Une peine infinie, histoire d'un condamné à mort, Prix Albert Londres 2011 en DVD

Publié le par dan29000

 

albert londres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Notre rôle n’est pas d’être pour ou contre, il est de porter la plume dans la plaie. » Albert Londres 

 

 

 

 

 

 

   Il y a en ce moment une forte actualité sur la peine de mort, avec l'exécution de Troy Davis il y a quelques semaines aux Etats-Unis, et le sursis de quelques mois accordé peu de temps avant sa mort programmée pour Hank Skinner. Si l'Europe échappe pour le moment à cette barbarie d'un autre temps, les USA demeurent avec la Chine et l'Iran les pays tristement leaders pour l'exécution de condamnés, avec en tête du peloton le Texas.


 Donc cette sortie en DVD de l'excellent documentaire de David André tombe à pic, d'autant plus qu'elle se situe dans le cadre du prestigieux prix Albert Londres 2011. Comme pour "Honk" sorti en salles et dont nous vous parlions récemment, il s'agit d'abord de témoigner, de laisser une trace pour ces réalisateurs ayant choisi un sujet plus que délicat. S'apitoyer est facile, mais ne fait pas vraiment avancer le débat, puisque débat il y a, même aux USA où la peine capitale est bien ancrée dans la culture, comme le port d'armes. Deux signes d'une société violente qui pense se protéger de cette violence endémique par une violence institutionnelle, même si les statistiques prouvent depuis longtemps que cela ne fonctionne pas du tout ainsi. Dans les deux films, il s'agit aussi de s'interroger sur les notions de bien et de mal, de ce qu'est réellement la vengeance ou le pardon. Bien entendu la détresse mélangée de haine des familles des victimes est bien compréhensible, et nous ne pouvons souvent que la partager.

 

 David André, ancien grand reporter et rédacteur-adjoint à l'agence Capa, est un réalisateur indépendant dont le travail est souvent diffusé sur France Télévisions ou Arte. Dès les premiers plans, nous sommes absorbés par cette histoire, celle de Sean Sellers, condamné à mort à 16 ans et exécuté en 1999 en Oklahoma. L'audience de recours en grâce est sans nul doute le sommet du film, où la famille des victimes demandant la mort, se retrouve face à face avec le condamné suppliant d'être épargné. Un moment terriblement parlant, et un grand moment de reportage qui demeure longtemps après dans nos esprits.


 L'aspect innovant du film tient en ce retour, dix ans plus tard, sur les lieux. Le réalisateur revient, à la recherche des acteurs de ce drame légal. Procureur, gardiens, famille de la victime. On découvre peu à peu, un des vrais visages de l'Amérique profonde. Même après la mort du  coupable, la peine se poursuit, sous d'autres formes.

 

 Une vraie faillitte, mais une vraie industrie qui sera longue à éradiquer.


 Le film, lui, est une vraie réussite, ce qui n'est pas pour nous surprendre pour ce nouveau Prix Albert Londres, décerné chaque année depuis 1933 (1985 pour le prix audiovisuel).


 A noter que le DVD est accompagné d'un livret de 36 pages :


 La route des talibans, reportages pour l'AFP d'Emmanuel Duparcq (Lire ci-dessous)

 

 

Dan29000

 

 

 ALBERT LONDRES PRIX 2011


 Prix de l'audiovisuel, Prix de la presse écrite

 "Une peine infinie, histoire d'un condamné à mort", un film d'André David

 " La route des talibans", reportages d'Emmanuel Duparcq

Editions Montparnasse

DVD édité au bénéfice de l'Association du Prix Albert Londres

Sortie le 08 novembre

2011 / DVD 80' / Livret 36 p / 15 euros

 

 

 

 

 

============================================================================================

En primant un film bouleversant de David André consacré à la peine de mort aux États-Unis, Une peine infinie, histoire d’un condamné à mort, et des reportages écrits par Emmanuel Duparcq, correspondant de l’Agence France-Presse en Afghanistan et au Pakistan, les jurés du Prix Albert Londres ont fait un saisissant raccourci de ce qui nous préoccupe, le sort des hommes sous toutes les latitudes.

La remise des prix s’est symboliquement tenue à Tunis, en cette année du « printemps arabe », rappelant la manière et l’esprit d’Albert Londres.

1 LIVRE : « LA ROUTE DES TALIBANS » (36 pages)

73e Prix de la presse écrite - Emmanuel Duparcq

Emmanuel Duparcq (Agence France-Presse) est primé pour ses dépêches sur les talibans, l’Afghanistan et le Pakistan (entre août 2010 et mars 2011). Les talibans, moribonds en 2005, ont aujourd’hui infiltré les deux tiers de l’Afghanistan. Qui sont ces rebelles, comment fonctionnent-ils ?

Aucun de ces reportages primés n’a été effectué en compagnie de forces armées.

Emmanuel Duparcq est entré à l’AFP en 1999 après des études d’histoire et de journalisme. Nommé correspondant en Afghanistan en 2005, puis en Côte d’Ivoire en 2006, envoyé spécial en 2008 en Irak notamment, il s’est installé à Islamabad en 2010.


Source : Editions Montparnasse  

Publié dans écrans

Commenter cet article