Journée mondiale d'action pour un avortement légal et accessible : le Manifeste

Publié le par dan29000

Planning familial

Manifeste pour le 28 Septembre : Nos corps, notre avenir !

Article mis en ligne le lundi 23 septembre 2013

 

Le Manifeste pour le 28 Septembre - Nos corps, notre avenir ! - demande à tous les gouvernements de garantir le droit à l’avortement légal et sûr et plaide en faveur de la reconnaissance du droit à l’avortement au sein du prochain programme de développement post 2015.

L’ambition est de rendre visible l’unité des militantes et militants qui, à travers le monde, se mobilisent pour exiger de leur gouvernement la mise en place de politiques nationales qui garantissent l’accès à l’information et à des services d’avortement de qualité, accessibles, abordables et ouverts aux jeunes.

 

Signez le manifeste

 

http://www.september28.org/manifest...

Manifeste

28 septembre Journée mondiale d’action pour l’accès à l’avortement légal et sûr

Nos corps, notre avenir ! Les gouvernements doivent assurer le droit à l’avortement, légal et accessible. Ce droit doit être reconnu maintenant ET inscrit dans le nouveau programme de développement !

Le 28 Septembre, Journée Mondiale d’Action pour l’Accès à l’avortement sûr et légal, les militants des droits sexuels et reproductifs appellent les gouvernements du monde entier à mettre fin à la discrimination contre les femmes et les filles, et demandent l’accès et l’information aux services d’avortement sûrs et légaux en tant que leur droit humain.
Tout en reconnaissant les progrès substantiels réalisés au cours des 20 dernières années de mise en œuvre du Programme d’ Action de la CIPD , y compris la reconnaissance des droits sexuels et reproductifs en tant
que droits de l’homme, leur inclusion dans des nombreux cadres politiques nationaux, régionaux et internationaux et le développement des politiques publiques permettant un meilleur accès à la santé sexuelle et reproductive dans le monde, ces progrès n’ont pa s été universels et de nombreux pays ne parviennent toujours pas à atteindre les objectifs énoncés dans
le Programme d’Action originale de la CIPD (PA) .

Nous continuons à voir une forte corrélation entre la pauvreté, la mortalité infantile et maternelle et les pays qui n’ont pas réussi à mettre pleinement en œuvre le Programme d’Action. Il y a un manque d’engagement réel pour garantir le droit des femmes et des jeune s filles à se prononcer sur tous les aspects de leur santé reproductive, y compris le droit de choisir de continuer ou d’interrompre une grossesse.
Tous les efforts visant à réduire les taux élevés de mortalité maternelle (OMD 5) resteront vains sans aborder l’avortement non médicalisé.
L’avortement non médicalisé est l’une des principales causes de la mortalité maternelle. On estime que 47.000 femmes meurent chaque année à cause de l’avortement à risque, qui représente environ 13% des décès maternels dans le monde. Cinq millions de femmes sont hospitalisées chaque année pour le traitement des complications liées à l’avortement à risque, comme l’hémorragie et la septicémie. Presque
tous les décès liés à l’avortement se produisent dans les pays en développement [1 ], avec le plus grand nombre en Afrique, suivie par l’Asie et l’Amérique latine.
Dans les pays d’endémie du VIH en Afrique sub-saharienne, nous devons nous assurer que les programmes de traitement du VIH, par exemple, la Prévention de laTransmission Mère-Enfant délivre sur le point focal deux. Ce point inclut la prévention des grossesses non désirées. Les femmes ne devraient pas être contraintes à des programmes visant à livrer des bébés
séronégatifs pour le VIH, si elles ne veulent pas poursuivre leur grossesse.

L’accès à l’avortement légal et sûr est un DROIT HUMAIN. Lorsque les gouvernements nient ce droit fondamental de la femme, ils approuvent et tolèrent la violence institutionnelle contre les femmes.

