Alliot Marie, dégage ! L'oligarchie, ici aussi, on en veut plus !

Publié le par dan29000

 

 

alliot dégage

MAM, digne représentante de l'oligarchie

SuperNo - Blogueur associé | Dimanche 6 Février 2011 à 17:01 |Marianne 2


Le blogueur SuperNo ne tire pas sur les ambulances : il ne s'acharnera donc pas sur le cas MAM. A travers le discours et l'attitude de la ministre des Affaires Etrangères, ce sont toutes les habitudes de l'oligarchie déconnectée du peuple qui transparaissent. à ses yeux.




Non, rassurez-vous, je ne suis pas là pour me joindre à la meute des hurleurs contre Michèle Alliot-Marie (si vous devez n'en lire qu'un, lisez celui-là ) : il ne sert à rien d'enfoncer les portes ouvertes, ou de tenter de démontrer que 2 et 2 font 4. Ceux qui font semblant de ne pas le comprendre sont soit cons, soit de mauvaise foi, soit les deux.
 
MAM a merdé grave, elle a accumulé incompétence, honte, mensonge, et maintenant scandale. Sa place, et celle de son ectoplasme de con-cubin, c'est à la porte, avec les valoches sur le palier, et un grand coup de pied au cul en guise d'adieu. Fini les vacances de nabab et les jets privés, place à la retraite, la CX et la caravane, l'emplacement numéro 17 du camping « Les flots bleus » du côté d'Arcachon.
 
Non, ce que je trouve bien plus instructif, c'est cette nouvelle révélation fortuite d'une conduite gouvernementale qui nous paraît inacceptable et scandaleuse, mais dont force est de constater qu'elle est tout à fait routinière chez ces gens-là, ces usurpateurs qui se sont emparés du pouvoir par ruse, à coup de mensonges et de belles paroles, et l'ont confisqué à leur seul profit et à celui de leurs copains, des membres de leur clique.
 
Le Volatile, qui prouve par la même occasion qu'il ne faut pas l'enterrer trop vite même si Mediapart lui fait une sacrée ombre, n'a fait que projeter une lumière crue sur une réalité que ces gens-là voudraient à tout prix dissimuler. Le même principe que le magnétophone du majordome de Madame Bettencourt, dont les enregistrements une fois publiés par Mediapart nous ont donné un cours de politique bien plus instructif et pertinent que des années de Sciences po, tout en découvrant et discréditant un ministre, Woerth, qui avait lui aussi un talent certain pour singer le sérieux, la compétence et l'honnêteté.
 
Je viens de terminer le dernier livre d'Hervé Kempf, judicieusement intitulé L'oligarchie ça suffit, vive la démocratie . Ce livre mérite mieux qu'un entrefilet, et justifierait un billet à lui tout seul, j'y reviendrai donc certainement. Néanmoins, son titre me semble illustrer à merveille ce que révèlent les derniers rebondissements de l'affaire MAM.
 
Pourquoi MAM, pourquoi Woerth, et beaucoup d'autres qui ont eu la chance de passer entre les mailles du filet du Canard et de Mediapart, pourquoi tant d'autres qui aimeraient être à leur place, et qui vont s'y retrouver en 2012, pourquoi la plupart de ceux qui se présentent à des élections nationales, pourquoi tous ces gens font-ils de la politique ? Pour mettre leur compétence au service de la chose publique ? Pour améliorer la vie des français ? Foutaises, calembredaines !
 
La plupart des politiciens font ce boulot pour l'ivresse du pouvoir, pour se pâmer intérieurement à la vue de  tous ces courtisans, ces larbins® se mettre en quatre pour satisfaire leurs moindres désirs, pour voir les mêmes chier dans leur froc au moindre signe de courroux… Pour le fric, pour le sexe… Pour les bagnoles avec chauffeur et garde du corps, qui font pin-pon, qui prennent les sens interdits, les couloirs de bus et roulent à 200 sur l'autoroute, en toute impunité ! Et au-delà de ces bassesses, pour EN ÊTRE.
 
