Vincennes : manifestation nocturne et sonore vers le centre de rétention

Publié le par dan29000

Manifestation nocturne et sonore vers le centre de rétention de Vincennes, Vendredi 16 novembre 2012 à 18 heures

 

 

 

Pondre une énième réforme pour enfermer et expulser toujours plus d'étrangers (allongement du contrôle d'identité à 16 heures) semble être aussi normal que de se demander ce qu'on va manger ce soir. Enfermer les gens 45 jours pour une histoire de papiers est devenu acceptable. Mettre en prison ou sous cachetons ceux qui refusent de se laisser enfermer, exploiter et stigmatiser est d?une extrême banalité. Mais malgré toutes les forces mises en oeuvre pour nous faire avaler la pilule, des personnes, à l?intérieur comme à l?extérieur des centres de rétention, se révoltent et se solidarisent régulièrement.

Le racisme et la stigmatisation des étrangers sont un des moyens des pouvoirs pour désigner un ennemi commun. Le but est de monter les pauvres les uns contre les autres. Diviser pour mieux régner. Il faut que le marché du travail soit une histoire de compétition afin de nourrir encore et toujours l'économie.

Au sein de l'espace Shengen les frontières sont censées être abolies mais en réalité elles sont surtout renforcées à l'intérieur de l'Europe. La « menace » migratoire permet de justifier un contrôle permanent sur toutes et tous : dans les transports, sur les lieux de travail, dans les administrations, dans la rue... Un simple contrôle peut pour certains, amener à l?enfermement et l?expulsion. Rendus possible grâce à la collaboration active des banques (La Poste, la BNP, le Crédit lyonnais...), des agences d'intérim (Randsat et Adecco qui menacent de balancer les sans-papiers s?ils se mettent en grève), des transporteurs (SNCF, Air France, Royal Air Maroc...), des constructeurs (Bouygues, Eiffage, Vinci...) ainsi que toutes les associations (France terre d'asile, Croix rouge, Forum réfugiés...) qui cogèrent la machine à expulser.

Les centres de rétention comme les autres lieux d'enfermement sont un des moyens répressifs pour l?État d?asseoir son pouvoir et d'étendre le contrôle sur la société. Ils sont banalisés et admis comme faisant partie d?un système qui fonctionne du mieux qu'il peut. De toute évidence, la machine rodée de la politique migratoire fait face à des individus qui ne veulent pas subir leur exploitation et leur enfermement. Des révoltes ont lieu dans les prisons pour étrangers en Europe et ailleurs. Il y a un an, à Marseille, le centre de rétention du Canet a brûlé. Depuis sa réouverture les actes de résistance n?ont cessé. Cet été des retenus ont refusé d'embarquer et se sont révoltés contre les tabassages quotidiens des flics. Certains ont essayé de mettre le feu au centre. Des personnes se sont solidarisées avec eux.

Ces dernières années l'État a cherché à casser les luttes à l'intérieur comme à l'extérieur en utilisant de nombreux outils de son appareil répressif y compris l'antiterrorisme. Ce sont pourtant ces révoltes et ces solidarités qui s'attaquent à la résignation. S'organiser pour lutter contre les centres de rétention et les frontières, c'est aussi s'opposer aux outils de contrôle et de répression qui vont avec.

Nous refusons de nous laisser contrôler et enfermer dans des prisons et des frontières. Attaquons les lieux d?enfermement et le système qui les produit.

- Manifestons en nous faisant voir et entendre des retenus le vendredi 16 novembre à 18 heures précises.
- Rendez-vous dans le hall de la gare RER de Joinville-Le-Pont (RER A direction Boissy-Saint-Léger).
_____________________________________________
ZPAJOL liste sur les mouvements de sans papiers

Publié dans actualités

Commenter cet article