Inde : résistance victorieuse des Dongria contre un projet minier dévastateur

Publié le par dan29000

En Inde, les Dongria portent un coup fatal à un projet minier dévastateur 

20 Août 2013

Les Dongria Kondh ont massivement rejeté le projet minier de Vedanta dans leurs collines sacrées.

Les Dongria Kondh ont massivement rejeté le projet minier de Vedanta dans leurs collines sacrées.

© Jason Taylor/Survival

 

En Inde, dans un triomphe sans précédent pour les droits tribaux, les Dongria Kondh ont massivement rejeté le projet du géant minier britannique Vedanta Resources d’ouvrir une mine de bauxite à ciel ouvert dans leurs collines sacrées de Niyamgiri.

Douze villages dongria ont voté à l’unanimité contre la mine de Vedanta au cours des consultations ordonnées par la Cour suprême indienne en avril dernier, invoquant le fait que leurs droits religieux et socio-culturels auraient été compromis par l’exploitation minière.

Le leader dongria Lodu Sikaka a déclaré : ‘Notre dieu vit dans un espace ouvert, votre dieu, vous le gardez enfermé à clé. Nous n’abandonnerons pas Niyamgiri. Si le gouvernement et les politiciens insistent, nous continuerons à nous battre’.

La mine détruira les forêts et perturbera les rivières des collines de Niyamgiri qui sont un élément central des moyens d’existence et de l’identité de la tribu d’environ 8 000 personnes, dont la lutte a été comparée à celle des héros de la superproduction hollywoodienne Avatar. La mine signifierait la fin des Dongria en tant que peuple auto-suffisant.

Après consultation de douze villages, les Dongria ont voté à l'unanimité contre la mine de Vedanta.

Après consultation de douze villages, les Dongria ont voté à l'unanimité contre la mine de Vedanta.
© Survival
 

Les Dongria se sont distingués en affirmant leur forte volonté de sauver leurs collines devant les manœuvres d’intimidation et le harcèlement de la police paramilitaire ainsi que l’acharnement de Vedanta pour obtenir leur accord. Et si, au cours de leur lutte pour défendre Niyamgiri, les leaders dongria ont été emprisonnés et torturés à de nombreuses reprises, ils sont restés fermes dans leur détermination.

Les résultats des consultations vont être examinés par le ministère de l’Environnement et des Forêts qui aura le dernier mot sur le projet minier, mais certains craignent encore que le feu vert ne soit donné à la mine en dépit de la vive opposition.

Le rejet massif des Dongria Kondh a porté un coup fatal au projet minier de Vedanta dans l’État d’Orissa en désavouant la position de la compagnie qui affirme : ‘Nous avons forgé notre conviction sur l’avis de la grande majorité de la population locale y compris celui de plusieurs tribus, celui d’une large population de l’Etat d’Orissa, ainsi que celui d’autres importantes parties prenantes’.

Les compagnies ayant l’intention d’exploiter des ressources sur les terres habitées par des peuples indigènes devraient puiser des leçons dans l’expérience de Vedanta, en recherchant systématiquement le consentement préalable, libre et éclairé des communautés concernées et en n’entreprenant aucune action sans avoir obtenu celui-ci.

La lutte des Dongria été comparée à celle des Na'vi, héros de la superproduction hollywoodienne Avatar.

La lutte des Dongria été comparée à celle des Na'vi, héros de la superproduction hollywoodienne Avatar.
© Survival
 

Survival International et ses sympathisants ont soutenu la lutte des Dongria par de nombreuses manifestations, l’envoi de milliers de lettres au gouvernement indien, l’obtention du parrainage de célébrités telles que Joanna Lumley et Michael Palin, et en portant le combat de la tribu au cœur de l’actualité. La conduite de Vedanta vis-à-vis des Dongria a notamment été critiquée par le gouvernement britannique, ainsi que par plusieurs actionnaires tels que l’Église d’Angleterre qui s’est désinvestie de la compagnie pour des raisons éthiques.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui: ‘Malgré toutes les preuves du contraire, Vedanta soutient que les populations tribales sont en faveur de cette mine. Les Dongria ont clairement signifié que cela est faux. Vedanta a besoin de changer radicalement la façon dont elle mène ses activités. Si le gouvernement indien ne neutralise pas ce projet une fois pour toutes, il se rendra coupable d’un flagrant déni de justice et des droits de l’homme’.

 

SOURCE / SURVIVAL

Publié dans environnement

Commenter cet article