Oui, EN ÊTRE, contrairement à vous, tas de petits citoyens miteux, exploités par votre patron (si tant est que vous ayez la chance d'en avoir un) pour 1000 ou 1500 euros par mois, qui suez sang et eau pour payer votre loyer, votre bouffe de merde chez Leader Price, vos factures en hausse vertigineuse de chez EDF ou de chez Suez, ou le crédit de votre Dacia. Si un jour vous allez en Tunisie, ce sera sans doute pour 400 euros la semaine, transporté dans un vieux charter bourré jusqu'aux hublots d'autres pue-la-sueur, séjournant dans un vieil hôtel décrépi d'avoir vu passer des millions de touristes de bas de gamme, avec des cafards dans la salle de bain, de la merde dans l'assiette, du soleil standardisé et du folklore frelaté.

De la psychédélique interview de MAM chez Pujadas, on peut extraire cette perle du collier : « Quand je suis en vacances, je suis comme tous les Français ». Ben oui, quoi, vous, Dupont-Lajoie, quand vous descendez de votre zinc pourri pour aller rejoindre votre hôtel miteux à Hammamet, c'est évident, vous rencontrez par hasard un milliardaire ami du pouvoir (à se demander si on peut être milliardaire sans être ami du pouvoir), qui possède un jet privé, et qui vous propose tout naturellement de vous amener jusqu'à votre hôtel, qui est aussi, le hasard fait décidément bien les choses, le sien puisqu'il en est le propriétaire… Plus c'est gros, plus ça passe.

C'est ça, l'oligarchie. Frayer avec les riches et les puissants de ce monde, se pavaner et se complaire en leur compagnie. Copiner avec les dictateurs, les banquiers, les milliardaires, les grands patrons, les lobbyistes… EN ÊTRE, faire leur politique, tout en faisant croire au peuple que vous faites la sienne. Et MAM le faisait si bien, dissimulée derrière son air de coincée du cul. Comme le dit SuperNonotte, qui a gardé une certaine naïveté : « Je n'aurais jamais cru ça d'elle ».

MAM n'a rien inventé. Mitterrand ou Chirac étaient aussi très forts pour ça. Chirac, en particulier, a écumé aux frais de la princesse tous les palaces du monde. Il connaissait d'ailleurs fort bien Ben Ali et la Tunisie. Aujourd'hui, même aux portes de l'hospice il continue à squatter chez les Hariri… Cela ne l'empêchait pas de parler de « fracture sociale » des trémolos dans la voix. Quant à Sarkozy, alors même que MAM était hébergée chez son milliardaire tunisien, il était l'invité du roi du Maroc. No comment. L'oligarchie est assez éclectique, et il n'y a pas que Le Siècle, Bilderberg ou Davos…



Une des anecdotes qu'évoque Hervé Kempf, et que j'avais loupée, c'est à propos du gouvernement ultraconservateur britannique, menée par le néo-thatchérien Cameron. Figurez-vous que 23 de ses 29 membres sont millionnaires en livres (et un million de livres font près de 1.2 million d'euros…). Et ce sont les mêmes qui ordonnent en ce moment aux pauvres britanniques de se serrer la ceinture jusqu'à l'asphyxie pour complaire à la finance mondiale et à leurs Tontons Macoutes des agences de notation.
 
J'aimerais vraiment que quelqu'un fasse le même travail en France. Sur la fortune des ministres, des députés, des sénateurs, des leaders de l'opposition…  Mon petit doigt me dit que la situation ne doit pas fondamentalement différer de celle qui prévaut on the other side of the Channel… Chiche qu'un hebdo le fasse, record de ventes garanti !
 
Faisons la synthèse entre Mélenchon et Kempf  :
 
« Qu'ils s'en aillent tous, l'oligarchie ça suffit, et vive la démocratie ! »

Publié dans actualités

Commenter cet article