Le HCI (Haut Conseil à l'intégration), des laïques qui discréditent la laïcité

Publié le par dan29000

Le Haut conseil à l'intégration et le bonnet d’âne ostensible

 

 

Le grand sociologue américain Robert Bellah vient de mourir. On lui devait, notamment, d’avoir mis en perspective sociologique la notion de « religion civile » dont l’origine remonte à Rousseau. Bellah expliquait qu’il existe deux sortes de religions civiles républicaines, celle qui se sert politiquement de la référence à un Dieu non confessionnel (c’est la religion civile américaine), celle où la République sacralise ses propres valeurs et instrumentalise le politique en le rendant quasi religieux. Le Haut Conseil à l’Intégration célèbre à sa manière le décès de Bellah en illustrant, une nouvelle fois, ce second type de religion civile, par sa proposition d’interdire les signes religieux ostensibles (en français courant = le foulard) à l’Université. HCI ne signifierait-il pas Haut Conseil Intégriste de la religion civile ?

La Commission Stasi, auquel le HCI se réfère quand cela lui chante (et de façon tronquée), a clairement énoncé dans son rapport qu’il n’était pas question d’une telle interdiction, la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations, avant que Sarkozy ne la normalise puis ne la supprime, a clairement indiqué qu’une telle interdiction serait discriminatoire, mais le HCI n’en a cure.

Le HCI a un grand sens de l’humour. Pratiquant allègrement l’amalgame, il met ensemble le port d’un signe religieux et le « refus de certains savoirs ». Et… question de « refus du savoir » nul n’est plus compétent que le HCI. Oyez, braves gens, je vous en apporte la preuve.

Le HCI a pondu un historique de la laïcité en France en introduction de sa Charte. Cet historique est bourré d’erreurs, de contre-vérités. Un exemple : il est écrit que les Mexicains ont imité la loi de 1905 quand ils ont séparé l’Eglise (catholique) et l’Etat. Seul petit détail, il suffit de consulter Internet (pas besoin, donc, d’aller à l’Université vêtu d’un bonnet d’âne ostensible), pour apprendre que la séparation au Mexique date de 1859.

Lors des cérémonies du 150e anniversaire de la séparation mexicaine, un de mes honorés collègues mexicains a fait hurler de rire le public rassemblé au Colegio de Mexico en déclarant que, grâce au HCI, il savait que les Mexicains sont le peuple « le plus intelligent du monde ». La preuve : en 1859, ils se sont dit : « imaginons ce que les Français vont faire en 1905, et imitons-les ! » Et vous savez quoi : il y avait des étudiantes qui portaient un foulard parmi les personnes qui écoutaient ce propos !

Dans mon livre La laïcité falsifiée j’ai relevé, de la page 67 à la page 75, la plupart des contre-vérités de l’historique du HCI. J’en ai discuté avec sa fameuse « Commission laïcité ». Aucune contestation n’a été faite de mes nombreuses rectifications. Mais ces faux-culs bénis se sont auto-absous en affirmant que cet historique n’avait pas fait l’objet d’un vote. Et voilà, pour eux, l’affaire était close ! Aucun d’entre eux n’a imaginé une seconde qu’il leur fallait reprendre le travail et publier un historique intellectuellement honnête. Non le torchon publié pouvait continuer à sévir avec le label du HCI, ils s’en lavaient les mains. Vous avez dit « refus du savoir » ! Vite une loi pour dissoudre des organismes peuplés de tels zigotos.

Une journaliste m’interviewant sur les propositions du HCI concernant l’université m’a demandé : « Mais, est-ce que vous niez qu’il y ait des problèmes ? » Cela m’a fait rire : j’ai eu pendant près de vingt ans des responsabilités de direction dans l’enseignement supérieur, les problèmes de mille sortes, je connais, et ce n’est certainement pas la religion qui a été la cause des problèmes les plus graves que j’ai affrontés, loin de là. J’en ai vu de toutes les couleurs, et j’ai fait face, et j’ai résolu les problèmes qui se sont posés sans penser un quart de seconde à demander une loi pour ceci ou pour cela. HCI et consorts, arrêtez vos bêtises. S’il vous plait, un peu de décence.

 

SOURCE / MEDIAPART

Publié dans actualités

Commenter cet article