Université Lyon 2 : externalisation du service de ménage, toujours plus de précarité

Publié le par dan29000

 

 

À Lyon 2, circulez, on vire le personnel comme des malpropres...

 



Nous avons appris ce jour la volonté de la part de l’équipe présidentielle de Lyon 2 d’externaliser le service de ménage de l’Université pour la rentrée 2011/2012. Traduction : une non-reconduction des contrats de personnels affecté-e-s au nettoyage des locaux de l’université. Communiqués de la CGT-FERC SUP Lyon 2 et de la FSE-Lyon.

 

 


En 2010, la pré­si­dence, face à la mobi­li­sa­tion de la CGT contre la sup­pres­sion de per­son­nel et la pri­va­ti­sa­tion, donne sa parole qu’il n’y aura pas d’exter­na­li­sa­tion.

Comme d’habi­tude, ce sont des paro­les en l’air.

Car de fait, l’exter­na­li­sa­tion des ser­vi­ces fait partie inté­grante de la LRU et du pas­sage aux Compétences Élargies.

De plus, cette déci­sion de virer comme des mal­pro­pres des per­so­nels pré­sent-e-s depuis par­fois plus de dix ans n’a même pas été dis­cuté en Conseil d’Administration ni au Comité Hygiène et Sécurité.

Pour déci­der du sort de per­son­nel pré­caire, pas besoin en effet de dis­cu­ter dans les ins­tan­ces pré­vues à cet effet.

Les per­son­nels concerné-e-s se retrou­vent donc mis-e-s à la porte dès la ren­trée, après avoir effec­tué le sale boulot à la fac pen­dant des années.

Ils et elles n’ont à ce jour aucune infor­ma­tion ni sur leur avenir sur des éventuelles pos­si­bi­li­tés de reclas­se­ment !

L’uni­ver­sité, appli­quant avec zèle la LRU, s’atta­que en pre­mier à des pré­cai­res, qu’elle a exploité et tenu à la gorge par des renou­vel­le­ments de contrats mer­di­ques et tem­po­rai­res.

Les per­son­nels de l’uni­ver­sité ne sont ni des chif­fres dans un budget, ni des bouche-trous qu’on traite par le mépris le plus total !

Ces licen­cie­ments et ces recours à des sous-trai­tants privés ne sont que le début d’une mise au pas glo­bale d’une uni­ver­sité-entre­prise, jouant avec les vies des tra­vailleurs/euses, sélec­tion­nant les étudiant-es, sou­met­tant le savoir à des cri­tè­res de ren­ta­bi­lité.

C’est tout sim­ple­ment scan­da­leux !

Uni-e-s et soli­dai­res, per­son­nels, étudiant-e-s et ensei­gnant-e-s, c’est ainsi que l’on fera plier cette déci­sion écœurante de la pré­si­dence de Lyon 2, qui n’en est pas à son pre­mier coup d’essai !

Titularisation de tous/tes les mem­bres du per­son­nel de l’uni­ver­sité, avec des salai­res et des condi­tions de tra­vail dignes !

La FSE-Lyon

COMMUNIQUÉ DE LA CGT-FERC SUP LYON 2

Joli mois de mai, alors fais ce qu’il te plaît...

L’été est en avance, c’est bien­tôt les vacan­ces...

Très chers col­lè­gues,

Vous avez tous reçu la lettre heb­do­ma­daire des per­son­nels, dans vos boîtes aux let­tres électroniques. Elle nous annonce des nou­veau­tés pour la ren­trée 2011/2012.

Mais à notre grand étonnement, il n’y est pas fait men­tion de l’exter­na­li­sa­tion du ser­vice du ménage de l’Université, c’est-à-dire de la non reconduc­tion des contrats de plu­sieurs dizai­nes de per­son­nes (essen­tiel­le­ment des col­lè­gues affecté/es au net­toyage des locaux de l’Université).

Petit rappel des faits :

Le 22 novem­bre 2010, nous avions eu connais­sance d’une très forte volonté de la Direction de l’Université, d’exter­na­li­ser cette acti­vité, et nous avions envoyé une alerte, et créé le buzz, sur l’avenir pro­fes­sion­nel de nos col­lè­gues de ce ser­vice.

La Direction nous avait juré, la main sur le cœur, qu’il n’en était pas ques­tion..... Nous avions mal com­pris !

Le Président Tiran avait même orga­nisé à la hâte une réu­nion avec les per­son­nels concer­nés (rap­pe­lez-vous, c’est ce jour où il était tombé 30 cen­ti­mè­tres de neige !).

Joli mois de mai, alors fais ce qu’il te plaît...

L’été est en avance, c’est bien­tôt les vacan­ces...

C’est main­te­nant affi­ché : le ser­vice du ménage de l’Université va être exter­na­lisé !!!

Le ser­vice du ménage, ce sont ces équipes de femmes et d’hommes, bien sou­vent invi­si­bles, qui vident nos pou­bel­les, lavent le sol, main­tien­nent nos bureaux, nos amphis et nos bâti­ments pro­pres, pour qu’ils ne res­sem­blent pas à un par­king de Quick un diman­che soir....

