Bure, Centre industriel de stockage géologique (CIGEO) : France Nature Environnement refuse de participer au débat public

Publié le par dan29000

Le débat public tronqué dénoncé par FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT


de : LAMIREAU Thierry Réalisateur du film "URANIUM EN LIMOUSIN"


lundi 20 mai 2013

 

Mercredi 15 mai 2013, l’Association FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT (FNE) a déclaré refuser de participer au débat public lié au Centre Industriel de Stockage Géologique de déchets nucléaires (CIGEO) à BURE dans la MEUSE lancé le même jour.

« FNE ne souhaite pas perdre son temps dans un pseudo débat public et invite l’ensemble des participants à BOYCOTTER un débat tronqué par avance. »

Rien d’étonnant à cela car, en effet, de très nombreuses associations ont déjà dénoncé depuis très longtemps tout le système d’enfumage mis en place par l’Etat et tous les organismes liés à la préparation du stockage de déchets hautement radioactifs comme l’Agence Nationale des Déchets Radioactifs (ANDRA).

« La raison fondamentale, ou plutôt la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, est le refus de retarder de quelques mois ce débat. »

FNE estime que « le refus de repousser le débat de six mois pour un projet qui va s’étendre sur plus d’un siècle prouve à l’évidence que la qualité du débat n’est pas le souci premier lorsqu’il s’agit de parler du nucléaire. »

Une décision prise depuis 2006 !

« Les débats concernant l’énergie nucléaire ont un point commun : les décisions sont prises à l’avance et il n’est pas question de discuter de l’opportunité du projet d’autant que l’enfouissement des déchets nucléaires hautement radioactifs est décidé depuis 2006 ! » souligne la FNE.

« Contrairement aux indications de départ, les trois laboratoires de départ sont devenus un seul et unique site qui est donc parfait…puisqu’il n’y en a pas d’autres ! »

En outre, précise la FNE, « la liste des déchets destinés à CIGEO n’est pas arrêtée, ni en quantité, ni en qualité…je creuse, j’enfouis, je creuse, j’enfouis, telle sera la technique de l’ANDRA », ironise la FNE.

Réversibilité ?…

En outre, FNE (et bien d’autres Associations) doute du caractère réversible du stockage des déchets hautement radioactifs…parce que ce sont justement des déchets hautement radioactifs.

« Les tenant de l’enfouissement géologique ont fini par convaincre les parlementaires de voter ce projet d’enfouissement en le qualifiant de réversible. Un choix qui laisse un peu rêveur au regard de ce qui se passe dans la mine de sel de ASSE en ALLEMAGNE (des déchets nucléaires enfouis en 1967 et qui baignent dans l’eau !) ou à STOCAMINE en FRANCE (incendie à 500 mètres sous terre dans des déchets chimiques très toxiques). »

FNE regrette que « la notion de réversibilité ne soit pas validée par le Parlement avant deux ans. »

De toute façon, l’honnêteté intellectuelle et scientifique ne peut que nous pousser à dire que, une fois enfouis, les déchets très radioactifs ne pourront plus être ressortis !

La réversibilité est donc un LEURRE lancé en pâture aux élus et à la population.

Le mensonge et la manipulation sont des pratiques habituelles de communication dignes de celles usitées, à l’époque, par GOEBBELS…le petit copain de HITLER !

Oui, le fonctionnement du nucléaire est modelé d’une empreinte indélébile : celle du MENSONGE !

Thierry LAMIREAU

lesoufflecestmavie.unblog.fr

BONUS :

Le 13 juin 2012 à Ligny-en-Barrois (55) en présence de Corinne LEPAGE, députée européenne, et devant 300 personnes dont beaucoup d’élus, Bertrand THUILLIER, docteur en sciences, est venu exposer avec beaucoup de pédagogie les considérables risques à court terme du projet CIGéo de l’ANDRA à BURE.

 

SOURCE / BC

Publié dans environnement

Commenter cet article