Une semaine à Parajuru : une lettre du réalisateur José Huerta

Publié le par dan29000

para.jpegNous vous avions parlé il y a quelques semaines d'un excellent film sorti en DVD : "Une semaine à Parajuru" de José Huerta. Son réalisateur vient de nous faire parvenir le courrier ci-dessous. Le DVD est toujours en vente sur son site qu'il faut vraiment visiter afin de soutenir cette lutte.

 

Lire notre article en date du 02 mai 2010 :

Une semaine à Parajuru, un DVD qu'il faut soutenir avec passion  

 

====================================================

 

Des nouvelles fraîches concernant la campagne de soutien de mon film « Une semaine à Parajuru ».

D’abord plusieurs bonnes nouvelles.

L’association des pêcheurs de Parajuru a gagné une première victoire importante. L’école de kite-surf des investisseurs autrichiens a été déclarée illégale par le Ministère public brésilien. Il vient d’engager une procédure de démolition et va réclamer des dédommagements pour dégradation environnementale. Malheureusement l’école fonctionne toujours car la procédure va durer un certain temps.

Un reportage accablant sur la spéculation immobilière à Parajuru vient d'être diffusé à la télévision national autrichienne ORF .
Ce reportage fait suite à une lettre envoyée par Hanna Schygulla à la rédaction de la chaîne. Nous avons été interviewés à Paris et de nombreux extraits d’Une Semaine à Parajuru ont été utilisés. Le reportage confirme les suspicions de blanchiment d’argent provenant du détournement de fonds publics en Autriche via une société-écran installée à Chypre. Le groupe immobilier Buwog, à l'origine de ce scandale, est dirigé par Peter Hochegger, le cousin de Gisela Wisniewski, la principale responsable du pseudo projet social à Parajuru qui me vaut tant d'ennuis judiciaires. 1,6 million € ont ainsi atterri sur le compte de Gisela Wisniewski à Parajuru pour y développer des activités spéculatives. Par ailleurs les médias autrichiens ont révélé que le groupe Buwog est lié à la mouvance du Parti d’extrême droite de Jörg Haider (décédé dans un accident de voiture il y a deux ans). La justice a retrouvé la trace de 45 millions d'euros dans des comptes au Liechtenstein. On retrouve le nom de Peter Hochegger à plusieurs reprises.
Le reportage confirme la création du projet social pour camoufler des projets de tourisme de masse et de spéculation immobilière, qui comprend des constructions illégales dans des zones protégées. Dans une interview, un spéculateur explique très clairement comment le groupe immobilier souhaite s’accaparer la zone des bassins d’élevage de crevettes qui fait pourtant vivre des dizaines de familles de Parajuru pour le transformer en un lac entouré de maisons de luxe.
Dans ce reportage, Gisela explique également comment elle a racheté des terrains qui valaient 0,5 € le mètre carré pour les revendre à 15 €, et qui pourraient atteindre les 100€ dans un avenir proche. Dans une autre partie du reportage, elle explique que les jeunes qu'elle a rencontrés à Parajuru, ne savaient pas se servir d’une fourchette et d’un couteau. Ce type de discours est méprisant et témoigne d'une attitude colonialiste vis-à-vis des habitants de Parajuru, les considérant comme des personnes sous-développées.
Sans aucun doute, ce reportage va donner une grande visibilité internationale à cette affaire, et au Brésil une certaine agitation se fait déjà sentir. Le prochain objectif est de sensibiliser la presse nationale brésilienne.

Vous pouvez visionner ce reportage sur le site de la campagne (en allemand uniquement). http://www.vagalume.fr/campagneparajuru/Videos.html

Dans les prochains jours, nous publierons une version sous-titrée en français, en anglais et en portugais.

Malgré ces avancées les projets immobiliers des investisseurs autrichiens ne sont pas encore stoppés. En effet, au Brésil comme ailleurs, la justice est lente et il se peut qu’ils terminent les travaux de leur fameux Resort Hotel. C’est pourquoi nous devons continuer à faire pression sur les autorités, et à diffuser le plus largement l’information dans la presse dans les trois pays.

Les procès continus : Ce mercredi 4 août s’est déroulée la deuxième audience de mon procès. Chico Mariano (le président des pêcheurs de Parajuru) a témoigné en ma faveur en expliquant que mon film ne faisait que relater la réalité du village. Les avocats de la partie adverse ont tenté de le malmener, mais sans résultat. La prochaine audience n’est pas encore fixée.

Des projections du film sont programmées à partir de septembre à l’initiative de plusieurs groupes en province (voir le programme sur site). Nous recherchons d’autres possibilités de projections. Si vous êtes un groupe, un particulier, une association, il est possible de contacter le cinéma d'art et essai du coin ou une salle municipale. Je peux me déplacer pour participer à la projection.

Pour d’autres informations, vous pouvez consulter le site de la campagne : http://www.vagalume.fr/campagneparajuru/Accueil.html

N’hésitez pas à prendre contact avec moi si vous avez des commentaires ou des suggestions.

Amicalement

José
 

Publié dans écrans

Commenter cet article