• Depuis 1994, lorsque 179 gouvernements ont signé le Programme d’Action de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement [2], signalant leur engagement à prévenir l’avortement non médicalisé, plus de 25 pays à travers le monde ont libéralisé leurs lois sur l’avortement.
Cependant, sept pays d’Amérique latine et des Caraïbes - le Chili, lNicaragua, le Salvador, le Honduras, le Haïti, le Suriname et la République dominicaine
- interdisent encore l’accès à l’avortement en toutes circonstances, même pour sauver la vie de la femme, et près de quatre-vingts autres pays maintiennent des lois sévèrement restrictives sur l’avortement.

• La plupart des pays où les lois sur l’avortement sont sévères sont dans le Sud [3 ]
. Même si l’accès àl’avortement sans risque et légal a été atteint dans la plupart des pays industrialisés d’Europe et d’Amérique du Nord au cours de la période de réformes libérales entre 1950 et 1985 , il y a un certain
nombre de tendances et défis inquiétants qui sont représentatifs de la hausse continue des extrémismesreligieux, politiques et économiques qui résultentdans l’imposition de mesures restrictives qui empêchent les femmes d’accéder à des services d’avortement accessibles et abordables. L’Irlande et la Pologne sont les exemples les plus frappants de pays qui entretiennent des lois les plus restrictives en Europe, malgré de nombreux appels des organes internationaux de droits humains à réviser la législation,
alors que d’autres pays de la région comme la Macédoine et la Lituanie montrent clairement la tendance à la restriction d’accès ainsi conduisant à la stigmatisation accrue et la discrimination envers les femmes
qui choisissent la procédure .
Comme résultat de l’absence d’engagement des gouvernements à créer des cadres juridiques progressistes pour traiter l’avortement à risque et comme conséqu ence de restreindre l’accès à l’avortement sans risque
en raison de la pression des lobbies conservateurs, les femmes et les filles souffrent de violations graves des droits humains, par exemple :

La mortalité et la morbidité maternelles :
Criminalisation de l’avortement force les femmes de mener à terme des grossesses non désirées, même dans les cas où il est le résultat d’un viol
ou d’une menace à la santé et à la vie, ce qui équivaut à un acte de torture, comme indiqué par les instances internationales des droits humains[4]
. Dans d’autres cas, l’illégalité a poussé les femmes à recourir à des services à risque mettant leur vie et leur intégrité personnelle au risque.

Injustice :
Les femmes et les filles sont régulièrement stigmatisées, criminalisées et
beaucoup ont perdu leur liberté. Tels sont les cas documentés en El Salvador, au Brésil et au Mexique, où les femmes et les adolescentes ont été signalés a la police par les prestataires de services qui les ont assistées soit lors des complications d’avortements non médicalisés et/ou spontanés, soit lors des complications de la prématurité de mort-nés ou d’autres urgences obstétricales. Après avoir fait face au système de justice répressive et discriminatoire qu i viole la présomption d’innocence, dans certains cas, les femmes se sont retrouvées accordé la plus haute
des peines allant de 20 à 40 ans de prison.

• La stigmatisation et la discrimination :
les jeunes, les pauvres et les femmes célibataires sont touchées de manière disproportionnée par la criminalisation de l’avortement. Quand elles terminent la grossesse elles le font dans des situations à haut risque, qui en font une question d’injustice sociale profondément enracinée dans la discrimination liée à leur classe et leur statut d’immigration, économique ethnique et racial entre autres. La stigmatisation qui entoure l’avortement et les femmes défenseuses des droits humains travaillant sur le sujet-femmes, prestataires, pharmaciens et activistes dans nos pays respectifs, contribue à la marginalis ation sociale, médicale et juridique de l’avortement.
Des communautés entières séparent, stéréotypent et discriminent les femmes qui ont besoin et cherchent d’avortements et les femmes défenseuses des droits humains qui tentent d’aider les femmes à accéder à ce service. En conséquence, les réseaux, les organisations de femmes, les féministes et les défenseurs de droits à l’avortement ont été menacés
, harcelés, criminalisés et agressés partout dans le monde, juste parce qu’ils ont remis en question un système patriarcal qui supprime les droits des femmes.
Les femmes sont systématiquement privées de leurs droits humains fondamentaux.

 

SOURCE / MILLE BABORDS


Appel à l’Action

(...)

PDF du manifeste

PDF - 68.1 ko

Publié dans actualités

Commenter cet article