NDDL, ZADD, Zone à désirer la décroissance
NDDL : ZADD, la Zone à désirer la décroissance

Mais pourquoi veulent-ils évacuer la ZAD à tout prix ? En une petite dizaine d’années, c’est tout un monde qui a émergé sur la ZAD. Un monde qu’un esprit racorni par le prisme de l’économie financiarisée qu’il faudrait imposer à tous, ne peut pas appréhender.

Pendant que le gouvernement fait de la communication : « Make our planet great again » , les zadistes pensent et expérimentent d’autres façons d’habiter un territoire.
Sur ce petit bout de terre, on cultive des céréales, on fait du maraichage, on fait du pain, on élève des moutons et des vaches, on fait du fromage, on entretient la forêt, on construit collectivement, on rit, on confronte (parfois durement) les points de vue, on fait des projets, bref on y vit. Toutes ces activités dans le plus grand respect de la terre et de la biodiversité, avec des techniques douces, une énergie et une inventivité étonnante et joyeuse. Rien à voir avec l’agro-industrie pensée par des technocrates pour être rentable.
Sur ce petit bout de terre, on met en œuvre, jour après jour un autre modèle de vivre ensemble. On mutualise, on vend à prix libre, on prend les décisions collectivement (ce qui n’est pas toujours simple), on s’organise, on cuisine et on mange, on discute, on réfléchit, on écrit, on s’accorde du temps, on accueille, on fait de la musique… Loin du monde capitaliste qui brise les individus, loin de la mascarade démocratique, des simulacres de débats, enquêtes publiques et consultation qui ont conduit à cette impasse.

Evacuer la zad est juste une façon de recouvrir ce qui s’est créé là d’un voile mafieux pour qu’il n’inspire pas le reste de la société, pour que le modèle unique d’un capitalisme débridé s’impose à nous et pour nous signifier qu’aucune autre voie ne sera entendue et encore moins tolérée. Et ce, alors que les scientifiques confirment la catastrophe qui s’annonce et l’urgence de sortir de ce modèle.
L’État a commencé sa propagande, il prépare déjà l’opinion publique à l’évacuation de la ZAD, fusse-t-elle violente. Il peut compter sur des médias aux ordres qui depuis longtemps présentent les zadistes comme des terroristes.

Quel dommage ! C’est une expérience singulière et précieuse qui ne prétend pas être parfaite mais laisse à voir d’autres façons d’habiter le monde, écologiquement soutenable et socialement plus juste où chacun peut prendre sa place. Une porte ouverte sur un monde possiblement pérenne. C’est ce que ne peut pas accepter un État qui considère la crise climatique comme une opportunité financière !

La Maison commune de la décroissance s’associe à ce qui a été construit sur la ZAD et condamnera toute évacuation par la force. Plus largement, elle soutient toutes les expérimentations sociales hors des rapports marchands qui dessinent des alternatives à ce monde mortifère.

Christine Poilly, Maison commune de la décroissance
contact@ladecroissance.xyz

Thierry Brulavoine 02 99 93 77 18
http://ladecroissance.xyz/2017/12/25/rencontre-la-maison-commune-en-fevrier-2018-a-saligny-03/
 
 
Tag(s) : #actualités, #environnement, #alternatives
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :