient pas et d'en fermer la
porte aux autres qui sont vraiment dans la merde ! C'est normal ça ? C'est du militantisme ça ? Mon oeil ! A bon entendeur, salut !

Guillaume C.


Mlle Ellute 18/01/2010 20:15


En effet cela semble intéressant. C'est une question que je me pose beaucoup personnellement : comment inventer une nouvelle manière de faire. Merci pour l'info sur ce bouquin que je note
précieusement


dan29000 18/01/2010 20:21




Je crois que c'est la bonne question de ces dernières années...et des prochaines aussi, comment faire de la politique autrement, comment résister au nouvel ordre mondial  à la Orwell qui
s'installe rapidement ; d'abord laisser tomber (pas facile c'est certain) les vieilles lunes des siècles passés, les vieilles méthodes des vieux syndicats et faire preuve d'inventivité, et
créer...car c'est résister, d'où l'idée de ce blog qui se développe lentement mais surement...