Centrale du Tricastin, une fuite radioactive de tritium : la centrale doit être stoppée

Publié le par dan29000

Communiqué de presse du 17 septembre 2013 du CAN 84

 

Alerte : fuite radioactive de tritium sous la centrale du Tricastin.


Le CAN84 exige de l’ASN l’ordre d’arrêt immédiat de la centrale EDF.

 

Article mis en ligne le jeudi 19 septembre 2013

 

http://www.coordination-antinucleaire-sudest.org/

 

Ce n’est que le 6 août 2013 qu’EDF a déclaré à l’ASN une évolution anormale de tritium radioactif sous les réacteurs nucléaire n°2 et n°3 de la centrale nucléaire du Tricastin. L’inspection conduite le 28 août révèle que ces niveaux anormaux de radioactivité sont constatés en fait depuis le mois de juillet 2013. Tout comme à Fukushima, l’eau radioactive est pompée et stockée dans des cuves puis rejetée vers le Rhône et la méditerranée. Le Collectif antinucléaire de Vaucluse exige de l’Autorité de Sûreté Nucléaire l’ordre de mise à l’arrêt immédiat de la centrale nucléaire du Tricastin.

L’ASN a mené le 28 août 2013 une inspection sur le site du Tricastin qui a révélé la présence anormale de tritium dans les eaux souterraines à l’intérieur de la centrale nucléaire. C’est au cœur de l’enceinte géotechnique en béton construite dans le sous-sol du site que la contamination se produit. L’enceinte est constituée par une paroi verticale en béton de 60 cm d’épaisseur et de 12 mètres de profondeur sous les réacteurs qui vise à emprisonner l’eau souterraine contaminée.

Les eaux souterraines mortelles sont pompées par EDF afin que leur niveau reste inférieur à celui de la nappe phréatique environnante puis stockée dans des réservoirs et rejetées dans le Rhône.

Les inspecteurs de l’ASN ont constaté qu’EDF avait procédé à plusieurs mesures dans les eaux souterraines de la centrale, qui ont bien révélé la présence d’un volume anormal de tritium ; les inspecteurs de l’ASN n’ont pu que constater qu’EDF n’avait toujours pas identifié l’origine des fuites ni des équipements responsables.

Pourtant l’autorité nucléaire se contente de demander à EDF de remettre "au plus vite" en conformité les installations, validant ainsi la contamination radioactive en cours.

Le CAN84 dénonce cette irresponsabilité, cette complicité avec les criminels si similaire à l’attitude des autorités japonaises à Fukushima.

Le tritium est un «  isotope » généré lors de la réaction nucléaire à l’intérieur des réacteurs nucléaire et se retrouve aussi dans le « circuit primaire ». C’est l’un des principaux radionucléides émis au quotidien par les réacteurs nucléaires à eau pressurisée et les installations de traitement du combustible nucléaire usé, tritium nécessaire à la bombe atomique.

Rien ne prouve non plus à cette heure que d’autres radionucléïdes, en plus du Tritium, ne s’échappent pas aussi de la centrale nucléaire.

Le Collectif antinucléaire de Vaucluse exige l’arrêt immédiat, inconditionnel et définitif du site nucléaire du Tricastin et de l’ensemble des installations nucléaire du pays.

 
  •  

Publié dans environnement

Commenter cet article