En 2012, fort recul de l'aide des pays riches aux pays pauvres

Publié le par dan29000

Malgré leurs promesses, les pays riches sabrent l’aide aux démunis

Selon les chiffres publiés par l’OCDE, l’aide publique au développement (APD) versée dans le monde en 2012 subit le plus fort recul enregistré ces quinze dernières années.

Pour la deuxième année consécutive, l’aide publique au développement (APD) versée dans le monde aux pays pauvres est en berne. Mais alors qu’en 2011 le recul n’était que de 2 %, il est pour l’année 2012 de 4 %. Il s’agit de la plus forte baisse enregistrée depuis 1997. Tels sont les principaux enseignements des chiffres publiés par le Comité d’aide au développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

5 milliards en moins

Au total, cette diminution représente plus de 5 milliards de dollars. L’aide globale (prêts et dons) s’élève donc, pour l’année 2012, à 125,6 milliards de dollars, soit 0,29 % de la richesse nationale brute (RNB). L’objectif, promis la main sur le cœur lors de multiples sommets, d’atteindre les 0,7 % du RNB au plus tard en 2015, reste encore un vœu pieux.

Sans surprise, les coupes les plus franches sont le fait des pays les plus touchés par les politiques d’austérité : l’Espagne (– 49,7 %), l’Italie (– 34,7 %) et la Grèce (– 17 %). L’aide de la France, quatrième donateur en volume, a reculé de 1,6 %. Elle ne représente plus que 0,45 % de la richesse nationale du pays, contre 0,46 % en 2011 et 0,50 % en 2010. François Hollande s’est pourtant engagé à atteindre les 0,7 %, comme le font déjà la Suède, le Danemark, les Pays-Bas, la Norvège, le Luxembourg et bientôt le Royaume-Uni.

"Les riches lâchent les pauvres"

« Des millions de personnes pauvres se verront privées d’aliments et de médicaments indispensables à leur survie par la réduction des aides aux pays pauvres », dénonce l’ONG Oxfam. « Les pays développés lâchent les pays pauvres », déplore l’ONG ONE. « C’est un véritable lâchage des pays les plus pauvres à 1 000 jours de la fin des Objectifs de millénaire pour le développement ! » s’insurge son directeur, Guillaume Grosso.

SOURCE / L'HUMA

Commenter cet article