Vallée d'Aspe : pour le droit à l'utopie, soutien à Eric Pétetin

Publié le par dan29000

 

L'Indien de la vallée d'Aspe qui attend la cavalerie

 

 

 


DSC08315 SOCIÉTÉ. «Les combats désespérés sont souvent les plus beaux». Alfred de Musset pourrait être du comité de soutien à l'Indien de la vallée d'Aspe.
C'est en tout cas en parodiant le vers du poète que trois artistes, un médecin et un universitaire entendent défendre l'occupant résistant de la Goutte d'eau, Eric Pétetin qui devrait recevoir visite d'un huissier ce lundi 11 juillet pour expulsion.

Il s'agit plus précisément de la Goutte d'eau 2. Après un Little Big Horn à l'envers en 2000 à Oloron -Sainte-Marie, l'homme à la plume dans la tignasse devait battre en retraite et abandonner cette gare désaffectée de Cette-Eygun sur la nationale 134 qui mène au tunnel du Somport (Pyrénées-Atalntiques). Laquelle gare avait eu le temps de devenir symbole de la résistance au tout-camion, tout-béton. Il est revenu occupés les lieux en décembre dernier.

Mais c'est Réseau Ferré de France qui n'est plus d'accord, ayant même obtenu en référé le 23 juin que l'Indien et ses amis plient leurs tipis et décampent.
Il n'y a certes aucun confort, ni respect des règles d'hygiène ou de sécurité dans ce bâtiment où la tribu tente d'inventer un autre monde. Ces anarchoïdes pétaradants n'ont de toute façon pas le culte de la règle. Ils voudraient seulement y vivre leur pacifisme heureux, fondus dans la nature.

Du coup, Francis Marmande, Christian Laborde, Bernard Lubat, Jean-Pierre Berger et Jean Ortiz sont venus y visiter Pétetin samedi 9, au motif que ce dernier se battrait pour «le droit à l'utopie contre la barbarie du système capitaliste».
«Les occupants de la gare font moins de mal que les prédateurs de retraites, de l'environnement ou que les chasseurs d'immigrés», développe ce «groupe de citoyens indignés». Le monde tel qu'il est ne saurait-il supporter que la norme et rien à sa marge?

GLv.

La Goutte d'eau 2 à Cette-Eygun Photo: DR

Source : LIBERATION

Publié dans environnement

Commenter cet article