Les éditions Joëlle Losfeld ont publié en janvier, le nouveau roman d'un auteur que l'on aime bien, Richard Morgiève : Cimetière d'étoiles, dans la belle lignée de son précédent Le cherokee, que nous avions chroniqué en 2019.

 

D'habitude dans un bon polar bien noir, il y a les bons et les mauvais, les gentils et les méchants. Dans Cimetière d'étoiles, les méchants sont vraiment méchants, mais, et c'est là toute l'originalité de ce nouveau roman de Richard Morgiève, les bons, enfin ceux qui représentent la loi et l'ordre, la légalité, sont deux lieutenants de police vraiment aussi dangereux et pourris que ceux qu'ils traquent... Ambiance... Ambiance d'autant plus que l'action se situe dans un des coins les plus dangereux du globe, après Kaboul et Bagdad, la frontière de la mort entre El Paso et la tristement fameuse Ciudad Juarez, une ville aux États-Unis, l'autre, en face au Mexique. Là où la pire violence, la pire corruption est chose banale, là où les femmes disparaissent sans laisser de traces depuis quelques décennies. Nous sommes en 1963, au Texas donc, El Paso, là où se trouve le premier cadavre, celui d'un Marine, une balle dans la nuque, avec en prime, quelques ganglions bizarres.

 

Les deux flics, très potes dans la vie, sont bien décidés à faire la lumière sur cet assassinat. Pas facile dans une région où les cadavres sont légions, où les bagarres sont partout, où les bars sont miteux, gangrenés par les trafics en tous genres. Et comme Morgiève ne recule jamais devant rien, il ajoute un peu de tequila poivrée sur le cocktail déjà explosif, avec la présence dans le coin, d'un tueur en série sadique, nommé le Dindon, déjà présent dans Le Cherokee. Âmes sensibles s'abstenir, les autres, direction votre libraire favori. Le duo infernal de cops, Fletcher et Drake, fonctionne à merveille, noir profond, du genre noir c'est noir, ils picolent, fument Lucky sur Lucky (dans un film on parlerait de placement de produits, vu le nombre de Lucky) et tentent de survivre à tous les malheurs du monde qui semblent concentrés dans ce coin infernal où le mal est endémique. Au final, toujours du grand Morgiève, après vingt-neuf romans et trois pièces de théâtre. Le tout saupoudré de citations bibliques et surtout de belles références bluesy comme nous les aimons.

 

Dan29000

 

Cimetière d'étoiles

Richard Morgiève

Joëlle Losfeld éditions

2021 / 469 p / 22 euros, 15,99 euros en numérique

 

Site éditeur

 

Feuilleter le livre

 

 

Tag(s) : #lectures
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :