Une fabrique de libertés, le lycée autogéré de Paris, Editions Repas

Publié le par dan29000

 

fabrique 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Lors de la création de notre site "Danactu-résistance" il y a plus de trois ans, deux axes d'intervention existaient déjà. Dénoncer sans relâche les méfaits du capitalisme, mais aussi faire écho aux alternatives existantes un peu partout, celles qui font vivre les résistances, selon le principe de Miguel Benasayag :

 

Résister, c'est créer, créer c'est résister.

 

  L'autogestion est l'une de ces résistances à l'air libéral du temps. L'idée de l'autogestion, mais aussi, les expériences d'autogestion, ici et maintenant. Celles qui prouvent chaque jour qu'un autre monde est possible, tout de suite, sans attendre les petits matins du grand soir, sans attendre de vaines alternances politiques sensées changer la vie, et qui, le temps passant ne changent pas grand chose.

 

  Il existe dans notre hexagone une belle et forte expérience d'autogestion, un lycée public autogéré, situé à Paris. Il date de 1982. Il se nomme le LAP, lycée autogéré de Paris. C'est cette belle histoire que ce livre raconte, un livre fait des écrits des professeurs et des élèves. Un livre d'expériences vécues, d'une richesse rare, un livre qui parle d'eux, mais aussi parle de nous, de ce que nous avons envie de vivre, de vivre autrement. Et d'enseigner autrement, d'apprendre autrement, de se former autrement, de voyager autrement.

 

  Sur le terreau encore fertile de mai 68, les seventies furent riches en expérience, des luttes du Larzac à celle de Lip, en passant par Ardelaine. Au début des années 80, le LAP ne tomba donc pas du ciel, il fut le produit de la lecture assidue de quelques grands noms comme Jean Piaget, Alexander Neill ou encore Célestin Freinet, mais aussi le produit de l'École parallèle de Marly ou du fameux Lycée expérimental d'Oslo. Après trente ans d'existence, il semblait indispensable de faire un bilan et de le faire partager. Ce fut les Éditions REPAS qui le proposèrent, et un Collectif d'enseignants et d'élèves a construit ce livre-témoignage, particulièrement réussi.

 

  Deux grandes parties sont proposés aux lecteurs.

 

  Dans la première, intitulée "Fabriquer de la liberté", il s'agit d'un patchwork de textes brefs balisant cette surprenante histoire, celle d'un lycée différent, les dispositifs d'accompagnement des élèves, l'interdisciplinarité, la libre fréquentation, la notion de liberté. Clairement, il s'agit d'une pédagogie alternative, avec de multiples projets (comment enseigner les langues vivantes autrement, par exemple), des projets aussi de voyage, de Berlin à la fameuse route 66 aux USA, des ateliers, l'enseignement du cinéma et de la photographie...Tout cela dans un lieu vraiment autogéré, par le biais des groupes de base, des assemblées générales, des commissions. Témoignages après témoignages, le lecteur voit se construire le fonctionnement, pas toujours facile du LAP, des prises de décisions à la cooptation, du tutorat à l'apprentissage de la citoyenneté.

 

  Tout cela dans une pratique subversive, une pratique fort éloignée de celle de l'éducation nationale. Faire tous ensemble, pourrait être la devise de l'endroit. Sur la base d'une personne, une voix, le lycée appartenant à tous, sans répression, c'est à dire en se parlant tout le temps, et en parlant de tout. Le cœur de l'activité du LAP, c'est l'AG, et elles sont nombreuses...Un exemple de démocratie vivante.

 

  Dans la deuxième partie, Bernard Elman nous décrit presque jour après jour, la première année du LAP, de 1982 à 1983. Il y fut enseignant de l'ouverture à 2005. Il revient sur les origines du lycée, sur les critiques de l'institution à l'époque et sur la première rentrée improvisée...où le lycée séjourna dans des sous-sols. Puis vint le temps des tensions, du découragement, du malaise, et des débats (cogestion ou autogestion). Tout était à faire, du statut au futur local.

 

  Le livre s'achève avec une (trop brève) série de paroles d'élèves, sur la base d'entretiens réalisés à l'aide du questionnaire inclus dans le livret scolaire interne en 82-83.

 

  Sans oublier un agréable cahier central de photos de 2007 à 2011.

 

  Une fois le livre refermé, on comprend que changer l'école est possible, le pari semblait utopique, la réalisation à prouver, et prouve encore en 2012 que cela est possible, cela fonctionne. Des témoignages utiles, euphorisants, édifiants qu'il faut lire et surtout méditer. Une création qui fut une résistance, et une résistance qui modifia la donne éducative, et surtout qui modifia en profondeur les vies des participants pour de longues années. Ce livre en rend bien compte, sans doute sa principale qualité...

 

 

Dan29000

 

Une fabrique de libertés

Le lycée autogéré de Paris

Collectif d'élèves et de professeurs

Préface de Patrick Boumard

Illustrations d'Aurélia Aurita

Editions repas

Collection pratiques utopiques

2012 / 432 p / 23 euros

 

Voir le site de l'éditeur

Publié dans lectures

Commenter cet article