Usine Lejaby : lettre ouverte à Sarkozy des 255 ouvrières en lutte

Publié le par dan29000

Les "indignées" de Lejaby écrivent à Nicolas Sarkozy


Les 255 ouvrières de l'usine Lejaby, à Yssingeaux, en Haute-Loire, dont le licenciement est en cours, ont exprimé leur "indignation" dans une lettre ouverte au président de la République, Nicolas Sarkozy et au gouvernement. "Nous refusons les licenciements et voulons continuer à gagner notre vie en travaillant", écrivent-elles.

 

L'adresse des ouvrières de Lejaby


Monsieur le Président,

 

Nous avons décidé, nous les 93 salariés de l'entreprise LEJABY à Yssingeaux en Haute-Loire denous adresser à vous pour vous faire part de notre indignation.

Nous allons recevoir toutes et tous, nos lettres de licenciement après des dizaines d'années de travail au rendement pour des salaires voisins du SMIC. Nous sommes victimes des délocalisations des productions et de la recherche permanente de la baisse de la rémunération du travail.

Pour nous, le licenciement signifie, non seulement, la précarisation et l'angoisse mais aussi la marche inexorable vers les minima sociaux. Et nous avons bien conscience que nous ne sommes pas les seuls. Notre situation est semblable à des centaines de milliers de nos compatriotes.

Nous ne l'acceptons pas pour nous, nos familles et notre territoire.

Nous refusons cette perspective qui conduit à toujours plus de chômage et toujours moins de salaire!

Nous refusons les licenciements et voulons continuer à gagner notre vie en travaillant. Pour cela, nous demandons le redémarrage de notre atelier et la ré-industrialisation du site.

Beaucoup d'entre-nous ont plus de 35 ans d'ancienneté. Nous préférons être préretraités plutôt que chômeurs ou percevoir le RSA. Nous demandons donc la mise en place d'une préretraite à 55 ans, surtout à un moment où notre jeunesse est sans emploi.

Après une vie de travail, le chômage c'est la précarité. Au lieu de primes de licenciement dérisoires, nous voulons une prime de licenciement à la hauteur de la prime précarité, soit 10 % de nos salaires travaillés.

Unis et solidaires, nous attendons des réponses concrètes, pas des promesses, ni des discours.

Nous resterons mobilisés jusqu'à la réponse à ces exigences. Notre détermination est à la hauteur de notre colère contre l'injustice qui nous est faite. Et c'est un devoir de s'opposer à l'injustice.

En espérant être entendus, recevez nos salutations respectueuses.


Assemblée générale du personnel LEJABY d'Yssingeaux, le 23 janvier 2012.

 

  • À lire :

Le "J'accuse" des ouvrières de Lejaby
Lejaby ou le symbole cruel de l'incompétence gouvernementale (PCF)
Fermeture de l'usine Lejaby d'Yssingeaux : 255 emplois sacrifiés

 

Source : L'humanité

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 25/01/2012 15:00


Usine Lejaby : lettre ouverte à Sarkozy des 255 ouvrières en lutte.


Les 255 ouvrières de l'Usine Lejaby, à Yssingeaux, en Haute Loire, dont le licenciement  est en cours, ont exprimé leur "indignation" dans une lettre
ouverte au Président de la République, Nicolas Sarkozy et au gouvernement.


"Nous refusons les licenciemnts et voulons continuer à gagner notre vie en travaillant, écrivent-elles.


Et je ne garderai qu'une seule phrase qui résume bien l'ensemble :


"Unis et solidaires, nous attendons des réponses concrètes, pas des promesses ni des discours" ...


Là on sent bien qu'elles sont prêtes à tout pour réussir à faire comprendre les dirigeants qu'elles ne baisseront pas les bras, pour leur
famille. 


A suivre aussi, car c'est important et puis Lejaby est une enseigne française alors on ne peut pas les laisser tomber ... 


 

dan29000 25/01/2012 16:00



oui, un texte qui parle bien et net, mais je crains que les réponses attendues n'arrivent pas de la part de ce gouvernement d'autistes...