Valréas résistance / La maternité 2 Bachelot 0

Publié le par dan29000

Le Collectif des futures mamans et le centre hospitalier de Valréas ont gagné une victoire de poids dans leur bras de fer judiciaire qui les oppose à la ministre UMP de la Santé : le juge des référés du tribunal administratif de Nîmes vient d'enjoindre Roselyne Bachelot de proroger l'autorisation d'exercice de l'activité de soins gynécologie obstrétique de l'hôpital Jules Niel. La ministre doit mettre en oeuvre les moyens de fonctionnement de la maternité dans un délai de huit jours, sous astreinte de 500 euros par jour de retard.
Le Collectif avait mis tous ses espoirs entre les mains du juge administratif pour que la fermeture de la maternité décidée le 17juillet par l'Agence régionale de l'hospitalisation ne soit pas effective. La justice leur avait déjà donné raison en suspendant le 26 août l'exécution de cette décision... mais la ministre de la Santé n'en avait pas tenu compte !
Lors des débats qui se déroulés hier, Mes Pertek et Maillot ont dénoncé cette décision politique et informé le magistrat que son ordonnance n'avait pas été communiquée aux membres du Comité national de l'organisation sanitaire et sociale. Guy Morin, maire de Valréas, a exprimé à la barre la colère de la population.
Une première manifestation avait eu lieu le 18 juin dernier, rassemblant près de 5000 personnes, puis une seconde fin septembre. La population et le personnel avait reçu l'appui total de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité. 
Un peu partout Bachelot et l'ARH ferme ou veut fermer des services hospitaliers de proximité. On se souvient, par exemple, de la mobilisation finistérienne pour Carhaix l'an passé. La casse systématique des services publics, en particulier, dans les petites villes, est généralisée par ce gouvernement : des classes ferment dans les écoles, des postes ferment dans les villages, des services fiscaux ferment et des hostos aussi. Sans parler des gares. Tout cela renforce la désertification de certains départements ou de certaines communes.
Mais souvent cela peut être stoppé par les habitants, comme à Valréas, rien d'inéluctable là-dedans, on vient de le voir avec les 2 101 000 votants lors du référendum sur la privatisationde de la Poste...

Publié dans actualités

Commenter cet article