Joli cadeau de la Direction de notre Université fait à une très grande partie des per­son­nels, non titu­lai­res ou non CDIsés, du ser­vice du ménage : des non reconduc­tions de contrats pour cause de loi LRU et de pas­sage aux Responsabilités et Compétences Élargies.

Donc notre Direction n’est nul­le­ment res­pon­sa­ble : c’est pas nous, cir­cu­lez, y’a plus rien à voir !

Et d’ailleurs ce n’est pas un licen­cie­ment, c’est une fin de contrat....Que nous aimons cette sub­ti­lité séman­ti­que, cela va faire chaud au cœur de leurs famil­les !

Fin du long feuille­ton sur les per­son­nels du ser­vice du ménage. Fin d’une longue crise, sur fond d’un avenir froid et sans âme, réglé par les arrê­tés minis­té­riels et leur froide mise en appli­ca­tion par une Direction inflexi­ble et zélée.

Il n’aura fallu que six mois à la Direction de notre Université pour se par­ju­rer.

Ce dos­sier, comme beau­coup d’autres et comme d’habi­tude, n’a nul­le­ment été évoqué dans les ins­tan­ces pari­tai­res qui se sont réu­nies il y a deux semai­nes, (Comité Technique Paritaire, Comité Hygiène et Sécurité), et encore moins au Conseil d’Administration de l’Université.

Pourquoi faire ? C’est ce qu’ils doi­vent penser...

Quand nous évoquons cela avec la Direction de l’Université il nous est répondu que « notre mis­sion à l’Université n’est pas de faire du ménage, mais de faire de la Recherche et de l’Enseignement ! »

Oui, nos col­lè­gues concerné/es ne dor­ment plus, et se deman­dent ce qu’ils/elles vont deve­nir.....ce que vont deve­nir leurs famil­les... quel été mer­veilleux !

Joli mois de mai, alors fais ce qu’il te plaît...

L’été est en avance, c’est bien­tôt les vacan­ces...

C’est donc le début d’un nou­veau et long feuille­ton à Lyon 2, que nous, syn­di­ca­lis­tes CGT, avons déjà vécu dans les années 1990, dans les ban­ques et les gran­des entre­pri­ses.

Oui, il faut le dire haut et fort : les col­lè­gues du ser­vice du ménage ne sont que le début d’une longue liste. Et sur cette liste, beau­coup s’y retrou­ve­ront !

Est-ce notre mis­sion de faire de la main­te­nance infor­ma­ti­que ?

Est ce notre mis­sion de faire des pho­to­co­pies ?

Est-ce notre mis­sion de faire du gar­dien­nage ?

Est-ce notre mis­sion de répon­dre au télé­phone (que cela soit à l’accueil ou en hot­line infor­ma­ti­que) ?

Est-ce notre mis­sion de faire de la comp­ta­bi­lité ?

Est ce notre mis­sion d’assu­rer la logis­ti­que des dif­fé­rents col­lo­ques et congrès ?

Est-ce notre mis­sion de faire de l’électricité, de l’entre­tien des espa­ces verts, de la télé­pho­nie, etc. ?

Non, vous qui pouvez pren­dre ce type de déci­sions vous vous trom­pez !

Les mis­sions de l’Université sont certes la Recherche et l’Enseignement, mais également le main­tien de la cohé­sion sociale, l’humain à placer au centre de toute réflexion, l’évaluation de l’impact de chaque déci­sion sur les hommes et les femmes qui font l’Université.

Les voici nos « vraies » mis­sions : celles qui, per­met­tent de rele­ver la tête et d’être fier d’œuvrer au déve­lop­pe­ment de Lyon2.

L’Université est ce qu’elle est, car des femmes et des hommes y ont apporté de la pas­sion, des joies, des peines, de la sueur, de l’énergie, des coups de sang, de la colère, mais sur­tout la convic­tion qu’un être humain a plus de valeur qu’un plan comp­ta­ble !

La vraie mis­sion de l’Université est d’affi­cher par­tout et tou­jours qu’un être humain a de la valeur.

La CGT Lyon 2 n’aban­don­nera pas des dizai­nes de col­lè­gues déjà dans la souf­france. Nous défen­drons, de toutes nos forces , nos col­lè­gues atta­qué/es.

Pour cela, nous avons besoin de votre sou­tien, car en les défen­dant eux, nous nous défen­dons nous.

Oui, nous sommes une équipe, celle de l’Université Lumière Lyon2 !

Fraternellement,

vos cama­ra­des de la sec­tion CGT-FERC SUP Lyon2

 

Source : REBELLYON

 

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 03/06/2011 07:25



C'est quand même hallucinant de s'imaginer tout cela ...


Je suis stupéfaite de tant  d'exactions ... Cela semble improbable et en même temps, ça existe ...


Quelle tristesse, ça me met vraiment hors de moi ... D'autant qu'il y a quand même des règles, il faut donc encore et encore se battre ... juste pour la
justice ...