Facebook, Soutien au bijoutier de Nice : un million et demi de signatures, le poids de la haine, le choc de l'inconscience

Publié le par dan29000

Plus d'un million de soutiens au bijoutier de Nice : ce groupe Facebook me révolte

 

LE PLUS. "Pour beaucoup d'entre nous, il n'est pas vu comme un meurtrier, mais comme un homme qui a fait ce qu'il fallait faire depuis longtemps." C'est un commentaire que l'on peut lire sur la page Facebook de soutien au bijoutier de Nice qui a tué un de ses braqueurs le mercredi 11 septembre. Et il fait partie des plus modérés. Pour notre contributeur, de telles réactions sont dignes du Moyen Âge.

Édité par Daphnée Leportois 

La page Facebook de soutien au bijoutier de Nice a reçu au 14 septembre 2013 plus d'un million de likes (capture d'écran).

 

À l'heure où j'écris, plus d'un million de personnes ont apporté sur Facebook leur "soutien au bijoutier de Nice" : pour ceux qui vivent dans une grotte, celui qui après s'être fait braqué a poursuivi ses agresseurs dans la rue et en a abattu un par balle tandis qu'il s'enfuyait. Ce groupe est intellectuellement révoltant. J'invite ceux qui veulent s'ériger en juges à la place des juges à réfléchir à deux fois à la signification de ce soutien.

 

Encore heureux qu'il soit mis en examen : quand bien même il aurait agi par légitime défense, ce qui n'est pas le cas ici, une procédure aurait été ouverte automatiquement, comme à chaque fois lorsqu'il s'agit d'un homicide. C'est le contraire qui serait particulièrement choquant parce que cela indiquerait une faillite du système judiciaire.

 

Rappelons à ceux qui s'insurgent que ce n'est que la première étape du processus judiciaire et qu'en aucun cas on ne peut présager du résultat. Donc, en attendant la décision de justice, laissons-la faire son travail, ce n'est certainement pas le nôtre, à nous qui, en plus, ne possédons que très peu d'éléments passés au filtre très sélectif des médias.

 

Légitimer la peine de mort

 

Légitimer ce qu'a fait cet homme (en considérant encore une fois qu'il s'agit de vengeance et non de légitime défense) revient à légitimer la peine de mort, qui a été abolie en France en 1981. À titre personnel, je trouve que déjà c'est une ignominie, mais bon, les débats actuels tendent à remettre le sujet sur la table (du côté du FN, bien sûr).

 

Plus grave, c'est nier la réponse pénale proportionnée. Lorsque, après sa comparution, le bijoutier déclare qu'il "regrette qu'il soit mort mais c'est lui qui a décidé de faire ça", ça revient à dire que, pour celui qui commet un vol à main armé, la mort est un châtiment juste et proportionné... Là, on n'est plus en 1981, on est dans la logique pénale autoritaire de l'Ancien Régime, où le peuple pouvait se réjouir de l'exécution en place publique du moindre voleur à l'étalage.

 

Je ne compte pas le nombre de commentaires sur ce groupe qui applaudissent à la mort du jeune braqueur : sombre résurgence du plaisir malsain éprouvé devant les écartèlements place de Grève ou les spectacles de gladiateurs...

 

Loi de la jungle

 

Légitimer cet acte, c'est enfin nier l'État de droit basé sur le contrat social, toutes les sociétés modernes nées au XVIIIe siècle et, donc, la civilisation.. Pourquoi ? Parce que, se faire justice soi-même, c'est ce qu'on appelle la loi de la jungle, c'est-à-dire ce qui régissait les sociétés claniques, barbares, primitives et animales.

 

"Le silence de la raison engendre des monstres", disait Goya. On voit combien les réactions épidermiques et la peur peuvent faire se rassembler les voix dans la haine. L'apologie de la vengeance ne fera pas avancer le monde, au contraire, ça le fait régresser au Moyen Âge, voire avant.

 

La justice est en train de faire son travail. Si elle reconnaît des circonstances atténuantes au bijoutier, tant mieux pour lui, c'est tout ce que je lui souhaite. Mais, en attendant, arrêtons de prendre parti sans savoir, surtout si c'est pour la nostalgie du Far West... Quelqu'un est mort, bon sang !


SOURCE / leplus.nouvelobs.com

Publié dans actualités

Commenter cet article