Drôme : un tract Unité SGP Police FO dénonçant la course aux chiffres dans les expulsions d'étrangers

Publié le par dan29000

Drôme : un syndicat de police dénonce la course aux chiffres pour expulser les étrangers

 

par Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme Ardèche

 

Vendredi 05 juillet 2013 à 12h57 mis à jour le Vendredi 05 juillet 2013 à 19h40
 

Unité SGP Police FO placarde un tract sur les murs du commissariat de Valence. Il critique la hiérarchie qui leur imposerait toute les semaines de ramener un nombre précis d'étrangers en situation irrégulière dans la Drôme. Manuel Valls s'explique.

 

C'est un coup de tonnerre dans le monde de la Police. Les militants de Unité SGP Police ont donc affiché sur les murs du commissariat de Valence un tract. Ils critiquent cette obligation d'interpeller toutes les semaines un nombre précis d'étrangers en situation irrégulière. Et cela à travers notamment des contrôles dans les rues de Valence.

 

Un "sentiment général d'écoeurement"

Le but est ensuite d'expulser ces personnes sans papiers et les renvoyer dans leur pays d'origine. Les signataires poursuivent : "les policiers doivent arrêter si possible des étrangers reconductibles si possible parlant français pour éviter de longues procédures et ainsi rentabiliser l'opération". Le tract parle d'un "sentiment général d'écoeurement" et demande que cette pratique soit stoppée sans délai.

 

Valls a abandonné la politique des quotas mais...

En visite en Ardèche, Manuel Valls ministre de l'Intérieur déclare ce midi qu'il a "abandonné la politique du chiffre, il ne doit pas y avoir de quotas. En même temps, il faut des résultats en matière de clandestinité. Aujourd'hui nous avons des critères et je souhaite que ces personnes en situation irrégulière soient reconduites à la frontière."

  Manuel Valls au micro de France Bleu Drôme Ardèche : il n'y a pas de politique du chiffre mais nous luttons contre l'Immigration clandestine.

De son coté, le préfet de la Drôme a publié ce vendredi midi un communiqué. Le représentant de l'Etat "dément toute existence d'objectifs chiffrés -écrits ou oraux- concernant la lutte contre l'immigration clandestine. "(...) C'est à l'occasion d'opérations de contrôles d'identités, dont il convient de rappeler qu'elles interviennent toujours dans un cadre judiciaire, que peuvent être rencontrées des personnes étrangères en situation irrégulière."


Le maire socialiste de Valence Alain Maurice défend le travail des forces de l'ordre en matière de lutte contre l'immigration clandestine notamment dans le quartier Faubourg Saint Jacques : "il n'y a pas de dérogation aux lois de la République. A Valence comme ailleurs nous avons des difficultés que quelques policiers n'ont pas à minimiser"...

jeudi 11 juillet 2013.

SOURCE / RESF

Publié dans actualités

Commenter cet article