Désintox : les non recours aux minimas sociaux

Publié le par dan29000

Désintox : les non recours aux minimas sociaux

LES NON RECOURS AUX MINIMAS SOCIAUX

Posté par 2ccr le 2 avril 2013

Une famille de cinq personnes vivant grâce au RSA gagnerait plus qu’une famille de même taille avec un salaire au Smic : ce calcul, complètement bidon, posté sur Facebook, a eu un succès fou. Qu’importe. L’idée selon laquelle les plus précaires abuseraient du système, aux dépens de « ceux qui travaillent », est décidément bien ancrée. Et allègrement relayée par certains politiques. Ainsi, il y a deux ans, Laurent Wauquiez déclarait : « un couple qui ne travaille pas, qui est au RSA, en cumulant les différents systèmes des minimas sociaux, peut gagner plus qu’un couple dans lequel une personne gagne un Smic. Ce n’est pas logique, c’est la société française qui tourne à l’envers ». A Wauqiez, il ne lui est sans doute jamais venu à l’idée que c’était peut-être le Smic qui n’était pas assez élevé ? Et lui, combien gagne t-il par rapport au travail qu’il effectue ? Qui le paye ?

Le quinquennat de N. Sarkozy a été marqué par un discours sur la fraude fiscale, répandant l’idée que les droits sociaux et économiques se méritent. A force de pister l’assisté et le fraudeur, une suspicion est née à l’encontre des bénéficiaires légitimes. A l’inverse des principes qui fondent le modèle français, il a été prétendu que les droits ne sont pas une obligation et les prélèvements les finançant pas un devoir. Résultat, un sondage IFOP publié en début d’année se montrait sans appel : 8 français sur 10 estimaient qu’il y trop d’assistanat, et que beaucoup de gens abusent des aides sociales. Or les études montrent que le non recours est bien plus important que la fraude sociale, il est en effet estimé à 4 milliards d’euros par an.

Les causes du non recours sont multiples. Pour certains, cela s’explique par le manque d’information, la complexité des démarches ou encore par une inhibition des ayants droit. D’autres n’engagent plus de démarches et les institutions les perdent de vue. Beaucoup de jeunes ont perdu l’idée de droit à l’aide, on ne leur l’a pas transmise et ils la trouvent stigmatisante. Si certaines populations s’excluent de la société, il y a aussi ces personnes âgées avec un toit sur la tête mais avec une toute petite retraite. Pour elles, c’est une honte de demander de l’aide, synonyme d’assistanat.

Ce phénomène a d’énormes conséquences et est à terme un surcoût pour la société. Les prestations sociales représentent un salaire indirect, et leur non versement a une incidence sur le niveau de vie des ménages. Les dommages sanitaires et sociaux, provoqués par les « non dépenses » liées « au non recours », reviennent ensuite peser sur le système social. Par exemple, un jeune ou un adulte qui ne se soigne pas régulièrement aura recours aux urgences quand il lui arrivera quelque chose, beaucoup plus cher pour la collectivité, et quand une personne âgée n’a pas d’aide, elle ne consomme pas et n’emploie pas de personne à son domicile. Le non recours est destructeur de richesses !

Les pauvres s’auto-flagellent et cherchent des solutions en impliquant plus pauvres qu’eux, ils sont prêts à faire des sacrifices, alors que les riches demandent sans cesse des subventions et des avantages fiscaux pour accroitre leur compte en banque. Les pauvres sont résignés et acceptent facilement une baisse de leur faible revenu, alors que les plus riches ne cèdent pas un centime. Les pauvres montrent du doigt un autre pauvre prétendument fraudeur, alors que les riches n’accusent jamais un autre riche, toutes leurs attaques ont systématiquement les pauvres pour cible. Solidarité de classe oblige !

Ceux qui se prélassent dans un luxe infini ont réussi à faire passer le message que les problèmes de notre pays venaient des pauvres : ils ne travaillent pas assez, ils ont trop d’avantages, trop de congés, trop assistés…, ils sont trop forts ces riches, mais tant qu’il y aura des pauvres assez cons pour dire : « Heureusement qu’il y a des riches pour nous faire travailler », ils n’ont rien à craindre !

En fait la réalité, c’est que la France n’a jamais été aussi riche, elle figure même au troisième rang mondial des millionnaires. Coté pile, la richesse en France a explosé, les patrons du CAC 40 gagnent en moyenne 200 fois le Smic, 5 % de la population possèdent plus de 50 % du patrimoine, et les 10 plus grosses fortunes possèdent à elles seules 15 millions d’années de Smic. Mais coté face, ce sont huit millions de pauvres, trois millions de précaires, trois millions de temps partiel, cinq millions de chômeurs, et des salaires de misère pour la majorité des salariés… Alors, on réagit ou on continue à dormir ?

Lire également : MOINS TU ES RICHE, PLUS TU PAYES

« La perversion de la cité commence par la fraude des mots »…PLATON

SOURCE / CONSCIENCE CITOYENNE RESPONSABLE

Publié dans actualités

Commenter cet article